Perturbateurs endocriniens – Campagne de l’association Agir pour l’environnement

Cancers hormono-dépendants (sein, prostate, testicules…), diabète et obésité, troubles cardiovasculaires, troubles de la reproduction,féminisation des foetus mâles, asthme… Ces syndromes ou maladies peuvent être provoqués par la présence de perturbateurs endocriniens dans notre vie quotidienne. Les PE induisent des effets similaires sur la faune sauvage par le biais de la contamination de l’environnement : pollution des rivières et des océans, rejets urbains et industriels, pesticides agricoles, déchets dispersés, substances dangereuses émises par les décharges et les incinérateurs…

Leur diversité et leur usage massif entraînent une exposition permanente à ces produits que l’on peut retrouver dans les cosmétiques, les ustensiles et emballages alimentaires, les jouets, les aliments ou encore comme contaminants de l’air intérieur. Cependant, il est très difficile pour le consommateur de faire des choix éclairés étant donné qu’aucun étiquetage n’est obligatoire et que la composition des produits est complexe à déchiffrer.

Si la France se situe aujourd’hui parmi les pays européens en pointe sur cette question, la Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens (SNPE) prête une oreille attentive aux arguments des lobbies industriels.

Il est grand temps de mettre cette problématique au coeur du débat public afin de pousser les décideurs politiques à opter pour des mesures concrètes permettant une réduction de notre exposition aux PE. Les industriels peuvent et doivent utiliser des produits ou des techniques de substitutions qui ne soient pas nocifs, ni pour l’environnement, ni pour la santé humaine.

Extrait de la lettre envoyée par l’association Agir pour l’environnement dans le cadre de sa campagne au sujet des perturbateurs endocriniens.