Catégories
Environnement

Accords de libre échange et déforestation

[…] faire jouer à plein régime la théorie classique des « avantages comparatifs », selon laquelle chaque pays a intérêt à se spécialiser dans la production pour laquelle il est comparativement le plus compétitif. Pour les pays du Mercosur, ce sont principalement les produits agricoles. Pour l’UE, ce sont l’industrie et les services. […]

Poussés dans le dos par leur agro-industrie respective, qui avait beaucoup à perdre dans ce changement de régime, les pays du Mercosur ont cédé sur des points clés leur permettant d’avoir un accord équilibré. Les « lignes rouges » de l’Argentine en matière de « protection de l’industrie naissante » ou du maintien des « taxes à l’exportation » des matières premières ont notamment été balayées. Or ces dernières sont un instrument commercial autorisé par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), qui reconnaît leur fonction potentiellement bénéfique en matière de financement publique, de diversification de l’économie, d’industrialisation et de protection de l’environnement.
En confisquant le droit de ces pays d’user d’outils et de mécanismes de flexibilité prévus dans cette enceinte, l’UE enferme de facto ces pays dans le rôle de pourvoyeur de matières premières, de « ferme du monde » aux dépens du développement de leur chaîne de production locale et régionale et de la diversification de leur économie.

Or, la spécialisation agricole est mortifère pour la biodiversité et le climat. C’est le règne sans partage des monocultures, des écosystèmes ultra-simplifiés, des campagnes mutées en déserts écologiques. Le « bonus agricole » pour les États du Mercosur, c’est aussi de nouvelles coupes sombres dans la forêt amazonienne pour laisser paître les troupeaux, cultiver du soja transgénique pour alimenter le bétail, ou de la canne à sucre (destinée à alimenter la filière d’énergie renouvelable en Europe).
En clair, cet accord de libre-échange crée un appel d’air pour la déforestation. Un secteur qui représente déjà près de 20 % des émissions de CO2 à l’échelle mondiale.

Mais pour l’UE, l’enjeu est de consolider la position de son industrie, de tailler des croupières à la Chine en offrant, à ses fleurons industriels, de nouveaux débouchés outre-Atlantique. À cet effet, l’UE a usé de vieilles ficelles : « Diviser pour mieux régner ». La conduite en parallèle de nombreux accords de libre-échange avec d’autres pays du continent américain (Mexique, Chili, Colombie, Pérou, Amérique centrale), a porté ses fruits. Pour éviter d’être en perte de vitesse par rapport à ces derniers, les pays du Mercosur ont succombé à la pression. L’accord ficelé, les fruits ont un goût amer. Si l’un des enjeux était de s’affranchir de leur dépendance grandissante envers la Chine pour les produits manufacturés, ils l’ont troquée contre une dépendance européenne.

[…]

La délocalisation de la déforestation

8 octobre 2018 : coup de tonnerre de la communauté scientifique internationale. Le rapport spécial sur le changement climatique du GIEC nous signifiait qu’il restait douze ans pour éviter que la température moyenne mondiale ne dépasse pas l.5° C par rapport à l’ère
préindustrielle. A l’heure où le compte à rebours est enclenché, la mise en œuvre de la théorie économique des « avantages comparatifs » dans les accords de libre-échange nous apprend à marcher sur la tête.
Plantons le décor. L’agriculture commerciale est responsable de 80 % de la déforestation dans le monde et concerne notamment les secteurs de l’huile de palme, du soja, du bœuf et du cuir en grande partie destinés au marché européen.
Par ce biais, l’UE est responsable de près de 10 % de la destruction des forêts dans le monde. Qu’à cela ne tienne. L’Accord commercial creuse le sillon de la déforestation importée.
Analyse. Aujourd’hui, l’UE importe environ 300 000 tonnes de viande bovine par an, dont 80 % du bœuf importé provient déjà des pays du Mercosur. Le « deal » est d’en importer davantage.

Extraits d’un article d’Inès Trepant dans L’Écologiste de juillet–septembre 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.