Démocratie entre parenthèses

Je prenais un café, ce matin, au Bourbon, le bistro à côté, avec des ex-Marcheurs. Des déçus du macronisme. […] Quand je les écoute, s’ils sont amers, c’est parce que, durant la campagne, on leur causait de « community », d’ « horizontalité », de « co-working », d’intelligence collective. Et ce baratin tranche, en effet, avec son (Macron) exercice solitaire, vertical, du pouvoir.

[…]

Il a cette phrase, dedans (entretien de Macron à la NRF) : « J’assume totalement la verticalité du pouvoir. » Dans la foulée, il dit « haïr l’exercice consistant à expliquer les leviers d’une décision ». Il s’agace un peu devant le temps consacré à la « délibération », c’est à dire au débat démocratique : « Il faut faire attention qu’il ne devienne pas de l’indéterminé. Le délibératif est une phase transitoire. »
Même le libéral L’Opinion commente : « Cet entretien s’inscrit dans la vision monarchique… »

[…]

Dans un entretien à l’hebdomadaire Le 1, dans le numéro de juillet 2015, il expliquait déjà « qu’il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du Roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort ».
N’avouait-il pas non plus, dans un entretien à Paris-Match à la veille de la Présidentielle que « le moment que nous vivons à quelque chose de napoléonien » ? – « La raison pourquoi la plupart des
gouvernements de la Terre sont despotiques, c’est que cela se fait tout seul… »
Eh oui, Macron se voit, manifestement, comme un homme-providentiel : « Je ne suis que l’émanation du peuple français pour le romanesque », confie-t-il toujours à la NRF.
Avec une mission grandiose : nous faire « sortir de l’insignifiance », nous faire « renouer avec un souffle plus profond », nous faire entrer « dans une nouvelle aventure où le tragique s’invite » !
Quand on est « en marche », il faut toujours un guide, un duce… Nous l’avons trouvé.

[…]

Vous savez, c’est devenu un tic, chez les élites, médiatiques ou politiques, de dénoncer le « populisme ». Depuis une dizaine d’années, au moins. Je me souviens de l’éditorial de Serge July dans Libération, le 29 mai 2005, après la victoire du « Non » au Traité constitutionnel européen : « une épidémie de populisme ».
Après ce jour, après ces 55 %, c’est ancré, c’est marqué : leur projet, « la concurrence libre et non faussée », les peuples, le nôtre en tout cas, n’en veulent pas. Leur projet est démocratiquement mort. Cela ne signifie pas qu’il est mort tout court : il suffit de contourner la démocratie.
Je cite souvent un rapport, publié en 1975, de la Commission trilatérale – qui rassemble les élites japonaise, américaine, européenne.

Ce texte était intitulé Crisis of Democracy, Crise de la démocratie. Ou plutôt, « Crise de démocratie ».
Parce que le problème, là, d’après ces experts, c’est qu’on avait trop de démocratie. Il fallait, bon, peut-être pas s’en débarrasser, mais calmer tout ça. Samuel Huntington, l’inventeur du
« choc des civilisations », énonçait ainsi : « Ce qui est nécessaire est un degré plus grand de modération dans la démocratie. (…) Le bon fonctionnement d’un système politique démocratique requiert habituellement une certaine mesure d’apathie et de non-engagement d’une partie des individus et des groupes. »

Les élites, aujourd’hui, poussent le bouchon plus loin que cette seule « apathie politique« . Dans son livre, L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie !, le journaliste Hervé Kempf a collecté un paquet de citations, éclairantes, sur cette « démocratie formelle » qui vire à la « dictature informelle » : Christophe Barbier, rédacteur en chef de L’Express, recommande un nouveau traité européen, mais puisque « les peuples ne valideront jamais un tel traité (…), un putsch légitime est nécessaire ».
James Lovelock, scientifique influent : « Face à la crise écologique, il peut être nécessaire de mettre la démocratie de côté pour un moment. »
Georges Steiner, essayiste : « Il est concevable que la solution dans les grandes crises économiques soit une solution à la chinoise, technocratique. Que nous évoluions vers un despotisme libéral. Ce n’est pas un oxymore.
Il reviendra peut-être à des despotismes technologiques d’affronter les grandes crises qui dépassent les systèmes libéraux traditionnels. »

Extraits d’un long article de François Ruffin dans le journal Fakir de juillet-août 2018.

Émotion, répression, soumission.

Pour moi, ce qui s’est passé pendant la COP21, c’est encore plus grave que d’ensemencer des champs d’OGM, de polluer l’air, la terre et l’eau. La répression des militants écologistes porte atteinte à l’esprit du vivre ensemble. La présomption d’innocence a disparu, les assignations à résidence ont été prononcées sans jugement, le pouvoir exécutif a appliqué des mesures antiterroristes contre des opposants politiques susceptibles de gêner le bon déroulement de la COP21… Il y a de quoi être très inquiet devant les projets législatifs et constitutionnels qui visent à pérenniser l’état d’urgence et à donner à l’exécutif un pouvoir sans contrôle. Nous avons franchi un nouveau seuil dans l’atteinte à la démocratie et aux libertés fondamentales : un militant qui n’a encore commis aucun acte devient suspect et peut être enfermé par précaution ! Cela me rappelle les années 1960, quand nous avions milite dans l’Arche contre les camps où étaient internés des Algériens suspectés d’être membres du FLN…

