Social business

On pensait qu’il y avait des domaines dans lesquels l’égalité de traitement des personnes prises en charge restait et resterait la base déontologique, justifiant l’existence même de l’action. La médecine, évidemment, mais aussi l’éducation et le travail social qui « réparent » un peu les injustices créées par les inégalités sociales, psychologiques ou physiologiques.
Ces actions ont été confiées de longue date par la puissance publique à des associations, souvent issues du secteur caritatif, jugées expertes par leur expérience et la qualité de leurs interventions.
Depuis une dizaine d’années, ces associations sont elles aussi sommées de réaliser des économies. De nombreuses structures se sont regroupées, entraînant des économies d’échelles et des mutualisations de moyens. Mais cela ne suffit plus, paraît-il ! Alors, depuis l’adoption de la loi sur l’économie sociale et solidaire en 2014 et son application en 2016, une nouvelle logique copiée sur les modèles anglo-saxons de privatisation et de financiarisation de notre système socio-éducatif se met en place. Un réel changement de paradigme du fondement même de l’action sanitaire et sociale.

L’investissement à impact social (traduction des Social Impact Bonds américano-anglais) consiste à confier à des entreprises privées (essentiellement des banques et de très grands groupes industriels) le financement des programmes sociaux dits innovants avec retour sur investissement de l’État qui les rembourse en fonction des résultats. La nuit, par grand brouillard, on pourrait croire à du mécénat, mais il n’en est rien puisque cet investissement qui a rapporté jusqu”a 15 % en Angleterre rapporte en moyenne entre O et 6 % et, dans tous les cas, n’est jamais perdant pour les multinationales qui n’ont pas l’habitude de faire des cadeaux pour le fun et tirent en outre un bénéfice d’image considérable de ces opérations.

Il restait un domaine dans lequel il semblait indécent de gagner du fric sur le dos des gens : le social. Eh bah c’est fini ! Ça c’est le côté « Morale ». Mais ce n’est pas le plus important car on imagine bien que les groupes financiers ne vont pas investir dans n’importe quel domaine du secteur socio-sanitaire et surtout vont opérer une pression énorme sur les associations élues pour qu’elles réalisent de « bons résultats » !
Les dérives sont évidentes : si je dirige une association d’insertion professionnelle, je choisirai le public le moins éloigné de l’emploi pour être certain de complaire aux exigences de l’investisseur privé qui aura droit de vie et de mort sur ma structure en renouvelant ou non le contrat. Cette remise en cause de l’objectivité de choix des personnes précarisées pour « faire du chiffre » sera totalement contre-productive à terme et créera, de fait, plus d’exclusion encore. […]

Extrait d’un article d’Étienne Liebig dans Siné mensuel d’octobre 2017.

Savoirs et pouvoirs

Des savoirs sont en fait produits par milliers à chaque instant, dans les universités, les laboratoires industriels, les bureaux de conseil aux entreprises, les administrations comme l’INSEE, les groupes professionnels, les économistes, les ONG, les associations de patients, etc. Ces savoirs sont éminemment différents, ils sont plus ou moins diffusés, appropriés, critiqués, invalidés ou acceptés, et leur trajectoires publiques sont diverses. Certains ont peu d’impact, d’autres deviennent des normes, des vérités acceptées comme telles – et ce sont ces savoirs particuliers que nous nommons les savoirs (qui sont devenus) légitimes. Non parce qu’ils auraient une légitimité en eux-même, mais tout simplement parce qu’ils sont souvent repris dans les médias et par les élites, qu’ils deviennent des évidences de masse.

Le monde a beaucoup changé depuis quatre décennies et, avec lui, les savoirs qui comptent. Les think tanks libéraux des années 1970, des instituts de réflexion créés à l’initiative du monde des affaires et des réseaux républicains, ont joué un rôle capital dans ces évolutions. Leur but a été de décoloniser le social du politique, de réduire la place de l’État providence et de promouvoir une active libéralisation économique. Un exemple en est la Heritage Foundation, fondée en 1971, qui joue un rôle décisif dans la formulation intellectuelle et politique du tournant reaganien et qui fait de la théologie néo-libérale le nouveau savoir, le savoir évident.
(…)
La vision de la réalité qui domine depuis 30 ou 40 ans est souvent dite libérale, ou néo-libérale. Elle n’est pas d’un bloc mais s’organise autour de quelques convictions communes. Elle s’est imposée au long des années 1970 et 80, elle a été le fait d’intellectuels (comme Hayek) mais surtout d’un monde des affaires terrifié par la situation de la fin des années 1960 et les années70 : difficultés à contrôler les mondes ouvriers, aussi bien chez Fiat que chez General Motors ; à faire avec le refus des guerres post-coloniales (Vietnam notamment), notamment parmi les élites (dans les universités du Nord) ; à gérer la critique des dégâts environnementaux et sanitaires du progrès technique-industriel ; à contenir la contestation des pays du Sud, des non-alignés, etc.

