Guerre de classe

La fin de la croissance ne conduit pas à la fin du capitalisme. Au contraire, la crise dans laquelle nous sommes englués depuis des années permet d’accélérer l’offensive libérale. De privatiser en masse, de marchandiser tous les secteurs de l’existence, de soumettre l’ensemble des activités humaines à la sacro-sainte loi de la Rentabilité, de s’attaquer à la protection sociale, à la solidarité, de précariser, flexibiliser. Assurances maladie à vendre. Retraites par capitalisation à vendre. Ports à vendre. États à dépecer, services publics à brader.
Et les mêmes qui font aujourd’hui le constat de la croissance zéro, après avoir soutenu la foi en une croissance éternelle, appellent à nous asservir toujours davantage à l’économie. Que ce soit sous la plume de Michel Sapin ou d’un éditorialiste des Échos, le programme est clairement annoncé : tailler dans les dépenses publiques, dans la masse salariale des fonctionnaires, démanteler la sécurité sociale, alléger les charges (novlangue pour cotisations sociales) des entreprises.
C’est ce que met en œuvre le Parti socialiste (et ce depuis trente ans, n’en déplaise aux pleureuses qui menacent de fronder), sous la bénédiction du Medef. La nouvelle loi Macron pour la croissance et la servilité ne fait que renforcer cette logique. Déréglementations, attaques contre le code du travail, ouverture des commerces le dimanche, la nuit, politique de classe au service du capital. De choc de compétitivité en choc de simplification, les producteurs-consommateurs sont appelés à se mobiliser pour la cause du Redressement. Et demain peut-être, notre PIB augmentera de 0.2 %.
(…)
Patrick Artus appelle à pousser plus loin cette thérapie du choc : une fois fait le constat de la grande stagnation, le membre du conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre ordonne de plier un peu plus les rouages de l’économie que nous sommes aux exigences des entreprises.
Les ressources humaines bien formées et mobiles dans tous les sens du terme contribuent non seulement à augmenter la productivité du travail mais aussi à stimuler l’innovation, écrit-il avec sa comparse Marie-Paule Virard.
Chacun doit s’adapter, être flexible, échine souple et nuque inclinée, se former aux nouvelles technologie, acquérir les compétences nécessaires pour développer son employabilité. Pour que le capital humain, source majeure de croissance et de compétitivité, turbine à plein rendement, il faudra en finir avec le CDI, retarder l’âge de départ en retraite, diminuer le SMIC. Pas de pitié pour les gueux.

Du haut de sa tour de bureaux, le chef économiste de Natixis reconnaît que ce qu’il préconise risque d’être impopulaire… Et effectivement, on imagine mal le sexagénaire ventripotent quitter le gratte-ciel de sa banque pour s’aventurer hors du périph et aller face aux prolos leur annoncer ceci : La croissance est finie mes braves, nous diminuons vos salaires, nous cassons vos CDI, nous vous licencierons plus facilement. Va falloir travailler plus et être mobiles, feignasses.

Extraits d’un article de Pierre Thiesset dans le journal La Décroissance de mars 2015.