Catégories
Société

L’Éducation nationale et la surexposition aux écrans

[…] Mais soyons honnêtes : la part « pédagogique » est souvent bien minoritaire dans l’usage qu’ils font effectivement de ces outils.

Après la « continuité pédagogique » grâce au « distanciel » lors du confinement, dont l’institution s’est gargarisée, le déploiement du « numérique éducatif » est à l’origine d’une explosion, incontrôlable pour les familles, de la surexposition aux écrans. Mais c’est nous
parents qui ne savons pas gérer nos jeunes !
Alors que nombre de médecins alertent sur les dangers de passer plusieurs heures par jour devant un écran, l’Éducation nationale met le numérique au cœur de l’instruction, valide la surexposition comme norme et appelle cela « modernisation de l’école » et « innovation
pédagogique ». Mutation qu’elle impose sans concerter ni enseignants ni parents et sans l’évaluer. En Grand Est, région pionnière du « lycée 4.0 » lancé en 2017 et généralisé en 2019, aucune évaluation pédagogique du dispositif n’a été faite.
Dans le jargon ministériel, la stratégie est de « développer un écosystème global de l’e-Education, depuis les contenus et services jusqu’au matériel ». Alléger les effectifs de classes pour donner aux enseignants les moyens de faire leur travail et réformer le métier pour susciter des vocations ne fait pas partie des priorités. Pour éduquer les citoyens de demain, le ministère n’investit pas dans l’humain mais dans la technologie. Et justifie cette débauche numérique en assurant que c’est en immergeant les enfants dans le numérique qu’on en fera des utilisateurs avisés. Mensonge ! Oui nous vivons dans un monde où le numérique est partout, et oui il serait nécessaire que les enfants puissent recevoir une véritable éducation au numérique.
Mais éduquer AU numérique n’est pas éduquer PAR le numérique. Or aujourd’hui c’est bien une éducation PAR le numérique qu’on développe ; l’éducation AU numérique est pour ainsi dire inexistante.

Dans ces conditions, l’Éducation nationale renforce surtout la dépendance au numérique, produisant davantage des consommateurs captifs que des utilisateurs avisés, avec des opinions qui se forgent plus par les algorithmes que par la réflexion. Ou comment fabriquer une pensée standardisée. C’est bon pour la santé de la Ed Tech, des Gafam et du commerce, pas pour celle de nos enfants. Et c’est surtout bien inquiétant pour notre avenir à tous : isolés devant des machines, comment apprendre à faire société ?
Il y a de quoi s’interroger sur les véritables objectifs que nos gouvernants poursuivent à travers l’imposition de l’école numérique. Car ce que nous constatons, c’est qu’elle démonte l’instruction et ne contribue certainement pas à former des citoyens éclairés.
Pour signer la pétition : framaforms.org/nous-sommes-parents-deleves-et-nous-refusons-lecole-numerique-1670436057

Extrait d’un article de l’âge de faire de janvier 2023.

Catégories
Environnement L'énergie en France Société

La sobriété selon le marché

Le plan de sobriété presenté par le gouvernement en octobre est censé incarner la « radicalité » du gouvernement pour mener à bien la « révolution écologique », selon les mots de la Première ministre Élisabeth Borne. L’objectif de ce plan est d’ailleurs relativement ambitieux : faire baisser de 10 % en deux ans la consommation globale d’énergie. […]

