Catégories
Société

Peur et insécurité sociale

Les raisons d’avoir peur sont multiples. […] Ainsi, cela fait près de quatre décennies que l’insécurité sociale progresse dans notre pays, comme chez nos voisins européens du reste. L’emploi et les revenus sont de plus en plus souvent précaires, le taux de chômage réel de la population n’a jamais été aussi élevé, le nombre de nos concitoyens vivant sous le seuil de pauvreté augmente chaque année.
[…] Et l’anxiété est cousine de la résignation. Demain sera forcément plus sombre : par exemple, personne ne croit vraiment que la loi « travail » va améliorer le sort de la plupart des salariés.
Les attentats perpétrés en France par les « fous d’Allah » ont donc bon dos en ce sens qu’ils interviennent au sein d’une société en proie au doute quant à la quiétude nécessaire à son épanouissement. Ils offrent cependant l’occasion de mettre en place le cadre de contention d’une société toujours susceptible de ne plus accepter la soumission au néolibéralisme économique que l’on attend d’elle.

Les plus précaires des précaires sont les premiers visés par le durcissement de la gestion sécuritaire de la question sociale. Ainsi, l’on constate depuis quelques semaines un usage croissant et quotidien de la violence verbale et physique de la police à l’égard des migrants. Le 22 juillet, le démantèlement du dernier camp qui s’était formé aux abords du métro Jaurès dans le 19e arrondissement de Paris a donné lieu à des charges policières aveugles à coup de gaz lacrymogènes. Dans la nuit du dimanche 31 juillet, les forces de l’ordre n’ont pas hésité à charger brutalement et à matraquer indistinctement ces déshérités, dont une vingtaine de femmes et d’enfants, pour les empêcher d’installer un nouveau campement.
La brutalité policière semble devenue la réponse commune à diverses franges de la société. Elle existe depuis longtemps désormais dans les quartiers populaires […] Les manifestants des « mouvements sociaux » en font également largement les frais lorsqu’ils se heurtent à des policiers qui frappent, gazent, matraquent, blessent et mutilent.

Les exemples font florès : opposants à la loi El Khomri, zadistes de Notre-Dame-des-Landes, contre-manifestants lors de la COP 21 à Paris en novembre 2015, mort de Rémi Fraisse à Civens en octobre 2014, éborgnés au flash-ball ici ou là. Les conflits du travail sont eux aussi l’occasion désormais d’une répression inédite : condamnation à des peines de prison ferme pour neuf salariés de Goodyear l’an dernier, validation en août dernier par Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de la procédure de licenciement frappant Vincent Martinez, délégué CGT d’Air France (affaire dite de « la chemise ») Alors même que l’Inspection du travail avait refusé ce licenciement.
Ce « maintien de l’ordre » plus que musclé sonne comme autant d’avertissements lancés à l’adresse de tout citoyen à qui pourrait venir l’envie de s’opposer aux criantes injustices du temps, à l’arbitraire honteux frappant les plus faibles, aux délirants projets d’infrastructures destructeurs de l’environnement, aux reculs sociaux contenus par des lois adoptées sans vote parlementaire. […]
Face aux attentats « islamiques » leur manque de sérénité est patent. Ils agissent dans la seule urgence, loin de la réflexion et de l’apaisement des esprits que réclame la survenue de l’inédite barbarie. Cet affolement révèle un fait : l’impuissance du Gouvernement à soulager quelque peu la crise économique et sociale n’a d’égal que la puissance sans cesse renforcée des arsenaux policier et judiciaire. Une compensation dramatique à laquelle la Droite et le Front National surenchérissent forcément. Incontestablement, le manque de sérénité des gouvernants et la surenchère de leurs opposants sont communicatifs et aggravent ainsi la dérive anxiogène de notre société.
[…] En instrumentalisant le sentiment de peur – qu’ils contribuent à alimenter – au lieu de chercher à résoudre la crise économique et sociale, nos dirigeants – qui tous comptes faits ne dirigent plus grand-chose – ne font que nourrir l’animosité, pour ne pas dire la haine, envers des catégories sociales supposées ennemies de l’intérieur. La « Garde nationale » ou les milices d’autodéfense auront du pain sur la planche. Décidément, la peur a un sale air, un air de déjà vu, un air qu’il serait préférable de ne pas rejouer.

Extraits d’un article de Yann Fievet dans le mensuel Les Zindigné(e)s de septembre 2016.

Catégories
Politique

répression : mater la meute

Aux États-Unis, au Canada et en Europe, la répression des manifs s’anticipe, s’affine et se militarise à grands pas de l’oie. La Canadienne Lesley J. Wood propose un tour d’horizon de l’inventivité des forces de l’ordre.
[…]
Prof de socio à Toronto mais aussi militante altermondialiste, la Canadienne Lesley J. Wood analyse dans Mater la meute les polices locales canadiennes et étasuniennes qui, peu soumises à la tutelle du politique, développent des options tactiques et technologiques plus ou moins autonomes. Usage du gaz au poivre (qui remplace le gaz lacrymogène en Amérique du Nord), du Taser, arrestations préventives, barrières hautes fermant les rues et clôturant des périmètres interdits, ou déterminant à l’inverse des enclos limitant toute allée et venue hors du périmètre.
Canons à son, grenades incapacitantes, balles en caoutchouc dur, et infiltrations vieilles comme la flicaille complètent l’attirail. Lequel est variable d’une grande ville à l’autre, sans doctrine nationale unifiée. Et on a vu le résultat, par exemple, lors des émeutes de Ferguson en 2014.
La montée en puissance de leur pouvoir est liée à une culture partagée avec le secteur privé de l’économie de la répression. À l’affût des innovations techniques, les cops côtoient dans les conférences et salons professionnels les fournisseurs de matériel anti-émeute, les industriels et experts du sécuritaire. Armement, équipement, déploiements et mouvements de police pour encadrer les manifs adoptent de plus en plus le registre de la guerre.
Ce n’est toutefois pas une nouveauté, souligne Mathieu Rigouste dans la postface de cet ouvrage. Écrite avant l’état d’urgence, elle rappelle la filiation de l’appareil répressif tricolore avec l’héritage colonial, la Bataille d’Alger en 1957 et la répression des militants algériens en France.
Reste que deux logiques se côtoient. D’une part, les industriels du sécuritaire ont tout intérêt au maintien de cette colère sociale qui alimente leur marché. D’autre part, les États parient sur la peur comme instrument de contrôle et de domination. Et, malheureusement pour les opposants aux puissants, les deux ne sont pas incompatibles !

Extrait d’un article de Nicolas de la Casinière dans le journal CQFD de janvier 2016.