Le nucléaire fait taire

A la fin du mois d’août 1945, Frédéric Joliot est nommé directeur du CNRS, le 3 janvier 1946, il est nommé Haut commissaire au CEA, le 19 mars 1950, il signe à Stockholm, un appel historique (signé par dix à quinze millions de personnes en France et plusieurs centaines de millions dans le monde, qui s’en souvient aujourd’hui ? Et qui sait que les Japonais ont déposé le 16 juin 2012 une pétition de sept millions et demi de personnes demandant l’arrêt du nucléaire ?). Cet appel proclame, entre autres, l’interdiction absolue de l’arme atomique.

Le 29 avril 1950, il est révoqué de ses fonctions et toute recherche pratique dans le domaine nucléaire étant considérée comme relevant de la défense nationale lui est désormais interdite. De fait, le gouvernement a tranché il n’y a pas de nucléaire civile ou militaire : il y a le nucléaire et c’est tout !

Extrait d’ « Atomes Crochus », une publication du réseau Sortir du nucléaire.