À Saint-Victor-et-Melvieu, nous avons mené des actions contre l’implantation d’un transformateur et d’éoliennes industrielles, quelque temps après les attentats de janvier 2015. On nous a envoyés des Robocopp avec leurs Flash-Ball. Un militant s’est fait menotter et a été embarqué dans un car de police pour passer l’interrogatoire. Je n’ai jamais vu ça en dix ans de lutte contre les OGM. Je suis outré de la façon dont le pouvoir provoque les manifestants. Le pouvoir a intérêt à entraîner une dérive violente. Pendant la lutte du Larzac, j’ai vu des policiers se mêler aux manifestants et lancer des pierres, je connais leurs manipulations. Ils ont intérêt à ce qu’ il y ait un engrenage dans la violence, parce qu’ils savent réprimer. Mais si on reste dans un cadre non-violent, ils ne savent plus comment faire. J’ai l’impression que les écologistes deviennent des boucs émissaires sur lesquels le pouvoir expérimente une nouvelle répression, en attendant de voir si les gens vont protester ou laisser faire. Notre-Dame-des-Landes ou Sivens sont pour eux des terrains d’exercice, pour mettre en place un pouvoir plus autoritaire. Mais il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas au service du pouvoir : nous donnons aux élus un mandat, les députés nous représentent, mais nous ne leur donnons pas notre conscience. Ce sont eux qui doivent être au service des citoyens, non pas l’inverse.

Le pouvoir profite des attentats commis à Paris, de ce crime de sang odieux, pour cacher le crime du nucléaire, de l’exploitation du tiers monde, de la nature, des hommes, pour masquer ce terrorisme industriel qui tient des millions de personnes en otages et qui exerce lui aussi une très grande violence sur l’ensemble de la planète. Pour le pouvoir, ce moment d’émotion qui succède à l’horreur des attentats, c’est une occasion à saisir au vol : le gouvernement sait se servir de la peur des gens pour manipuler l’opinion. Ce qu’il veut, c’est le consentement à la soumission. Il veut que les Français restent des « veaux » comme disait de Gaulle, qu’ils se taisent tant qu’ils ont du pain et du cirque. Franklin disait : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

Extrait d’un entretien de Jean-Baptiste Libouban dans le journal La Décroissance de février 2016.

Démocratie, médias et pouvoirs

Dans le Tarn comme dans d’autres départements voisins, « La dépêche du Midi » est le grand quotidien local. Au début, il a assuré une couverture relativement neutre de la « bataille de Sivens ». Face à notre étonnement, une équipe de journalistes nous avait expliqué qu’en effet, ils n’avaient « pas encore reçu de consignes ». Manifestement, elles sont vite arrivées : le journal s’est ensuite transformé en organe de propagande en faveur du barrage porté (entre autres) par le conseil général du Tarn-et-Garonne. C’est que son président n’est autre que le PDG du groupe La Dépêche, Jean-Michel Baylet, un petit Berlusconi du midi toulousain qui sait multiplier les casquettes (il est aussi président du PRG, d’un syndicat d’irrigation, d’un club de rugby, etc.).

Extrait d’un article de Yasmine Berdoulat dans le journal CQFD d’octobre 2014.

Pourquoi la démocratie se meurt ?

Il y a deux moyens de tuer la démocratie : la trahison des peuples, ce qui les détourne des urnes, et l’autoritarisme, qui impose sans débat des mesures arbitraires.
Lui, bouffi-bouffon président, a d’abord trahi. Il continue. Annonces dévotes faites au patronat, dénonciation sarkozienne des prétendus « abus sociaux » : la barre déjà bien vissée à droite toute, le pédalant capitaine accélère.
Avec de bonnes semelles pour écraser ces trouffions de prolos sacrifiés sur l’autel d’une raison barbare qui voudrait, depuis trente ans, que le bonheur des peuples passe irrémédiablement par leur massacre économique et leur disqualification sociale. Mort-vivant tu seras puisque tu ne votes plus pour moi. C’est bien fait pour toi.
Lui, bouffi-bouffon président, avec à sa botte les deux assemblées parlementaires, a désormais le culot de nous annoncer une pluie de décrets et ordonnances. La nouvelle est presque passée inaperçue dans le tintamarre dieudonnesque. Plus fort que le coup d’état permanent, l’abus de pouvoir érigé en système de gouvernement. La droite marteau l’avait annoncé pour son retour au pouvoir. La gauche collabo anticipe les désirs de son Kapital de maître. Rangez vos croquenots, ravalez vos slogans de manifestants et restez bien couchés dans votre niche : interdiction de grogner, sinon vous n’aurez même plus d’os à ronger.
Décréter, ordonner, imposer, interdire : il faut habituer le peuple à courber l’échine sous l’arbitraire de mesures prétendument « urgentes ». Première mesure d’urgence, la lutte contre l’antisémitisme : le combat est évidemment légitime, mais comme mesure d’urgence on fait mieux. Surtout quand il est mené par un Manu manant de Valls bardé d’un beau brevet de salopardise. Minable entrepreneur de la désintégration des Roms. Abominable maire inquiet de la couleur de peau des habitants de sa ville, exigeant, comme à la foire aux esclaves, d’avoir sur les marchés son lot de « Blancs, de Whites et de Blancos ». Misérable dénonciateur de « l’antisémitisme des quartiers populaires » (elle est pas belle la stigmatisation amalgamante ?). Ach, le peuple, gross problem !
Et voilà qu’après l’interminable saga du mariage pour tous l’année démarre sur le feuilleton Dieudo. Overdose d’enfumage sur fond de saloperies redoublées par lui, le président bouffi d’énarchie, qui s’en va technoparadant vers une des plus grosse euro-gamelles électorales (…) Il s’en fout. Il a gagné son brevet de pantouflage pour bons et loyaux services rendus à l’oligarchie dominante.

Extrait d’un article de Pierre Concialdi dans le journal Siné mensuel de février 2014.