Utilité publique

La justice donne raison à Rémi Fraisse

Le 1er juillet 2016, la justice a tranché : non, le projet de barrage de Sivens n’était pas « d’utilité publique ». Elle a donné raison aux opposants, et donc à Rémi Fraisse. En cette fin octobre, nous commémorons le deuxième anniversaire de la mort du jeune homme de 21 ans en rappelant aux pouvoirs publics que la voix des citoyens doit être entendue. Qu’aucun passage en force, comme ce fut le cas dans le Tarn, n’est acceptable.

Car ils sont légion, ces projets dont les coûts, supportés par la collectivité, sont très largement supérieurs à leurs bénéfices supposés, bénéfices souvent perçus par quelques-uns seulement. Parole et expertise citoyennes méprisées, avis défavorables d’organismes publics ou parapublics indépendants aussi respectables que l’ONEMA ou le Conseil national de protection de la nature ignorés, enquêtes publiques rangées dans un tiroir : nous comptons au moins cent cinquante projets nuisibles qui ruinent non seulement la nature mais aussi la crédibilité de la consultation publique.

Enquêtes d’utilité publique biaisées ou dévoyées

Le plus emblématique d’entre tous est sans nul doute le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. À 1’issue de la consultation au périmètre taillé sur mesure pour que le « oui » l’emporte, menée en juin, les opposants n’ont pas renoncé à leur combat. La justice ne s’est pas prononcée sur tous les contentieux, nationaux et européens. Mais voici que notre Premier ministre, Manuel Valls, annonce, bravache, que « ça va se faire ».
Alors que le gouvernement annonce une évacuation du site prochainement, le risque de voir se reproduire le drame de Sivens n’a jamais été aussi fort. Construisons plutôt l’avenir ensemble, en nous appuyant sur une démocratie participative réelle, seule garante d’un débat serein et de projets acceptables.

Article de Benoît Hartmann dans la lettre du hérisson n°263 (novembre 2016), publication de l’association France Nature Environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.