Catégories
L'énergie en France

OMS, AIEA : le nucléaire n’est pas dangereux

Le premier directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 1948), Brock Chisholm – général de l’armée canadienne, psychiatre de formation, apologiste de la politique de la terreur atomique et fervent défenseur du développement de l’industrie nucléaire -, va engager l’organisation dans le déni des effets des rayons, dans une stratégie d’acceptation mondiale du nucléaire. Son premier grand rapport sur la question résume l’acceptation du nucléaire à un problème de « santé mentale » de la population et fournit une aide « scientifique » aux dirigeants pour gouverner l’ère atomique. Dans cette approche « psychiatrique » de la radioactivité, l’OMS négligera d’examiner les conséquences physiques des radiations (que ce soit à Hiroshima-Nagasaki, dans les retombées des essais atomiques ou dans ses usages médicaux).

 

En 1950, dénuée de moyens suffisants pour traiter la question, l’OMS se décharge de sa responsabilité scientifique et décide de sous-traiter la radioprotection à la CIPR. Elle signe par ailleurs en 1959 un accord de coopération avec le plus grand lobby mondial du nucléaire : l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) dont la feuille de route est d’ « encourager et faciliter, dans le monde entier, le développement et l’utilisation pratique de l’énergie atomique à des fins pacifiques ». L’OMS s’engage alors à ne publier aucun rapport en matière de conséquences sanitaires du nucléaire sans l’accord de l’AIEA.

Quant au Comité scientifique des Nations unies sur les effets des rayonnements ionisants (UNS-CEAR, 1955), il est lui aussi inextricablement lié à la CIPR. Les principaux acteurs de ces deux institutions cumulent en effet les fonctions de délégation à l’UNSCEAR et d’appartenance à la CIPR. La confusion hiérarchique est à son comble : le premier « dit la science », trie les publications scientifiques et a le pouvoir de dire ce qu’il y a à savoir ; le second calibre ses recommandations et leur principe d’application sur cette « science ». Ceux-ci sont ensuite retranscrits pieusement par les États dans leurs législations. L’utilisation arbitraire de seuils de toxicité par les industriels permet ainsi d’imposer des normes et de construire une image « positive » montrant qu’il est possible de vivre en territoire contaminé […]

 

[…] l’explosion des bombes atomiques à Hiroshima et Nagasaki fut l’événement fondateur pour construire le modèle de référence – toujours d’actualité bien que produit avant la découverte de l’ADN en 1953 ! – de l`étude des radiations par la CIPR. C’est bien en septembre 1945, après l’explosion des deux bombes, que trois équipes américaines « étudièrent » les survivants aux bombardements pour identifier le nombre de cancers radio-induits, en fonction des niveaux d’exposition subis. Ne prenant en considération que les cancers issus d’irradiation externe, ces travaux sont parfaits pour imposer le concept de « dose tolérable ». Car la radioactivité émise par une bombe atomique – et ses effets sanitaires – n’a rien a voir avec celle d’une centrale nucléaire ou d’une catastrophe industrielle comme Tchernobyl.
Une bombe produit principalement des manifestations immédiates, en lien avec une irradiation externe intense mais limitée, les radioéléments produits se désintégrant rapidement. À l’inverse, les retombées radioactives consécutives a un accident nucléaire contaminent durablement les populations et les territoires du fait de l’absorption de radioéléments à vie longue. Cette contamination interne produit des effets diffus et pour beaucoup différés dans le temps, rendant difficile leur reconnaissance comme conséquence de l’irradiation.

 

Pas étonnant dès lors que le bilan « officiel » de l’ONU sur les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl dissimule la majeure partie du désastre. Ce bilan « définitif », établi par une commission sous la houlette de l’AIEA, de l’OMS, de l’UNSCEAR et de la CIPR dans le but de « tourner la page de la catastrophe » à l’occasion du vingtième anniversaire, retient : deux morts dans l’explosion, vingt-huit peu après du fait du syndrome d’irradiation aiguë, et dix-neuf entre 1986 et 2004. Soit, en tout et pour tout, 49 décès. Un calcul, issu des élucubrations théoriques du modèle Hiroshima-Nagasaki : celui de 4 O00 décès au maximum à long terme. Une arrogance hallucinante enfin : le rapport – position officielle de ces institutions – soutient que la séquelle sanitaire la plus lourde de la catastrophe est liée à la « peur des radiations » et ses conséquences psychosomatiques… alors même que les conséquences sanitaires touchent principalement des enfants en bas âge !

Extraits d’un article d’Arthur Guerber dans le journal La Décroissance de décembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *