État répressif

Deux personnes tuées, sept cents blessés, vingt-cinq éborgnés, des mains arrachées, des mâchoires emportées…
Le bilan ne cesse de s’alourdir à chaque manifestation. Raphael Kempf, 36 ans, est l’avocat de quelques-unes des victimes d’un État de plus en plus autoritaire.

Siné Mensuel :
– En 1893, Sous la IIIe République, l’Assemblée vote dans l’urgence et l’émotion une loi visant à réprimer les anarchistes. Ce sera le début d’une série de lois d’exception qui seront appelées « scélérates » par les défenseurs des libertés. Dans « Énnemis d’État », le livre que vous publiez aux éditions La Fabrique, vous faites le lien entre ces lois scélérates et celles d’aujourd’hui. Quel rapport y a-t-il entre elles ?
Raphaël Kempf :
– Elles ont un rapport intime. Elles sont souvent adoptées après un événement, un attentat par exemple, qui a provoqué une émotion légitime. Mais le pouvoir exécutif va surréagir et proposer des lois qu’il n’aurait jamais pu faire adopter en temps normal. De plus, elles sont détournées de leur objet pour attaquer des idées ou des opinions.
Au lendemain des attentats du 15 novembre 2015, François Hollande déclare l’état d’urgence et donne à son ministre de l’Intérieur les pouvoirs conférés par la loi de 1955 votée au début de la guerre d’Algérie.
L’état d’urgence va être rapidement détourné de son objet pour être utilisé, non pas contre les terroristes mais pour humilier les musulmans, qui n’ont commis aucune infraction pénale dans l’immense majorité des cas, mais aussi les écologistes, les manifestants.
Enfin, comme au XIXe siècle, ces lois ne se fondent pas sur l’acte commis mais sur l’intention. Elles cherchent à limiter la liberté des citoyens pour ce qu’ils pourraient faire à l’avenir.
Léon Blum dit à ce sujet en 1898 : « Dirigées contre les anarchistes, elles ont eu pour résultat de mettre en péril les libertés élémentaires de tous les citoyens. »

– Avez-vous des exemples dans l’actualité ?

– En mai 2016, des personnes me disent : « On a reçu un arrêté du préfet de police qui nous prive du droit de manifester contre la loi travail. » Avec ma consœur Aïnoha Pascual, nous saisissons le tribunal administratif. Lors de l’audience, le préfet fournit des notes blanches, c’est-à-dire des documents venant probablement des services de renseignement, qui ne sont ni signées ni datées et qui affirment que M. Untel s’est rendu à telle manifestation où des violences et des dégradations ont été commises à l’endroit des forces de l’ordre ou de biens privés ou publics.
À aucun moment il n’est indiqué qu’il s’est personnellement rendu coupable de ces violences ou de ces dégradations. En fait, le préfet revendique l’idée de priver des citoyens de leurs libertés fondamentales, celle de manifester, celle d’aller et venir, sous prétexte qu’à l’avenir ils pourraient commettre des violences.

[…]

Sur les 4 500 perquisitions administratives pendant les deux années d’état d’urgence – c’est énorme -, moins de 2 % ont débouché sur une
condamnation pénale, et encore moins pour des faits « terroristes ».
Les perquisitions administratives sont des moments de violence et d’humiliation très grands pour les personnes qui en sont victimes : la moitié de ces perquisitions ont en effet été réalisées la nuit entre 21 heures et 6 heures ! C’est effrayant ce que s’autorise le pouvoir à l’endroit des citoyens.

Extraits d’un entretien de Raphaël Kempf dans Siné mensuel de février 2020.

Macron, l’héritier tueur

En juin 2018, au palais de l’Élysée, Emmanuel Macron a remis la Grand-Croix de la Légion d’honneur à Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin, compagnon de la Libération – on n’en finirait pas de dérouler la liste des hauts faits et des qualités de cet homme d’exception, mais là n’est pas mon propos.
À cette occasion, j’ai eu la surprise d’entendre notre président (on a un peu de mal à y croire parfois, on se dit que c’est un mauvais rêve, mais c’est un fait indiscutable : il a été élu pour de vrai) faire un éloge sans réserves du Conseil national de la Résistance et de son programme de 1945, dont il se prétendait toute honte bue l’héritier.

Ce type ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît, et c’est sans doute pour cela aussi que vous avez voté pour lui, bande de petits malins.
Cordier faisait partie des signataires du programme, avec les Aubrac, Guingouin, Hessel, Tillion, Vernant et quelques autres. Ce programme a été en partie appliqué après la Libération : loi des quarante heures, nationalisation de plusieurs banques, des grandes compagnies d’assurance, de l’électricité, du gaz, extension du pouvoir des comités d’entreprise, instauration de la Sécurité sociale et de la « retraite des vieux ». Un programme de progrès social, d’égalité et de justice, en somme.

Or c’est très exactement à la démolition de ces acquis que Macron s’emploie sans relâche. Denis Kessler, vice-président du Medef, l’avait d’ailleurs très clairement formulé voici quelques années en
définissant les « réformes » indispensables selon le patronat : « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du CNR. »
Si vous vous dites aujourd’hui « déçus » par Macron, vous n’aviez qu’à lire son programme électoral : tout cela y était écrit noir sur blanc. Bon, ça passe pour cette fois, mais vous ne recommencez pas en 2022, promis ?

Article de Jean-Marie Laclavetine dans Siné mensuel de janvier 2020.

Démocratie

C’est facile de dire : « Je suis démocrate. » « Il n’y a pas assez de démocratie. » « Je suis pour plus de démocratie. » C’est un mot sympathique. Mais c’est un mot vague et flou et, au fond, personne n’y met jamais la même chose. L’idée de démocratie renvoie à l’idée d’un peuple qui se gouverne lui-même. Mais ça ne veut rien dire.
La souveraineté populaire, ça n’existe pas ; le peuple, ça n’existe pas. Non seulement ça n’existe pas, mais ça n’existera jamais. Ce qui existe, ce sont des fractions, des groupes en lutte, etc.

Ce ne sont pas les Français qui élisent quelqu’un lors d’une élection, mais une partie, petite, qui impose sa volonté aux autres. Ce qu’on appelle la démocratie, c’est le fait qu’une partie des membres d’un territoire en gouverne une autre.
La seule différence avec l’aristocratie est que cette petite partie peut bouger et n’est pas fixée par les règles de l’hérédité. Je pense que le concept de démocratie, d’autodétermination du peuple est purement mystificateur. Nous vivons dans des systèmes de domination de la bourgeoisie économique et culturelle qu’il faut remplacer par un autre type de régime.

L’une des choses qui me frappent, c’est le fait que la vérité n’a pas de pouvoir contraignant sur les gouvernements. Les chercheurs produisent des connaissances puissantes. Par exemple, sur la migration, la drogue, les violences faites aux femmes, le climat évidemment, la prison.
Les gouvernants ne bougent pas, ils mentent sciemment. Il faut donc les contraindre. Je me demande si on ne pourrait pas mettre en place un conseil scientifique, comme il y a un Conseil constitutionnel, qui pourrait censurer les lois au nom de la vérité scientifique.

Dès que je parle de ça, on me répond souvent : « C’est un fantasme autoritaire. » Mais qu’on ne me parle pas de régimes autoritaires ! Regardez ce qu’on a aujourd’hui : Bolsonaro, Trump, Macron, Orbán, Salvini, Erdogan… Tout cela s’inscrit dans l’histoire de nos « démocraties libérales ».

Extrait d’un entretien de Geoffroy de Lagasnerie dans Siné mensuel de décembre 2019.

Main basse sur la sécu

Macron siphonne les ressources de la Sécurité sociale pour en organiser le déficit. Les gilets jaunes ont bon dos !
Que serait la Sécu sans son trou ? La question n’est pas que métaphysique. Depuis des décennies, elle prend une résonance très concrète dans le discours politique. Le « déficit » de la Sécu a fini par s’imposer comme une incontournable réalité dont les médias se font périodiquement l’écho pour accréditer l’idée que la Sécu serait chroniquement déficitaire. C’est faux mais c’est ainsi.

L’orchestration de ce tintamarre médiatique a permis de légitimer aux yeux de l’opinion publique l’idée qu’il fallait sans cesse réduire les dépenses.
Depuis plus de trente ans, malgré des besoins croissants, la couverture sociale diminue. Résultat de ces décennies de régression : la Sécurité sociale est désormais en excédent durable.
D’après l’Insee, les administrations de Sécurité sociale ont dégagé un excédent de 5,5 milliards en 2017 et de 10,7 milliards en 2018. De 2019 à 2022, l’excédent prévu par les documents officiels est d’environ 20 milliards par an. De quoi largement améliorer les prestations.

Au lieu de cela, Macron a décidé dès son arrivée au pouvoir de faire main basse sur ces excédents. Il a ainsi programmé fin 2017 (loi de programmation des finances publiques pour 2018-2022) le transfert des ressources de la Sécurité sociale vers l’État afin de maintenir les comptes dans un équilibre financier précaire. Restait à organiser concrètement ce scénario dans la loi.
C’est ce que prévoit de faire le PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) pour 2020.

Ce projet de loi, débattu cet automne par les députés, prévoit notamment que les exonérations de cotisations sociales décidées par le gouvernement ne seront plus désormais compensées par l’État, comme ce dernier en a l’obligation légale. Du coup, nombre de « mesures d’urgence » décidées à la suite du mouvement des gilets jaunes devraient être payées par les cotisations des salariés eux-mêmes… et grever les comptes de la Sécu.

C’est notamment le cas pour l’exonération de cotisations sociales sur les heures supplémentaires et la réduction du taux de CSG pour les retraités modestes. Avec ce racket organisé, Macron fait d’une pierre deux coups : il perpétue l’idéologie du déficit et il en fait porter le chapeau aux gilets jaunes, comme une certaine presse complaisante (ou mal informée) s’en fait l’écho.

On résume : le gouvernement définance la Sécu pour continuer à entonner la litanie du déficit et justifier ainsi de nouvelles mesures de régression sociale pour la retraite ou la santé. Dans le genre cachotier, le gouvernement en rajoute une couche en passant sous silence le fait que la Sécu aura bientôt remboursé sa dette. Le dernier rapport de la commission des comptes de la Sécurité sociale prévoit que ce sera le cas en 2024. Conséquence : plus de 15 milliards d’euros prélevés chaque année pour rembourser cette dette seront à nouveau disponibles pour améliorer notre protection sociale. Plus de déficit ni de dette pour la Sécu : ça mériterait bien un vrai grand débat, n’est-ce pas ?

Article de Pierre Concialdi dans Siné mensuel de novembre 2019.

Ce constant travail de destruction est à l’œuvre depuis longtemps (mise à mort de la sécurité sociale).

Politicard

C’est l’histoire d’un politicard dont tout le monde sait qu’il est corrompu. Il accorde des permis de construire sur des zones inconstructibles, les limonadiers se vantent de pouvoir l’acheter à pas cher pour arranger leurs petites affaires d’extension, de terrasses, etc.
Un pote avocat dîne l’autre soir dans le même resto que le procureur. Le proc se laisse aller à des confidences : « Oui, on a un dossier bien épais sur lui. »
On sait, on a des dossiers et puis… on regarde ailleurs.

Il a fallu que Fillon soit candidat à la présidence pour qu’on s’aperçoive qu’il était pourri. Il a fallu trente ans à la justice pour embastiller Balkany. Et, selon toute vraisemblance, Sarkozy n’aura jamais droit à la fouille rectale.
Dans ses mémoires, le commissaire Broussard racontait qu’on l’envoyait surveiller les mafieux corses sur l’Île de Beauté.
Ce à quoi il ajoutait que c’eût été plus facile de planquer place Beauvau, là où ils passaient le plus clair de leur temps.

En France on n’assassinera jamais le juge Falcone ou le juge Borsellino.
Pourquoi ? Parce qu’en France, il n’y aura jamais d’opération mains propres.

En France, des politiciens se font prendre en photo dans la piscine d’un trafiquant d’armes.
En France, un petit politicard de province peut continuer à toucher des pots-de-vin tant qu’il ne fait pas trop de vagues. Aucun journaliste, aucun procureur, aucun flic, aucun confrère ne viendra jamais lui causer d’ennui. Parce qu’en France, le vrai problème, hein… c’est l’immigration !

Article de Yan Lindingre dans Siné mensuel d’octobre 2019.

Griller l’audiovisuel public

Selon la stratégie consacrée par des décennies de politique libérale, réduire la masse salariale constitue la variable d’ajustement préférée des dirigeants. Il y aurait bien d’autres économies à faire pourtant, explique Bertrand Durand, vingt-huit ans de Maison ronde. Ce technicien de formation, aux allures d’amateur de rock, est secrétaire CGT du Comité social et économique. Il énumère.

La dispendieuse rénovation de la Maison de la Radio d’abord. Le coût des travaux n’a cessé de déraper à mesure du retard du chantier. Il atteindra 750 millions d’euros en 2025, soit trois fois plus que prévu, supporté au tiers par Radio France. « Cela représente environ 20 millions par an sur notre budget au détriment du reste. Et regardez ce studio quasi-neuf qui ne sert jamais. Il a été mal conçu, on entend le bruit des pas des techniciens dans les micros. »

La hiérarchie ensuite. Trop de chefs. « Chaque semaine, on nous annonce des promotions à de tout nouveaux postes de direction. Et bien sûr, le salaire qui va avec. » Entre 2005 et 2015, l’inflation des postes de direction était estimée à 58 % contre 6 % d’augmentation sur l’effectif total. À France Télévisions, le constat est similaire.
La Cour des comptes l’avait d’ailleurs souligné en 2016, mettant également le groupe en garde sur les achats de programmes entachés de soupçons de favoritisme : « Des règles strictes de déontologie doivent être mises en place sans délai pour mettre fin à certaines pratiques contestables. Par exemple, des responsables de programmes qui créent leurs propres entreprises de production et reçoivent immédiatement d’importantes commandes de France Télévisions ». Nagui, Patrick Sébastien, Michel Drucker… La télévision publique a curieusement engendré un certain nombre de millionnaires.

Bertrand Durand épingle enfin une gestion catastrophique du personnel. « La maison est régulièrement condamnée au prud’hommes pour des CDD à répétition et dépense des sommes considérables pour des ruptures conventionnelles dont certaines pourraient être qualifiées de complaisantes », note le syndicaliste. De l’humoriste Stéphane Guillon au technicien de France Bleu Sud Lorraine et ses 258 CDD, neuf fois sur dix le salarié obtient gain de cause. L’entreprise provisionne en moyenne 20 millions d’euros par an sur sa comptabilité pour « litiges », dont un tiers rien que pour les procès aux prud’hommes.

Sur le terrain, les équipes tirent la langue. Les effets combinés des précédents plans et de la nouvelle « lutte contre l’emploi précaire » – qui consiste non pas à titulariser les CDD mais à ne plus remplacer les salariés en congés ou en arrêt maladie -, se font sentir.
[…]
« Griller l’audiovisuel public pour laisser le champ libre aux petits copains du privé », suggère un journaliste, rappelant cette autre phrase du président de la République : « Qu’est-ce qui justifie qu’on mette de l’argent dans France Télévisions et pas dans TF1 ? » Vous connaissez la réponse.

Extraits d’un article de Léa Gasquet dans Siné mensuel de septembre 2019.

Journalistes et pouvoir

Les relations du monde politique avec la presse varient selon ses propres intérêts. Il l’aime quand elle le sert, la déteste quand elle le contrarie. Macron, comme tous les autres, n’a pas échappé à ces oscillations d’humeur.
De séduisants, quand ils taillaient un costard à Fillon, les médias sont devenus nuisibles le jour où le candidat s’est transformé en président de la République. Empêtré dans l’affaire Benalla, Macron a même fait exploser sa détestation au grand jour en déclarant que « la presse ne cherche plus la vérité ». C’était il y a un an. Depuis, les relations ne se sont pas apaisées, au contraire.

Le chef de l’État trouve les journalistes futiles, incompétents. Et dangereux. Pour calmer la profession, Macron a lancé une opération d’intimidation. Auditions libres, gardes à vue, perquisitions et convocations à la DGSI – neuf recensées à ce jour – se multiplient.

Devant l’urgence, l’Association de la presse judiciaire (APJ) a décidé de réagir. « Il n’est plus possible de considérer les journalistes comme des suspects », explique Jean-Philippe Deniau, le président de l’APJ, qui ajoute : « ll faut prévenir les journalistes de leurs droits. » Avec le cabinet d’avocats Spinosi, et le Syndicat national des journalistes, l’association a édité un Guide de défense du journaliste, petit couteau suisse des droits de la profession, de la loi de 1881 (elle-même menacée par le gouvernement, qui voudrait la réformer), des secrets des sources et de l’attitude à adopter face à la police et à la justice.

Faut-il emporter son portable ? Puis-je refuser d’aller à une convocation ou m’opposer à une perquisition ? Suis-je obligé de donner mes mots de passe ? Peuvent-ils emporter mes documents ? Pour consulter ce kit de survie du journaliste en milieu hostile, il suffit d’aller sur les sites de l’APJ ou du SNJ. C’est gratuit et indispensable.

Article de Véronique Brocard dans Siné mensuel de juillet 2019.

Liberté de la presse

Dominique Pradalié a été longtemps rédactrice en chef du journal de la nuit sur France 2. Aujourd’hui secrétaire générale du Syndicat national des journalistes, elle s’inquiète de la précarisation de la profession et de la mainmise du pouvoir.

[…] j’avais banni les sondages de mes journaux télévisés sur France 2. Je considérais que ce n’étaient pas des informations mais des vecteurs de promotion, de propagande, de pression pour faire croire aux gens telle ou telle chose. Mais quand vous voyez que, dans un des derniers magazines politiques de France 2, la première question posée aux hommes politiques, concerne l’immigration alors qu’on va avoir 2h30 devant nous !
Alors que le principal problème affiché des Français depuis des années, c’est le pouvoir d’achat, l’emploi, le travail. On tombe à la renverse. C’est scandaleux et c’est choquant.

Est-ce une « première » qu’il y ait eu autant de journalistes blessés ?

Parlons d’abord des manifestants, que le pouvoir nous présente comme d’épouvantables terroristes ! Même s’ils ont 72 ans ou plus, même s’ils sont dans une chaise roulante. Quelles suites vont être données à toutes ces exactions contre les centaines de blessé-e-s ? Contre les mutilé-e-s ? Il y a plus de vingt personnes qui ont perdu un œil, d’autres une main, d’autres qui sont à vie frappées dans leur corps et dans leurs certitudes constitutionnelles d’avoir le droit de manifester !

Les violences contre les journalistes posent une autre question : celle de la liberté de la presse.
Le pouvoir veut nous empêcher de faire notre travail ! On a plus d’une centaine de cas recensés par un confrère très sérieux, David Dufresne, qui documente chaque cas en vidéos, photos, témoignages, actes médicaux, etc. Voir Allo place Beauvau.

