Catégories
Société

Développement personnel, régressions collectives

L’art de faire les choses jusqu’au bout ; De l’obscurité à la lumière ; Mon parcours, mes leçons de vie ; Réfléchissez et devenez riche ; Le best-seller qui a mené des millions de personnes vers le succès ; Trouver ma place : 22 protocoles pour accéder au bonheur (Par l’auteur du best-seller La clé de votre énergie)…
Nombreux sont les titres racoleurs qui garnissent l’étal du rayon « développement personnel » de cette librairie marseillaise.
[…]
En France, plus de 900 ouvrages de ce type ont été publiés pour la seule année 2021 – dont certains best-sellers se vendent à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. De mai 2021 à avril 2022, six millions ont trouvé preneur, représentant 71 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une augmentation de 17,5 % par rapport à la période précédente. Quoiqu’on en pense, le succès est là et il pose question. Est-ce que, comme disait l’autre, il n’y a pas de mal à se faire du bien ? Ou ces ouvrages ne sont-ils pas la tête de gondole d’une idéologie politique plus vaste qui imprègne nos vies quotidiennes ?

Si l’on suit les préceptes du développement personnel, chaque individu est appelé à trouver « en lui » les ressources nécessaires au dépassement des épreuves de la vie quotidienne. Le « bonheur » en devient un objectif accessible à tout le monde pour peu qu’on soit optimiste, volontaire et qu’on regarde la vie du bon côté – et ceux qui ne l’atteignent pas n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes ! Un phénomène qui semble être le dernier avatar de nos sociétés capitalistes et individualistes en crise.
Pour le documentariste Jean-Christophe Ribot, le développement personnel est avant tout une idéologie politique qui, en faisant du bonheur un choix individuel, légitime les inégalités sociales et économiques. Que ce soit en étouffant les souffrances au travail, en responsabilisant les pauvres ou en vantant le mythe de la réussite individuelle (la fameuse figure du self-made-man), elle mise sur nos peurs, nos peines, nos aspirations pour mieux nous isoler et devenir un outil de docilité.

Ce courant de pensée n’épargne pas certains milieux écologistes, où l’idée du « travail sur soi » prend parfois le pas sur la lutte collective. Un défaut de pensée systémique que critique notamment la militante écologiste et féministe Aude Vidal : « Se faire des illusions sur la capacité de ces petits gestes à remettre en question la course de notre monde, c’est une fabrique de l’impuissance ».

Autre pavé dans la mare du développement personnel, le culte du bien-être s’est par le passé révélé être un terreau fertile pour des idéologies de la pureté – raciale, ethnique, etc. C’est ce qu’illustre, sous des attraits bucoliques et champêtres, le courant de la
Lebensreform dans l’Allemagne du début du XXe siècle. Depuis plusieurs décennies, ce même culte a fait du corps physique une ressource à investir en faisant du « muscle » un des marqueurs visibles de cette volonté d’accomplissement individuel.

Tout n’est cependant pas à jeter dans les outils mobilisés par le développement personnel. Nous avons aussi besoin de prendre soin de nous pour faire exister nos combats et la lutte politique ne doit pas empêcher la recherche d’un mieux-être.
Méditation, espaces de paroles, communication non violente, questionnements spirituels… Autant de pratiques qui peuvent s’envisager en vue d’une transformation radicale de la société.
Contre le « bonheur » comme outil de contrôle et l’injonction à être « heureux », préférons la joie militante, le soin collectif et la lutte. Comme le rappellent la sociologue Eva Illouz et le psychologue Edgar Cabanas : « Ce sont la justice et le savoir, et non le bonheur, qui demeurent l’objectif moral révolutionnaire de nos vies. »

Introduction d’un dossier « Développement personnel » dans le journal CQFD de janvier 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *