Histoire officielle et roman national

Le 12 mars 1956, le président du Conseil, Guy Mollet, est investi des pouvoirs spéciaux par 455 voix contre 76. L’État choisit alors la guerre, et l’armée, la torture. Cette fois pas d’argutie possible : c’est bien « la République qui torture au nom de la France une et indivisible » (L’Humanité, 26 mars 2014 ).
À cette sentence, l’historienne Suzanne Citron ajoutait : « Mon image de la République, préservée par la Résistance, s’effondre. » Cette grande dame s’est éteinte ce lundi 22 janvier à 96 ans.
Le matin même, le député LREM Cédric Villani demandait qu’Emmanuel Macron « reconnaisse et condamne officiellement l’attitude de l’armée française de l’époque » (L’Humanité, 22 janvier ) et que la lumière puisse être faite sur la disparition de 3 024 personnes arrêtées par les paras entre janvier et septembre 1957. Et d’assurer, audacieux, que « l’État ne cherchera plus à imposer sa vision ».

Une phrase qui fait écho à l’œuvre de Suzanne Citron, qui n’avait cessé de se mettre à distance critique de l’histoire officielle, celle qui procéda longtemps par occultation des crimes d’État (ceux de la décolonisation, mais il en fut ainsi longtemps de la Shoah, de l’esclavage, etc.).
Cette histoire, mise en scène politiquement depuis la IIIe République, ne savait qu’honorer le « culte des ancêtres et du passé héroïque », plongeant de fait toutes les autres mémoires à venir, notamment celle des victimes et de leurs descendants, pourtant parties prenantes de la société, dans un passé de second plan. Une « vicissitude », disait De Gaulle. Un détail.

Cette histoire a également exigé longtemps qu’on plie genou devant la Nation ( » un plébiscite tous les jours », selon Ernest Renan) pour être bon Français. Qu’on s’oublie soi-même. Ainsi les mémoires – pourtant françaises, pleinement françaises – nées des immigrations postcoloniales furent-elles longtemps effacées du tableau. Cette tradition historiographique réactionnaire existe encore. Elle sert tous les propagandistes identitaires d’aujourd’hui qui exigent l’assimilation comme on exige une capitulation : sans condition. Ils s’appellent Valls. Elle s’appelait Suzanne Citron. Osons une épitaphe : « Une France des diversités et des multiples racines est à inventer ; morceau d’humanité, bribe d’Europe, présage d ‘avenir (L’Humanité, 26 mars 2014). »

Article de Pouria Amirshahi dans l’hebdomadaire Politis du 25 janvier 2018.

Police et démocratie

Passé presque inaperçu, le rapport du Défenseur des droits sur la doctrine du « maintien de l’ordre au regard des règles de déontologie » remis le 10 janvier au président de l’Assemblée nationale, mérite qu’on s’y arrête un instant.
Il faut dire que pour ce qui est de la police, l’ambivalence règne : héroïsée au nom de la lutte antiterroriste, elle est détestable quand elle brutalise, humilie, blesse, voire tue. Il était plus que temps d’ouvrir un débat public…

Dans une mutation sémantique qui dit beaucoup de notre époque, les « gardiens de la paix » sont depuis quelques années maintenant appelés les « forces de l’ordre ». En 1986, leur code de déontologie stipulait que « la police nationale concourt à la garantie des libertés individuelles » et « s’acquitte de sa mission dans le respect de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ».

Sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, puis de Manuel Valls, un nouveau code a supprimé cette référence aux libertés individuelles. Jacques Toubon ne le dit pas mais s’arrête sur ce que cette évolution – durcie encore par les lois sécuritaires de 2015 à 2017 – a entraîné. Au-delà du « professionnalisme reconnu des agents spécialisés en maintien de l’ordre », les auditions qu’il a effectuées (une quarantaine) et les cas dont il a été directement saisi dessinent un tableau inquiétant.

Les tensions, accidents et violences de ces derniers temps ne peuvent être mis sur le dos des seuls « autonomes » et « casseurs » aux méthodes de vandales. On constate de graves carences dans le système de formation, des entorses manifestes par certaines unités aux principes de « retenue » et de « mise à distance », un surarmement qui fait de nos bleus de vrais Robocop, le recours à des techniques d’interpellation et, surtout, à des armes dangereuses.

À côté d’un « malaise policier » (nourri par l’instrumentalisation politique de la police et un épuisement des agents sur le terrain), se répand un « sentiment d’impunité à l’égard des manquements imputés aux forces de l’Ordre ».
Les propositions du Défenseur des droits sont bienvenues : former, contrôler, désarmer (partiellement) et humaniser la police. À l’instar d’autres pays européens, si l’on en croit le rapport. Une utopie républicaine ? Voire… Car lorsque la police – aux pouvoirs désormais exorbitants en France – dévie, notre démocratie s’abîme.

Article de Pouria Amirshahi dans l’hebdomadaire Politis du 18 janvier 2018.

Dégradation de nos démocraties

Nos gouvernants […] n’ont pas compris que le FN est le fruit d’une dégradation de nos démocraties où le cynisme et l’impuissance viennent s’ajouter à l’isolement, voire à l’individualisme entretenu par le chômage, la précarisation de l’emploi et dans le travail.
On est confronté à deux réflexes. Un réflexe presque citoyen malgré les apparences : adresser un bras d’honneur électoral par l’abstention en réponse au bras d’honneur de la plupart des élites. C’est compréhensible. Et le vote assumé, maintenant, pour l’extrême droite, y compris dans sa part de xénophobie, ce qui est très grave. Voilà le résultat de toutes ces peurs anxiogènes cultivées ou banalisées sur l’immigration et les étrangers.
[…]
En quoi la politique économique de Hollande vous surprend-elle ?
Je ne m’attendais surtout pas à ce qu’on piétine ainsi une éthique, des convictions, des engagements, même « modérés ». S’être fait élire sur le combat contre la finance et commencer par le gavage du privé avec l’argent public, pourtant censé être destiné à réparer les failles de notre pays, c’est un pur scandale. Le CICE, le pacte de responsabilité… ce n’était pas prévu.
Dans le domaine des droits et des libertés, je m’y attendais encore moins. Là, on touche le fond. On invoque la République de manière creuse, la confondant avec l’ordre et la sécurité, et pendant ce temps on fait des choix qui délitent les solidarités collectives et donc la République réelle.

Pourquoi accepter un gouvernement qui trahit ?
Mais je ne l’accepte pas. Je n’ai pas voté la confiance à Valls. L’honnêteté devrait d’ailleurs l’inciter à se poser des questions. A-t-il fait reculer le chômage et la pauvreté ? Il se pose comme le meilleur rempart contre le FN. Le FN a-t-il diminué ? Qu’i1 réponde à ces questions, qu’i1 fasse son examen de conscience et on en reparlera.

Extrait d’un entretien entre Pouria Amirshahi et la rédaction de Siné mensuel (numéro de janvier 2016).