Plus de cent journalistes se plaignent d’avoir été empêchés de travailler : injuriés, agressés, visés, ciblés, matériel saisi ou détruit, cartes de presse subtilisées. Les preuves existent.
Beaucoup plus de plaintes ont été déposées contre les forces de l’ordre que contre les agresseurs gilets jaunes. C’est quand même fou ! La France est mise en garde par l’Onu, par le Conseil de l’Europe, par le Défenseur des droits, le président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, qui disent, en substance, vous êtes en train d’outrepasser vos droits en violant les droits constitutionnels que sont les droits de manifester, d’informner et d’être informé.

C’est donc du jamais-vu…

En cinquante ans, oui ! Autrefois, la profession se levait quand un journaliste était maltraité volontairement par les forces de l’ordre. Un journaliste ! Là, il y en a plus de cent et aucune question n’a été posée à la conférence de presse du président de la République. Rien ! Et encore, notre chiffre est sans doute sous-estimé.

De nombreux jeunes journalistes précaires ne veulent pas se manifester parce qu’ils ont peur de démarrer leur vie professionnelle avec des casseroles. Ils craignent que l’IGPN les fiche à vie. Au début, on a dit à tous les confrères : signalez-vous à l’IGPN. Puis, après, on s’est dit : « Est-ce une bonne idée ? Ça sert à les mettre en fiche, clairement, et puis une fiche, après, on ne sait pas ce qu’elle devient. Comme Gaspard Glanz ou d’autres.

Extraits d’un entretien de la rédaction de Siné mensuel avec Dominique Pradalié dans l’édition de juin 2019.

Les gilets jaunes et les médias

Vermine, racaille… Le traitement médiatique de la révolte des gilets jaunes est symptomatique de ce qu’Halimi appelait le journalisme de révérence : faible avec les puissants, dur avec les faibles.

Pour les violences policières, tout le monde est au courant. Même ceux qui hésitent à soutenir les gilets jaunes trouvent infâmes les yeux crevés, les vies abîmées. Mais il n’y a pas qu’avec les LBD qu’on fait un carton sur les protestataires.
Avec les mots aussi, et des formules comme les « bas instincts » (Vincent Trémolet de Villers) ou les « pulsions malsaines » (Hervé Gattégno) imputés à la foule par des éditorialistes en vue et leurs invités. Racontés par ces messieurs en embuscade devant leur télé, les gilets jaunes deviennent des « minus rongés par le ressentiment comme par des puces » (Franz-Olivier Giesbert) ou de la « racaille cagoulée » (Pascal Bruckner).

Le mépris pour ces moins-que-rien qui ont le mauvais goût de demander sur Facebook un monde plus juste en faisant des fautes d’accord, s’est déversé dès le début. D’entrée de jeu, un procès en populisme. Et pan ! Depuis, des épiphénomènes sont présentés comme le cœur du mouvement. Homophobe, raciste, antisémite, complice quand il n’est rien de tout ça, le gilet jaune est un « nouveau beauf » (Jacques Julliard) ou un « poujadiste » (Jean Quatremer). Le « Suicidez-vous » entendu à l’acte XXIII est, à la louche, le fait de « lamentables racailles » (Bruno Jeudy) et de « vermines » (Renaud Dély). Et tant pis pour les gilets jaunes qui, ce même samedi, disaient aux flics : « Ne vous suicidez pas, venez avec nous » et patientaient avec eux en discutant jusqu’à ce que l’ordre tombe enfin de laisser le peuple quitter la place de la République où il était « nassé » depuis plus de deux heures.

Sur cette déferlante d’injures, Alain Brossat, ancien professeur de philosophie à la faculté de Nanterre vient à point nommé poser deux mots parfaits : violences médiatiques.
C’est le concept qui manquait. « La violence médiatique est dans l’ordre des discours sur l’événement en cours, l’équivalent du monopole de la maîtrise des airs que s’assure une puissance impériale lorsqu’elle affronte un ennemi rivé au sol, écrit-il […] Elle s’éprouve comme un tort infligé à ceux qui n’ont qu’un accès infinitésimal à la parole publique ».

On la voit d’ailleurs s’exercer sur les ouvriers, chaque fois qu’ils font grève pour dire non à la fermeture d’une usine ou à la privatisation d’un service public.
On se souvient que l’an dernier les cheminots étaient, pour les mêmes, d’insupportables « privilégiés ».
Invités à la télévision pour y être sans cesse interrompus, des syndicalistes repartaient perdants, vaguement ridicules. À l’évidence, un journalisme de classe se renforce mais il indigne de plus en plus, et jusque dans la paisible Académie française où Danièle Sallenave sort des rangs avec un court essai intitulé Jojo le gilet jaune, référence à la petite phrase présidentielle de cet hiver.

En arrière-petite-fille d’un cheminot et d’une ouvrière à la peine sur un lavoir municipal des bords de Loire, la dame en gilet vert n’a pas l’esprit à s’engourdir sous les ors de la République. « J’ai éprouvé dès les premières manifestations un élan de sympathie, régulièrement renouvelé par le contraste réjouissant, à la télévision, entre leur assurance un peu maladroite et l’hostilité mal dissimulée des journalistes et de leurs invités », écrit-elle. À l’heure où le mépris coule à flots, l’académicienne, avec Alain Brossat, tient désormais ouvert le registre des violences médiatiques.

Article de Lara Smith dans Siné mensuel de mai 2019.

Colère

– Vous êtes très attaché à la colère.

– La colère est un don. L’abbé Pierre disait même qu’elle a été son don le plus précieux. La colère qui est pourtant l’un des sept péchés capitaux ! J’avais adoré ça. La colère est une force extraordinaire. Après, il faut l’architecturer, être capable d’en faire un carburant durable, pas juste un moteur à explosion.
J’appelle ça la « rage du sage ». Si tu n’as pas de colère, que veux-tu faire d’important ? Tu ne peux pas changer le monde sans ce feu-là.

– Les gilets jaunes incarnent-ils la colère d’aujourd’hui ?

– Oui, et sous une forme extrêmement légitime. Déjà, il faudrait les remercier d’avoir explosé la forme manif Nation-Bastille, traîne-savate ! Ils sont très rares, ces petits actes inventifs… Il y a eu Act’Up, un peu Greenpeace… Mais nous, la gauche radicale, nous restons trop peu créatifs sur les formes de lutte. Je regrette que les gilets jaunes ne s’en prennent pour l’instant qu’au gouvernement et pas aux vampires du profit… Les Bernard Arnault, François Pinault, Xavier Niel…
Tu ne peux pas atteindre un minimum de justice sociale si ces moguls-là, qui siphonnent la valeur en toute impunité, d’une façon obscène, ne se sentent jamais menacés !
La violence, ils l’exercent de façon systémique et permanente sur nous. Il faut les placer dans une situation critique où il se diront : « Maintenant, si on ne change pas, nous allons subir la
violence-retour qu’on a générée. »
Les gilets jaunes ne deviennent pas agressifs par hasard ! Ils ont subi des vagues continues de violence quotidienne – économique, symbolique, physique -, qui se compacte en une colère sédimentée qui n’avait jamais pu ou osé sortir. Cette violence-là est archisaine ! Quand elle est ravalée, elle débouche sur la dépression, le suicide, l’agression des proches.
Il va y avoir ce procès contre Orange où, enfin, pour la première fois, va être jugée une approche managériale fondée sur le harcèlement, qui a provoqué une vague de suicides sans précédent. Existe-t-il pire violence ? Après, quand tu casses une vitrine, quand tu démontes le Fouquet’s, ça reste une violence sur les biens. Elle fait mal à qui ? Aux assureurs ? Personne n’a égorgé de
flics. Eux, par contre, ont mutilé une trentaine de personnes déjà. Il faut être factuel ici.

Extrait d’un entretien entre la rédaction de Siné mensuel et Alain Damasio dans Siné mensuel d’avril 2019.