Catégories
Économie Politique Société

Migrations massives

Les migrations massives de populations sont toujours liées à des urgences vitales. Après le rappel de cette évidence, nous devons surtout insister sur les interdépendances politiques et économiques qui nous lient aux peuples en errance. Devant le creusement profond des inégalités et les alarmantes prévisions de changements climatiques, les réponses de nos gouvernants paraissent terriblement dérisoires.
La croyance dans un système qui épuise les ressources naturelles sans pourvoir aux besoins élémentaires d’une multitude d’êtres humains relève plus de l’intégrisme religieux que des valeurs républicaines dont pourtant ils se prévalent. Il est donc inconcevable de laisser au seul dogme de la concurrence l’organisation des rapports économiques et sociaux.
Ainsi, la concurrence, largement faussée au détriment de l’Afrique, engendre l’enrichissement exponentiel des uns et l’appauvrissement continu des autres. Ces déséquilibres sont alimentés bien sûr par l’arbitraire et nourrissent l’injustice. Une injustice jugée trop souvent fatale et à laquelle s’ajoute la plupart du temps son corollaire, l’insécurité. Or le fossé économique qui isole l’Afrique procède d’une accumulation de préjudices.
L’arrogante richesse financière et matérielle des sociétés occidentales ne peut être regardée comme le produit d’une intelligence supérieure. Elle doit être appréhendée à l’aide d’un détour historique par le « temps béni » de l’esclavage et de la colonisation.
Nos élites ne s’encombrent évidemment pas de cette Histoire-là ! Du méprisant discours de Dakar de M. Sarkozy à l’interventionnisme de M. Hollande, en passant par les délires de propos sectaires sur les réseaux numériques, la France ne parvient jamais à décoloniser son regard sur « l’homme africain ». On retrouve cette pollution raciste » dans l’esprit des lois sur l’immigration concoctées ces 30 dernières années, ainsi que dans l’attitude des gouvernements face aux crises migratoires.
Sous le prétexte de partenariats fallacieux, la prédation n’a jamais été interrompue.[…]

Extrait d’un article de Yann Fievet dans le journal Les Zindigné(e)s d’octobre 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.