Catégories
Politique

Le Crif plutôt que les Palestiniens

Emmanuel Macron a sans doute pensé que les temps troublés que nous vivons sont propices à un coup tordu contre les Palestiniens. Voilà en tout cas que la France reconnaît désormais Jérusalem comme « capitale éternelle du peuple juif ». C’est Jean Castex, s’exprimant au nom du Président, qui l’a annoncé le 24 février à l’occasion du dîner annuel du Crif.
En d’autres temps, cela aurait donné lieu à un séisme diplomatique. Rappelons que l’ambassaole de France, comme celles de la plupart des pays de l’Union européenne, est toujours à Tel-Aviv, et que l’ONU ne reconnaît pas l’annexion de Jérusalem par Israël. Ainsi, sans le moindre débat, la France imite Donald Trump et s’aligne progressivement sur Israël.
Un pas de plus dans l’abandon de la solution à deux États. Scandalisé, l’homme d’affaires palestinien Mounib Al-Masri, grand artisan du rapprochement culturel entre la Palestine et la France, a immédiatement fait savoir qu’il rendait sa légion d’honneur. Mais un mauvais coup ne venant jamais seul, le ministre de l’intérieur, Gerald Darmanin, avait annoncé, quelques heures plutôt, qu’il allait, au nom du président de la République, demander la dissolution du Collectif Palestine vaincra. Cette organisation, connue pour son intransigeance dans la lutte contre tous les racismes, est une nouvelle victime de l’amalgame entretenu par Emmanuel Macron entre critique de la politique israélienne de colonisation et antisémitisme. Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour plaire au Crif en période électorale!

Article publié dans Politis du 10 mars 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.