On citera le « bonus covoiturage » d’environ 100 euros pour les particuliers. On relève également l’augmentation de 15 % de l’indemnité forfaitaire de télétravail dans la fonction publique, pour que les fonctionnaires se déplacent moins… Et puis c’est tout ! Le reste du plan n’est qu’une série de mesures anti-gaspi auxquelles les entreprises se sont engagées.
Fermer la porte quand le commerce est chauffé, couper l’eau chaude quand elle est inutile, etc. Le gouvernement affiche ainsi la bonne volonté des entreprises, jusqu’à préciser des détails qui frisent le ridicule : « former les conducteurs de remontées mécaniques à l’écoconduite », « vérifier la pression des pneus » des véhicules de fonction… et « pour les matchs en soirée, l’éclairage qui est aujourd’hui allumé a 100 % 3 heures avant le match, sera désormais allumé à 100 % au plus tôt 2 heures avant le match pour le football, 1 heure pour le rugby ». Tous ces engagements pourraient conduire à une baisse de la consommation de l’ordre de 50 TW/h (sur une consommation totale d”environ 1 600 T\Wh), soit 3 % d’énergie économisée. Encore faut-il qu’ils soient tenus !
Il s’agit en effet de promesses dans l’immense majorité des cas.
Autrement dit, les entreprises font bien ce qu’elles veulent. Aveu de faiblesse de l’État ? Pas du tout, répond le gouvernement, qui refuse toute idée de réglementation, pour les entreprises comme pour les particuliers. La limitation à 110 km/h sur autoroute par exemple : « C’est important d’informer sur les économies qu’on peut faire en roulant moins vite, (…) mais on ne peut pas fonctionner à coups d’interdictions », a estimé la cheffe du gouvernement sur BFM, tout en rappelant qu’une telle baisse permettait de « réduire de 20 % sa consommation ». Mais au final, s’il n’y a pas d’interdiction, qui fera l’effort de réduire sa consommation ?
Uniquement les écolos ? Non : beaucoup de gens sont déjà contraints de rouler moins vite, de ne pas chauffer, etc. D’autres, par contre, ont les moyens de se déplacer en jet, d’acheter de très grosses voitures polluantes, et de chauffer d’immenses demeures. Le marché est d’une grande violence sociale, car il contraint d’autant plus ceux qui n’ont pas beaucoup de moyens.
Il faut justement des mesures d’interdiction et de réglementation pour équilibrer cet effort : taxer fortement le kérosène des jets privés, prévoir un malus-poids digne de ce nom pour les véhicules, réfléchir à une tarification énergétique pat tranches proportionnelles, tenir compte des surfaces habitées pour les aides à l’isolation.
Ce n’est pas seulement une question de justice sociale : rappelons qu’en termes d’émissions de gaz à effet de serre, très souvent liées à la dépense énergétique, les Français parmi les 10 % les plus riches émettent 24,7 tonnes par personne et par an, quand la moyenne nationale s’établit à 9 tonnes. Qu’est-ce qu’on laisse entendre, quand on dit que « chaque geste compte » ? Que chaque geste se vaut, qu’on se rende à Saint-Tropez pour le week-end en jet, ou qu’on chauffe la chambre de ses enfants. Le marché ne fait pas la différence, le gouvernement non plus.

Édito de Fabien Ginisty de l’âge de faire de novembre 2022.

Catégories
Société

Résilience, résilience…

La notion de résilience est effectivement très prisée par le président Macron et ses équipes, mais en réalité elle est sur toutes les lèvres et dans tous les esprits. C’est d’ailleurs pourquoi il est difficile de la critiquer, car cela revient pour certains à questionner l’idée de Dieu, ou pour d’autres à remiser toute forme d’espoir. Or, les raisons pour lesquelles je propose de mener une analyse critique de la résilience n’ont rien à voir avec une quelconque volonté de prêcher le malheur. Il s’agit au contraire de montrer en quoi nous devons nous défaire de la résilience, qu’elle soit individuelle ou collective, parce qu’elle est, dans les faits, l’art de faire du malheur un mérite.
Il nous faut sortir de la logique du sacrifice à laquelle elle nous invite à souscrire.
Dès les années 1940, la notion de résilience est sortie de son champ d’application originel – la physique des matériaux – pour devenir le couteau suisse thérapeutique de la société industrielle. Il n’existe désormais plus aucune catastrophe dont les promoteurs de la résilience ne se saisissent en exhortant chacun à faire de sa destruction une source de reconstruction, et de son malheur une source de bonheur.
Selon les artisans de l’accommodation, être résilient signifie non seulement être capable de vivre malgré l’adversité et la souffrance, mais surtout être capable de vivre grâce à elles, de grandir et de s’adapter par la perturbation et la rupture, et de faire acte de foi envers elles. En réalité, cette idée est inapplicable dans beaucoup de situations d’exposition toxique, pathogène ou radioactive. L’analyse critique de ces politiques de résilience appliquées à ce type de désastres montre comment elles construisent autour de cette notion une sorte de nouvelle religion d’État. Elle peut néanmoins être aussi utilisée pour détourner l’attention des causes des désastres vers leurs effets, car la résilience est une arme d’adaptation massive aux effets des catastrophes, à défaut de rechercher l’abolition de leurs causes.

Extrait d’un entretien de Thierry Ribault dans l’âge de faire de novembre 2022.

Catégories
Économie

Le coût de l’électricité expliqué aux enfants

Dans un lointain passé, en 1946, la France sortait à peine de la seconde guerre mondiale et les enfants français manquaient cruellement de sucreries. Alors, les gens se sont dit : « Allez, on construit tous ensemble une grande usine qui va produire des tonnes de bonbons ! » La grande usine s’appelait BDF, ce qui signifiait Bonbons de France.
En quelques années, il y avait des bonbecs pour tout le monde, et ils n’étaient pas chers, car BDF était un « service public » : son but n’était pas de gagner de l’argent. Pour fixer le prix, il suffisait de prendre en compte le coût de fabrication des sucreries – 1 -, le salaire des hommes et des femmes qui les confectionnaient – 1 -, et les frais divers (entretien de l’usine, achats de nouvelles machines…) – 1. Ce qui amenait le paquet de sucreries à 3 (car 1 + 1 + 1 = 3). Tout le monde pouvait se goinfrer, ce qui posait de sérieux problèmes de caries, mais les gens étaient contents.

Dans les années 90, les choses se sont compliquées. Des messieurs très intelligents et très bien habillés, dont des ministres et des présidents, ont pensé que ce système clochait. Alors que la population s’empiffrait de bonbecs, aucun de leurs gentils amis n’avait fait fortune dans ce secteur. Ils ont donc expliqué à la population qu’il fallait de la « concurrence », autrement dit non pas un, mais plusieurs marchands de bonbons. Pourquoi ? Parce qu’un seul vendeur, ce n’est pas assez. Même si chacun trouve toutes les sucreries qu’il souhaite ? Oui, même ! Pourquoi ? Parce que plus il y a de concurrence, mieux c’est. Pourquoi ? Parce que, s’agacèrent les distingués messieurs, c’est comme ça, arrêtez un peu avec vos « pourquoi » ! Le problème, c’est qu’il n’y avait qu’une usine centrale. Comment allaient faire leurs admirables amis pour vendre quelque chose qu’ils ne pouvaient pas fabriquer ? Les ravissants messieurs ont trouvé la solution : BDF serait obligé de vendre à leurs aimables amis un quart de ses bonbons.
Mais il restait encore un problème : si BDF vendait ses bonbons à ses nouveaux concurrents au juste prix, à savoir 3, ça ne fonctionnerait pas. Car les concurrents, qui doivent rajouter leur « marge » (les sous qu’ils vont se mettre dans la popoche), seraient obligés de vendre à leurs clients 3 (coût d’achat) + 1 (marge) = 4. Et dans ce cas, tous les mioches du pays continueraient à dépenser leur argent de poche chez BDF.
Alors, les sublimes messieurs ont réfléchi très fort et ont encore trouvé la solution : ils ont obligé BDF à vendre à leurs doux amis le sachet à 2. Ils ont appelé ce mécanisme l’Arbuc, comme « accès réglementé aux bonbons de l’usine centrale ».

La population n’était pas contente : « Vous êtes tarés ?! Si on vend à perte, et en plus à nos concurrents, on va foutre notre usine centrale en l’air ! » « Mais non, puisqu’on vous dit que ça crée de la concurrence et que la concurrence, c’est bien », les envoyaient bouler les messieurs. Grâce à l’Arbuc, les concurrents ont pu attirer les marmots dans leurs boutiques avec des sachets à 3, comme à BDF, ou même à 2, juste le temps de lui piquer des clients (et avant de passer éventuellement à 8, après avoir enfermé les clients dans leur boutique. Parfois, avec l’argent qu’ils gagnaient, ils envisageaient vaguement de créer leur usine. Mais ça aurait été fatiguant, et il était tellement simple de s’approvisionner chez BDF… Alors, ils se contentaient d’acheter et revendre, sans jamais produire – ou juste quelques guimauves, à l’occasion.
Mais plus ils achetaient de bonbons à BDF, plus BDF perdait de l’argent. Alors qu’il lui fallait au moins 5 par sachet pour vivre, Bonbons de France ne récoltait que 2. Si bien qu’une fois qu’il avait déboursé de quoi produire les bonbons du mois et versé les salaires, il ne lui restait plus assez pour entretenir l’usine et acheter de nouvelles machines… Alors, il s’endettait, n’achetait plus de nouvelles machines, et son usine s’abîmait.

Vint le jour où ses machines furent trop vieilles et l’usine trop sale. Il ne parvenait plus à produire suffisamment de bonbons pour tout le monde. Pour ne rien arranger, une guerre éclata en Ukraine, ce qui fit grimper le cours du bâton de réglisse. Or, grâce à une savante gymnastique financière que tu serais incapable de comprendre à ton âge, l’augmentation du prix du bâton de réglisse entraînait mécaniquement l’augmentation du prix du bonbon. Alors, les messieurs en costume s’écrièrent : « C’est horrible ! Il n’y a plus assez de bonbons ! Et leur prix explose ! Mais que fait BDF ?! »
Les gens murmurèrent : « Pourtant il y a de la concurrence… » Les géniaux messieurs réclamèrent : « Allez, tout le monde met la main à la poche pour rembourser la dette de ces idiots de BDF et retaper l’usine : il faudrait pas que nos amis n’aient plus de bonbons à vendre ! » Et devant le peuple incrédule, qui n’avait plus les moyens de se mettre la moindre friandise sous la dent, le plus délicieux de ces messieurs exigea : « En attendant de trouver une nouvelle bonne solution, je demande que chacun baisse sa consommation de bonbons de 10 % ! » Il remplit le réservoir de sa voiture avec un grand paquet de bonbons et partit.

Article de Nicolas Bérard dans l’âge de faire d’octobre 2022.

Catégories
Économie

Monopole naturel et idéologie libérale

Il fut un temps où les économistes estimaient que la fourniture d’électricité relevait d’un monopole naturel et devait être organisée par des opérateurs publics. À la suite de l’Acte unique de 1986, l’Union européenne a entrepris de créer un grand
marché européen régulé par la concurrence. Le secteur de la production électrique fut divisé en trois branches. La gestion du réseau restait un monopole, tandis que la production et la distribution d’électricité étaient ouverts à la concurrence. L’idée était de faire fonctionner le marché de l’électricité comme celui des fruits et légumes : un marché de gros accessible aux producteurs, un marché du détail au sein duquel les distributeurs vendent aux particuliers l’électricité achetée aux producteurs.
À terme, les autorités de Bruxelles espéraient que les distributeurs finiraient par se lancer dans la production en construisant des centrales électriques, notamment des éoliennes ou des centrales à gaz, dont le coût de construction est abordable.
Pour cela, il fallait assurer aux distributeurs privés une certaine rentabilité. C’est ce que la France organisa avec la loi de 2010 qui instaura un mécanisme (l’ARENH) qui impose à EDF de revendre aux distributeurs privés, à prix bradé, un quart de son électricité nucléaire.
Pendant plus de dix ans, l’ARENH a protégé les concurrents d’EDF des fluctuations du marché de gros. Mais au lieu d’en profiter pour investir dans la production, la plupart ont préféré rester de purs commerçants, se contentant de négocier des contrats sur le marché des producteurs et de revendre l’électricité ainsi acquise. Résultat, la France – comme le reste de l’Europe – a très peu construit de nouvelles centrales depuis que le marché a été libéralisé.
La guerre en Ukraine a complètement chamboulé le marché européen. Incapables de produire leur propre électricité, les fournisseurs privés étaient menacés de faillite du fait de l’explosion des prix. En France il fallut étendre le volume d’électricité nucléaire vendu
à prix bradé pour les sauver. Prise au moment où de nombreux réacteurs étaient à l’arrêt, cette décision devrait coûter au moins 8 milliards d’euros à EDF.
Ce sont ces pertes catastrophiques qui expliquent l’annonce de sa renationalisation totale, l’entreprise publique n’étant plus capable d’investir dans de nouvelles centrales.
En fin de compte, l’introduction forcée de la concurrence dans un monopole naturel aura nui à l’investissement et coûté très cher à tout le monde, sauf à quelques malins qui sont parvenus à spéculer sans prendre de risque et sans avoir jamais produit la moindre électricité.

Article de David Cayla, économiste atterré, dans l’âge de faire de septembre 2022.

Catégories
Économie

Division mondiale du travail

L’ ouvrage La Machine est ton seigneur et ton maître raconte, de l’intérieur, les conditions de travail proche de l’esclavage qui règnent dans les usines chinoises de Foxconn, où sont notamment fabriqués ordinateurs et smartphones vendus dans le monde
entier.
« La productivité était fixée à 5 120 pièces par jour. En juillet 2010, elle a été relevée de 25 %, soit 6 400 piètes par jour. je suis complètement épuisé. » Les éditions Agone rééditent La machine est ton seigneur et ton maître, une plongée dans l’univers des « villes-usines » de l’entreprise taïwanaise Foxconn. Le plus grand fabricant du monde dans le domaine de l’électronique emploie plus d’un million de personnes, notamment pour confectionner à moindre coût et à très grande vitesse les milliards de smartphones vendus aux quatre coins de la planète.

La plupart des employé-es sont des jeunes campagnards qui viennent tenter leur chance en ville. Chez Foxconn, ils découvrent les cadences infernales, les 12 heures de travail quotidiennes, les heures sup, non payées, les deux jours de repos par mois, les dortoirs dans lesquels ils s’entassent pour dormir… Et au réveil, la machine… « Nous avons perdu la valeur que nous devrions avoir en tant qu’êtres humains, et nous sommes devenus une prolongation des machines, leur appendice, oui, leur domestique. J’ai souvent pensé que la machine était mon seigneur et maître, dont je devais peigner les cheveux, tel un esclave », estime Yang, qui a travaillé pour Foxconn.

Sur les murs des usines sont affichées certaines citations de Terry Gou, le multimilliardaire fondateur de Foxconn : « Un dirigeant doit avoir le courage d’être un dictateur pour le bien commun », « Si les objectifs ne sont pas atteints, le soleil cesse de se lever », ou
encore, « Croissanre, Ton nom est sauffrance ».

Yang raconte : « je me suis rendu compte que, pendant le travail, j’avais fréquemment des trous noirs. Comme j’avais déjà intériorisé tous les gestes du travail je me réveillais en sursaut, ne sachant plus si j’avais traité les dernières pièces ou pas. » En 2010, suite à une vague de suicides de ses employées, l’entreprise Foxconn s’était retrouvée sous les feux des projecteurs. Plus de 10 ans après, pourtant, rien n’a vraisemblablement changé. Pour la journaliste Célia Izoard, qui signe la postface, ces ouvriers et ouvrières
constituent « les ombres chinoises de la Silicon Walley ». Là où se regroupent les grands groupes états-uniens des nouvelles technologies, les employé-es sont (très) bien payés, ont gratuitement accès à des restaurants gastronomiques, des médecins, des diététiciens, bénéficient parfois de congés à volonté… Chacun se persuade qu’il travaille à la création d’un « monde meilleur » et que la smartcity rendra nos vies plus fluides, écologiques, et solidaires. En réalité, tout cela est rendu possible par une « division mondiale du travail qui fait disparaitre « les problèmes » en les laissant aux sous-traitant », et qui permet « la vente d’appareils numériques d’une complexité inouïe pour quelques centaines d’euros. Car le smartphone est intrinsèquement un objet de luxe, et s’il fallait débourser des milliers d’euros pour en posséder un, on n’en trouverait pas dans toutes les poches. » Un livre qu’il faudrait vendre dans tous les classieux AppleStore du pays. À défaut, vous le trouverez en librairie.

Article paru dans l’âge de faire de juillet-août 2022.

Catégories
Société

La planification écologique, concrètement

Comme le montrent, année après année, les rapports du Giec, l’économie mondiale doit prendre rapidement un grand tournant : annuler les émissions nettes de gaz à effet de serre (GES), ce qui suppose de ne plus utiliser d’énergie fossile (charbon, pétrole, puis gaz), défendre et même reconstituer la nature et la biodiversité. Certes, la France n’est responsable que d’une faible partie des dégâts écologiques infligés à la Terre, mais, comme tous les pays avancés, elle doit montrer l’exemple : ses habitants sont parmi les plus grands pollueurs par personne ; sa croissance passée est responsable des dégâts accumulés depuis 170 ans.

Le tournant écologique suppose d’utiliser tous les instruments disponibles. Une taxe carbone d’un montant élevé et dont la hausse est annoncée doit pénaliser les productions émettrices de GES et rendre rentables les investissements écologiques. Une taxe carbone aux frontières doit pénaliser les exportations des pays qui n’en introduiraient pas une.
Une grande partie du produit de ces taxes doit être redistribuée aux ménages les plus pauvres. En même temps, cela ne suffit pas ; ce n’est pas le simple jeu des prix qui peut guider les transformations nécessaires ; le rationnement par les prix épargnerait les ménages les plus riches, les plus gaspilleurs.
Un vaste programme d’investissements publics est nécessaire (rénovation des logements, transports collectifs, énergies renouvelables).

L’écologie incompatible avec le capitalisme

Surtout, les rands choix en matière de production et de consommation ne peuvent être laissés aux grandes entreprises soucieuses de développer des besoins artificiels pour augmenter leur chiffre d’affaires, et le profit de leurs actionnaires. L’écologie n’est pas compatible avec le capitalisme.
Secteur par secteur, une réflexion collective doit s’engager, avec les travailleurs, les usagers et un ministère de la planification écologique. Comment satisfaire les besoins fondamentaux de tous avec le moins de dégâts écologiques possibles ? Certaines productions
devront être interdites (des SUV aux bitcoins) ; d’autres devront être repensées : ainsi, des voitures électriques légères en location devront remplacer les lourds véhicules actuels en possession individuelle.
La durée de vie, la robustesse, la simplicité, la réparabilité des biens durables devront être garanties. L’obsolescence programmée devra être interdite. Les gaspillages liés à la mode devront être limités.
La réduction des inégalités de revenu, au niveau des entreprises comme par la fiscalité, favorisera la lutte contre la consommation ostentatoire. Posséder une Rolex deviendra ridicule.
Organiser cette rupture posera des questions délicates. Chacun n’a pas la même conception des besoins fondamentaux. Ce sera le rôle de la planification écologique de les poser et d’essayer de les résoudre de façon démocratique.

Article d’Henri Sterdyniak, économiste atterré, paru dans l’âge de faire de juin 2022.