Le résultat fut un retour militant au libéralisme économique et à l’individu seul responsable de sa vie, à l’effacement de la question sociale, du droit du travail, des règles de l’État providence – et à terme à la marginalisation radicale du politique comme lieu de discussion et décision.

Extraits d’un entretien avec Dominique Pestre dans le journal Les Zindigné(e)s de mars 2015.

Protectionnisme écologique et social

« L’ouverture (commerciale) crée de la concurrence, qui crée de la spécialisation, qui crée de l’efficience, qui crée de la croissance, laquelle est porteuse de bien-être. » Ainsi parlait Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), dans une interview accordée au quotidien « La Croix » en juillet 2013. Rarement la fable de la mondialisation heureuse n’a été aussi bien résumée.
(…)
De 1948 à l’année 2000, alors que le PIB mondial était multiplié par 7, le volume du commerce international était multiplié par 22. En 2012, les biens et services échangés par delà les frontières pesaient 18 000 milliards de dollars.
(…)
Si le « théorème de Pascal Lamy » était vrai, la pauvreté serait éradiquée depuis belle lurette, l’environnement serait sain, les conditions de travail seraient idéales dans chaque pays.
Évidemment, il n’en est rien. Alors les grandes puissances financières jouent sur un deuxième tableau : la peur. Sans le libre échange, ce serait bien pire.
(…)
Dès les années 1960 aux États-Unis, et dans les années 1970 en Europe, le libre-échange devient l’outil d’une nouvelle stratégie. Pour tuer dans l’œuf les revendications sociales dans les pays, quoi de mieux que la concurrence internationale ? Le développement des transports, de l’informatique, des technologies de communication et de la finance permet de délocaliser certaines productions dans des pays à bas coût de main d’œuvre. En parallèle, la réduction des tarifs douaniers, des quotas, et la déréglementation rendent ces délocalisations rentables. Si l’objectif est d’abord d’augmenter les profits, l’atout majeur du libre échange apparaît vite : il permet, grâce au chantage aux délocalisations, d’éviter toute contrainte écologique ou sociale trop forte, y compris dans les pays riches.
(…)
Dans cet ordre commercial, les États sont donc devenus impuissants. Impossible de contraindre les firmes à respecter des règles puisqu’elles peuvent délocaliser, impossible de taxer les richesses puisque les capitaux peuvent circuler sans entrave.
(…)
Il s’agit ensuite de relocaliser la production pour permettre aux peuples d’être autonome – ce que Gandhi nommait la « self-reliance ».
Cette autonomie est le seul moyen de sortir d’un rapport dominant-dominé et d’échanger non pas par obligation, mais dékibérément, d’égal à égal. Il s’agit également de changer les choix et les modes de production, en exerçant un contrôle politique et populaire sur les activités économiques. Tant que la production reste délocalisée ou délocalisable, il est impossible d’imposer des règles aux multinationales, de réduire les productions inutiles ou nuisibles, d’obtenir la démocratie dans l’entreprise.

Extraits d’un article d’Aurélien Bernier dans Les Zindigné(e)s de juin 2014.

Produire autrement et partager le travail pour en finir avec le chômage

Les causes du chômage tiennent à la conjugaison de trois éléments : un étouffement de l’activité par les politiques d’austérité et plus généralement par le détournement des financements vers l’économie spéculative, une compétition intra-européenne et internationale non régulée dont la principale variable d’ajustement est le travail, et une réduction du temps de travail non proportionnelle aux gains de productivité réalisés durant le dernier quart de siècle.

