Humain ?

« Humain comme les autres ». Nicolas Dupont-Aignan a livré sa conception de l’aide aux migrants : les nourrir, les réconforter… et les expulser, car ce n’est pas en donnant une couverture à la frontière italienne « qu’on va régler le problème en Afrique », a-t-il expliqué avec cynisme. Ils sont des milliers à ne pas se sentir « humains »… Poursuivre la lecture de Humain ?

Accueil des migrants

Rédaction de Siné Mensuel : Macron critique le rôle des associations, il répond même à une tribune de Jean-Marie Le Clézio qui l’avait pourtant soutenu lors de la présidentielle : « Il faut se garder des faux bons sentiments. » Damien Carême : Je trouve ça scandaleux, pitoyable. Que le chef de l’État ose dire ça, ou accuser les… Poursuivre la lecture de Accueil des migrants

Migrants et réfugiés

[…] que dire des gendarmes qui, aujourd’hui, arrachent les couvertures des migrants de Calais ou lacèrent les tentes des pauvres bougres qui s’entassent dans le quartier de la Chapelle à Paris ? Ou encore de ceux qui aspergent de gaz poivre ces jeunes réfugiés pendant leur sommeil, comme cela fut dénoncé cet été par Human… Poursuivre la lecture de Migrants et réfugiés

Racisme social

Comment se fait-il, ai-je demandé à mon savant ami Bergeret, que nous Français qui, dans les années 1970 encore, avions la réputation d’aimer le genre humain, d’être attentifs au sort des plus pauvres, de lutter contre les inégalités et les discriminations, etc., nous tendions de plus en plus vers des prises de position hostiles aux… Poursuivre la lecture de Racisme social

Un vieux truc démodé qui s’appelle l’hospitalité

Février 1939. Deux adolescents franchissent séparément les Pyrénées après des jours de marche sous les bombardements. Elle, parmi les civils, lui, avec l’Armée vaincue. Ils ont faim, ils ont froid, ils ont peur, et pas idée de ce qui les attend. Ils auraient plus peur encore s’ils savaient. Au moment où ils passent la frontière,… Poursuivre la lecture de Un vieux truc démodé qui s’appelle l’hospitalité

Le business des migrants

… à Lampedusa les centres d’accueil des migrants sont gérés par des sociétés privées, sur délégation de l’État, sociétés qui emportent depuis des années les appels d’offres et sur lesquelles la mafia a la mainmise. Chaque migrant rapporte 30 euros par jour, ils sont des milliers. Un mafieux mis sur écoute confiait que ce business… Poursuivre la lecture de Le business des migrants