Catégories
Médias Santé Société

Censure en démocratie

Ce n’était déjà pas simple avant, mais depuis l’apparition du Covid, il est devenu à peu près impossible d’émettre la moindre critique sur la vaccination, en général. L’interdiction de douter concerne bien tout ce qui touche de près ou de loin à la vaccination.
Exemple, avec le problème des adjuvants aluminiques : des scientifiques tout à fait sérieux soupçonnent que l’aluminium contenu dans certains vaccins puisse provoquer des troubles importants chez certaines personnes, en provoquant notamment une maladie appelée myofasciite à macrophages (Lire L’âdf n° 159). Les recherches en la matière avaient donné naissance à un documentaire tout aussi sérieux, intitulé L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins. Mis en ligne sur le site de l’association d’entraide aux malades de myofasciite à macrophages (E3M), celui-ci a été tout bonnement supprimé par Youtube le 1er février 2022. Prétexte avancé par la plateforme : « Informations médicales incorrectes ». Nouveau gardien de la vérité, Youtube (détenu par Google) a ainsi supprimé en février plusieurs vidéos portant sur le sujet. La dernière en date est le documentaire Aluminium, notre poison quotidien, qui ne devait pourtant pas être totalement délirant, puisqu’il avait été diffusé sur France 5 en 2011. L’association E3M a engagé un référé contre Google.

Article paru dans l’âge de faire de mai 2022.

Catégories
Politique

Res publica

Le règne de Macron, c’est cinq années de présidence néo-libérale, mais aussi cinq années de résistance acharnée. C’est ce que retracent habilement les pages en noir et jaune de la bande dessinée Res Publica, qui permet de dresser le triste bilan du fossoyeur des aides sociales.
On aurait dû le noter ! Toutes ces lois injustes votées dès le début de son quinquennat, toutes ces violences verbales adressées à « ceux qui ne sont rien », ces violences physiques subies, notamment, par les Gilets jaunes, ces attaques contre les services publics, y compris contre l’hôpital en pleine période de pandémie… Oui, vraiment, on aurait dû noter tout ça, pour le rejeter à la figure de celui qui se présente pour un second mandat en enfilant, quel culot, l’habit du candidat « raisonnable ».

Heureusement, d’autres l’ont fait pour nous. Tout noter et tout rappeler, c’est bien ce que font David Chauvel et Malo Kerfriden dans une épaisse (mais il faut bien ça) bande dessinée sortie en ce début d’année électorale aux éditions Delcourt.

On se souvient ainsi, dès le départ, à quel point l’ex-banquier de chez Rothschild a été mal élu : le second tour qui l’oppose à Marine Le Pen enregistre une abstention historique de 25 %. Parmi les votant-es, plus de 4 millions ont déposé un bulletin blanc ou nul – là encore, c’est un record. Sur les quelque 20 millions de personnes ayant voté pour Macron lors de ce second tour, 43 % disent aux instituts de sondage qu’elles ne l’ont fait que pour faire barrage à l’extrême-droite, et seulement 16 % affirment avoir voté par adhésion à son programme.
« Au final, c’est un peu plus de trois million de Français, sur les 66 millions d’habitants que compte le pays, qui ont exprimé le souhait clair et affirmé de voir le projet politique d’Emmanuel Macron exister. »

Président des élites

Ça fait pas lourd, et pourtant, le nouveau monarque va annoncer la couleur dès sa prise de fonction, avec des cadeaux faits aux plus riches (suppression de l’ISF et de l’ « Exit Tax », par exemples) et des économies réalisées sur le dos des plus précaires. Dès juillet 2017, le gouvernement annonçait ainsi une baisse mensuelle de 5 euros des APL.
« Si à 18, 19, 20 ans, 24 ans, vous commencez à pleurer parce qu’on vous enlève 5 euros, qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ? », défendait une députée de la majorité.

Ce n’était pas du tout l’avis des spécialistes de la question. La présidente d’ATD Quart Monde signalait alors qu’un « allocataire du RSA bénéficiaire de l’APL touche 472 euros par mois. Une fois toutes ces dépenses courantes déduites, il ne lui reste que 58 euros pour se nourrir soit moins de 2 euros par jour. Pour lui, 5 euros, c’est énorme. »

Extrait d’un article de Nicolas Bérard dans l’âge de faire d’avril 2022.

Catégories
Environnement Société

Privatiser les gènes

[…] durant les années 2000, les lobbies agro-industriels et la Commission européenne, qui lui est favorable, ont peu à peu perdu la bataille des OGM transgéniques. Ils ont donc délaissé ce domaine et ont investi leurs capitaux ailleurs.
À tel point qu’aujourd’hui, la technique de la transgenèse apparaît archaïque ! Ainsi, on constate actuellement une « poussée » de l’appropriation du vivant de deux manières.

La première, c’est le développement de nouveaux OGM par d’autres techniques que la transgenèse, et la pression sur les instances politiques européennes pour que ces nouveaux OGM ne soient pas encadrés strictement comme le sont les OGM transgéniques.
La principale technique dans ce cas est la mutagenèse. Elle n’est pas nouvelle, mais a été révolutionnée ces dernières années du fait de différentes innovations technologiques. Je pense à l’émergence des techniques de régénération des cellules végétales multipliées en laboratoire. Il y a eu également la baisse incroyable du coût du séquençage génétique, divisé par 100 000 en dix ans. Ajoutez à cela d’autres innovations et vous obtenez une explosion des nouvelles techniques génétiques. Sans entrer dans les détails, aujourd’hui, le
lobby biotechnologique joue aux apprentis-sorciers. C’est pour cette raison que nous luttons pour faire en sorte que ces nouveaux OGM ne soient pas exclus du champ d’application de la réglementation sur les OGM. La bataille juridique et politique est en cours.

[…] Le brevetage des gènes est une autre façon de privatiser toujours plus le vivant. Jusque dans les années 90, le droit de propriété intellectuelle le plus utilisé était le droit d’obtention végétale (Dov), qui repose sur la caractérisation des variétés : telle pomme jaune et grosse par exemple. Or, pour les obtenteurs, c’est-à-dire les firmes qui vivent des brevets comme BASF ou Bayer, l’inconvénient avec le Dov, c’est que si je croise cette pomme avec une pomme rouge, et que j’obtiens une pomme aussi grosse mais rouge, le propriétaire de la pomme jaune perd ses Dov sur cette pomme croisée avec « ma » variété. Or, avec l’évolution du « génie » génétique, Bayer et consorts peuvent isoler le gène qui rend la pomme grosse : aujourd’hui, ils déposent les brevets sur les gènes, ce qui leur permet d’exiger des droits, c’est-à-dire de l’argent, sur l’ensemble des variétés dans lesquelles on retrouve ces gènes. Hier, il y avait quelques gènes brevetés, comme le fameux gène de Monsanto qui permet à la plante de résister au Roundup. Aujourd’hui, ce brevetage des gènes a explosé, et s’étend aussi aux gènes « natifs » qui sont présents à l’état naturel.

[…] Dans les années 2000, certains programmes mondiaux « publics-privés », comme Divseek, financé en partie par la Banque mondiale, ont conduit au séquençage du génome de l’ensemble des plantes présentes dans les banques de semences. Cela s’est traduit par la constitution d’immenses bases de données numériques, contenant d’une part les séquences génétiques, d’autre part les caractères des plantes (résistance, taille, etc.), le tout mis à disposition des industriels. Il ne restait plus qu’à croiser les données de ce « Big
data » pour « découvrir » que statistiquement, tel gène correspond à tel caractère. Ce gène est ensuite isolé, sélectionné et introduit par les généticiens dans ce qu’on appelle les « variétés élites » existantes.
Le gène est ensuite breveté, et même s’il ne produit pas lui-même des semences, le détenteur du brevet pourra réclamer des droits de propriété pour toutes les plantes qui contiennent ce gène et expriment le caractère associé.

Extrait d’un entretien de Guy Kastler dans l’âge de faire de mars 2022.