Les diagnostics qui mettent en avant les prétendues rigidités et le coût du travail français sont partiels car ils se focalisent sur un élément unique alors que l’on pourrait tout autant incriminer la faiblesse de la recherche française, les erreurs de management, les stratégies à courte vue, l’insuffisante qualité des produits français, etc.
(…)
Cela fait trente ans qu’on entend cette idée que le retour de la croissance va nous sauver. Or, non seulement la croissance ne revient pas, non seulement elle risque de ne pas revenir, mais surtout, il n’est pas souhaitable qu’elle revienne aux rythmes antérieurs.
Car il est désormais clair qu’elle s’accompagne de maux, de dégâts, de dégradations inestimables sur le patrimoine naturel et sur la cohésion sociale. L’écologie est donc porteuse de cette prise de conscience qu’il nous faut inventer autre chose, c’est-à-dire un modèle de développement capable de répondre à la diversité des besoins sociaux tout en respectant des normes strictes, sur les plans social et environnemental.
Ma thèse est que nous pouvons sortir par le haut de la grave crise écologique à laquelle nous sommes confrontés en mettant la résolution de celle-ci au service de l’emploi et du travail.
(…)
Produire autrement, enserrer la production dans des contraintes sociales et environnementales peut nous permettre à la fois de mieux partager l’emploi et de changer le travail. Jean Gadrey a montré dans ses travaux qu’une production plus propre, écologiquement et socialement, exige plus de travail. Cette plus grande quantité de travail, il nous faut la répartir autrement sur l’ensemble de la population active.
(…)
Ce partage devrait surtout selon moi s’accompagner d’une dés-intensification du travail, avec de nouveaux rythmes. Et ce d’autant plus qu’il nous faut désormais rechercher, dans un grand nombre de secteurs, des gains de qualité et de durabilité plutôt que des gains de productivité.
(…)
Cela fait plus de dix ans que nous prônons la prise en compte, à côté du PIB, d’autres indicateurs capables de mettre en évidence les évolutions des patrimoines et des collectifs qui nous importent : patrimoine naturel, santé sociale. C’est exactement cela que propose Eva Sas puisqu’il s’agit d’adopter quatre indicateurs, l’empreinte écologique, l’empreinte carbone, l’espérance de vie en bonne santé et l’indice de santé sociale, et de consacrer à l’analyse de leur évolution un temps déterminé de débat parlementaire.
(…)
Je préfère (au revenu inconditionnel d’existence) de loin une solution qui me paraît plus exigeante et qui conjuguerait le partage du travail, un revenu maximum empêchant un petit groupe d’accaparer et de privatiser des ressources collectives, et une protection sociale généreuse, qui serait largement déconnectée du travail et détachée du mythe de la productivité individuelle du travail.
(…)
Nos sociétés sont tellement tétanisées et désorientées qu’elles sont certainement prêtes à des changements. Pas nécessairement ceux que je propose, mais je crois que nos concitoyens sont désormais en attente de solutions radicales, tant on leur a raconté d’histoires.
(…)
Il faut en effet tout changer, engager une bifurcation radicale.
Cela nécessite de remettre en cause les situations établies, les intérêts des lobbies, sans savoir très bien ce qu’il y aura au bout du chemin et sans avoir réellement trouvé le bon argumentaire. Il faut réussir à montrer quels peuvent être les enchaînements vertueux, qui va y gagner, comment on va procéder, etc.
Et puis, il y a évidemment la question centrale de savoir qui va commencer et avec qui nous allons nous engager dans cette voie. Une telle révolution dans un seul pays est inenvisageable. Cela ne peut se faire qu’au niveau européen, et il faut donc parvenir à constituer des coalitions, des alliances susceptibles de promouvoir cette nouvelle configuration.

Entretien avec Dominique Méda le 2 mai 2014 par Barnabé Binctin sur le site reporterre.net

Du social au sociétal

Si la gauche a définitivement remisé au grenier à chimères la défense des travailleurs et la lutte contre l’exploitation, et, plus largement, toute perspective de dépassement du capitalisme, il lui reste un terrain de repli pour affirmer sa différence irréductible d’avec la droite : celui des « valeurs ». Un terrain où elle a transposé l’affrontement qui l’oppose à droite alors que rien ne l’en distingue plus dans les autres domaines, qu’il s’agisse de politique économique, de politique étrangère ou de politique sécuritaire.
Ce terrain, baptisé « sociétal », concerne l’évolution des mœurs et des mentalités. Pour fustiger et disqualifier les gens qui font obstacle à cette évolution, ont été remis au goût du jour les vieux vocables qui ponctuaient naguère le combat contre les possédants et leurs représentants politiques ou idéologiques : « arriérés », « rétrogrades », « réactionnaires »… Ce qui donne l’impression à cette « gauche morale » – mais non moralisante, qualificatif réservé à la droite – qu’elle est restée fidèle à sa tradition progressiste alors qu’elle n’est plus que moderniste.
Ainsi va-t-elle livrer un combat sans relâche pour l’égalité des sexes – ou des « genres » – au sein de la famille, au travail ou dans la vie politique, en laissant simultanément s’accroître, sous l’effet d’une politique économique entièrement soumise aux diktats de la « troïka », les inégalités sociales en matière d’emploi, de revenu, de logement, de formation, de soins médicaux et de durée de vie.

Extrait d’un article de Jean-Pierre Garnier dans le journal Les Zindigné(e)s de mai 2014.

Capitalisme et démocratie

À l’automne 2013, le GIEC, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, annonçait que la hausse moyenne de la température terrestre pourrait atteindre 5 degrés d’ici 2100. Notre système nous conduit donc tout droit à une catastrophe écologique.

Et même s’il n’en était rien notre monde est de toute façon à repenser, car profondément injuste. Ne citons à cet égard qu’un seul chiffre : 1 % d’ultra-riches dans le monde détiennent 50 % du patrimoine mondial. Selon l’ONU, pour éradiquer la faim dans le monde, il faudrait seulement 40 milliards de dollards par an. On nous dit que l’on ne sait pas où trouver cet argent. Pourtant, le budget militaire mondial est de 1 200 milliards de dollards par an et le budget publicitaire, de 500 milliards de dollards par an. Cherchez l’erreur.

Par ailleurs, passer sa vie à travailler pour rembourser des crédits, est-ce cela qui rend heureux ? Dans le monde, trois salariés sur quatre avouent ne pas trouver de sens à leur travail… Leur unique motivation est l’accès à la consommation que celui-ci leur permet. Et lorsque l’on parle de travail, encore faut-il rappeler qu’il y a dans le monde 200 millions de chômeurs et 1.5 milliard de travailleurs pauvres (2 dollards US par jour)…

Notre système échoue donc complètement sur un plan écologique, social et même économique. Et pourtant on nous ressasse les oreilles avec la « croissance » comme « moteur du progrès ». Comment en sommes-nous arrivés là ? Au XVIe siècle, Montaigne définissait le progrès comme « un chemin vers la vertu ». C’est au XIXe siècle que le philosophe anglais Herbert Spencer, par ailleurs ingénieur des chemins de fer, va faire rimer progrès avec capitalisme. Ainsi, en 1882, l’américain Andrew Carnegie, créateur du trust de l’acier, invite Spencer à New York et organise un banquet en son honneur. Les capitalistes de la côte est font un triomphe à celui que l’on considère comme le père d’une « théodicée du capitalisme sauvage ».

Alors, sommes-nous condamnés à rester esclaves de ce « capitalisme sauvage » ? Pour se libérer, encore faut-il déclarer qu’une situation est insupportable afin de pouvoir se révolter. C’est ce qu’on fait les descendants des Mayas, dans l’État du Chiapas, au sud du Mexique, le 1er janvier 1994. Cette date est celle de l’entrée en vigueur de l’Alena, l’Accord de libre-échange nord-américain. Pour les indiens mayas, l’Alena fait partie de la « quatrième guerre mondiale » qui, en soumettant les peuples et les États à la logique néolibérale, tend à les détruire. C’est pourquoi ils se sont constitués en une Armée zapatiste de libération nationale (EZLN), afin de réclamer la démocratie, la justice et la liberté. Ils vivent aujourd’hui selon les règles d’une démocratie directe radicale. Et nous, que que faisons-nous en Occident ?

Texte de Florence Leray dans le journal La décroissance de mars 2014.

L’investissement social

L’expérience connue sous le nom de Perry School Project est à la fois l’une des plus anciennes et des plus concluantes sur ce point. Au milieu des années 1960, un échantillon d’environ 130 enfants entre 4 et 5 ans issus de familles pauvres noires américaines est divisé en deux groupes de taille à peu près identique, un groupe expérimental (qui bénéficiera du projet) et un groupe de contrôle (qui n’en bénéficiera pas). Le groupe expérimental se voit proposer pendant deux ans un programme d’éveil et de préparation assez intense, avec deux heures et demi de classe par jour (quatre maîtres pour des classes d’environ vingt élèves) ainsi qu’une visite hebdomadaire dans la famille pour informer et former les parents. L’effort pédagogique se réclame assez ouvertement de Piaget : autant que possible, les maîtres laissent l’initiative aux enfants et en font le support de leur action pédagogique. Les quatre maîtres sollicités sont expérimentés et qualifiés.
Les deux groupes ont ensuite été suivis tout au long de leur vie. Les comparaisons disponibles quant à leur destin scolaire et social sont éloquentes. À 27 ans, plus du tiers des enfants du groupe de contrôle sont devenus des délinquants multirécidiviste (plus de cinq arrestations) contre une proportion résiduelle des enfants du groupe ayant bénéficié des deux ans de soutien. La moitié des enfants du groupe de contrôle n’ont pas fini leurs études secondaires contre moins du tiers des enfants ayant bénéficié du soutien.
Devenus jeunes adultes dans les années 1990, très rares sont les enfants du groupe de contrôle à gagner plus de 2000 dollars par mois alors que c’est le cas de la majorité des bénéficiaires du soutien pré-scolaire.
L’expérience démontre ainsi un impact de long terme considérable. Les moyens mis en oeuvre par enfant dans le cadre de ce projet sont très importants (à peu près 15000 dollars par an et par enfant), mais les évaluations aujourd’hui disponibles révèlent que les bénéfices sociaux (ne serait-ce qu’en termes d’aides sociales économisées et d’incarcérations évitées) sont près de huit fois plus importantes.

Texte d’Éric Maurin, « Le ghetto français », cité dans le journal Fakir n°63 (décembre 2013 – février 2014).