Catégories
Société

McKinsey et les opioïdes

J’aurais aimé croire que le rôle que McKinsey a joué aux États-Unis dans l’affaire des opioïdes – en aidant non seulement Purdue, le fabricant de l’OxyContin, mais aussi d’autres producteurs d’opioïdes à vendre davantage de médicaments qui alimentaient une crise sanitaire majeure -, j’aurais aimé croire que cela aurait ruiné toute crédibilité de McKinsey à traiter un problème de santé publique aux États-Unis.
En même temps que ce cabinet travaillait avec les fabricants d’opioïdes pour les aider à en vendre plus et à éviter toute régulation, McKinsey officiait également pour l’agence gouvernementale américaine qui réglemente l’industrie pharmaceutique. Et il est apparu que l’entreprise a utilisé ses liens avec le gouvernement pour faire encore plus d’affaires avec les sociétés pharmaceutiques.
J’aurais aimé croire que cela aurait détruit toute crédibilité de McKinsey à travailler avec les gouvernements pour résoudre les problèmes de santé publique, mais apparemment ce n’est pas le cas. Apparemment, même en France, alors que le rôle de McKinsey aux États-Unis a été clairement établi, cela n’a pas empêché le gouvernement de travailler avec ce cabinet… Et je suis vraiment navré de faire ce constat.

[…]

Il ne s’agit pas seulement de l’OxyContin, qui n’était qu’un type d’antidouleur, il y avait aussi d’autres opiacés produits par d’autres entreprises qui étaient beaucoup trop prescrits. Cela a entraîné une épidémie d’addiction. Environ 5 % de la population des États-Unis est maintenant dépendante aux opioïdes, et beaucoup de gens devenus accros ont continué à consommer de l’héroïne ou du fentanyl (un puissant analgésique). Donc, oui, avant le Covid, le problème de santé publique le plus urgent auquel les États-Unis étaient confrontés était bien cette épidémie d’addiction causée par la prescription massive d’opioïdes. Et cela reste toujours l’un des problèmes de santé publique les plus graves. L’année dernière, plus de cent mille Américains sont morts d’une overdose d’opioïdes. Je le répète, plus de cent mille !
Cela reste donc, Ô combien, un problème de santé publique majeur. Et, permettez-moi de vous dire que la France risque de suivre nos traces. C’est l’une des raisons pour lesquelles cela m’intéressait de vous parler. De nombreux messages sont adressés aux médecins français pour les encourager à prescrire plus d’opioïdes. Des messages qui, si vous regardez attentivement, viennent de l’industrie pharmaceutique, sans avoir l’air de venir de l’industrie. Et cela fonctionne. La prescription d’opioïdes en France est en pleine croissance. Des lors, tout comme aux États-Unis, lorsque les prescriptions d’opioïdes ont augmenté, un problème de santé publique commence à se produire également chez vous. Les dommages causés à la population par les opioïdes prescrits en France sont en hausse. Et ce n’est pas seulement le cas en France, mais aussi en Suisse, en Suède, en Norvège, au Royaume- Uni, aux Pays-Bas. C’est un problème international.

Extraits d’un entretien du docteur Andrew Kolodny dans le journal La Décroissance de novembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *