République et police

Le médecin légiste constate un « traumatisme facial sévère, avec fractures de l’ensemble de l’hémiface droite, et des fractures costales » ainsi qu’un « œdème pulmonaire aigu » qui a entraîné le
décès de Mme Redouane.
Puisque le légiste ne peut dire avec certitude que les blessures subies par la victime avant la survenue de l`œdème en sont la cause directe, justice, police et gouvernement proclament que la mort de Mme Redouane est indépendante du fait qu’elle ait été blessée par – au moins – une arme de la police. On est prié d’en rester au constat d’un malheureux accident qui n’a pas joué de rôle dans l’altération de l’état de santé de Mme Redouane.
Ce qui est certain, c’est que l’usage d’une arme contre cette personne n’était pas nécessaire, ce qui le rend ipso facto disproportionné. Les « autorités » restent muettes à ce sujet.

[…]

le 19 mars, le ministre de l’Intérieur a déjà conclu : « je ne voudrais pas qu’on laisse penser que les forces de l’ordre ont tué Zineb Redouane, parce que c’est faux. Elle est morte d’un choc opératoire après avoir […] semble-t-il, reçu une bombe lacrymogène qui est arrivée sur son balcon. » Le fait qu’au quatrième étage du 12 de la rue des Feuillants, il n’y pas de balcon ne saurait arrêter une aussi belle assurance. Mais pourquoi une grenade arrive-t-elle comme cela sur un balcon inexistant et fracasse-t-elle le visage d’une personne qui n’était pas sur ce balcon fictif ?

Ce qui est très intéressant dans ce protocole de gestion des effets de la violence policière contre Mme Redouane, c’est qu’il va être appliqué de manière systématique dans les deux autres cas qui ont retenu notre attention. L’attitude du pouvoir, du parquet et de la police agissant tous dans le même sens, est désormais définie en une sorte de doctrine ; toute violence policière observée n’a pas eu lieu et on peut – en la dissimulant – en prouver l’inexistence. C’est évidemment fou et certainement dangereux (y compris pour ceux qui veulent ainsi se protéger), mais c’est le choix
actuel du gouvernement.

On se souvient des blessures infligées par une charge de police le 25 mars 2019 à Nice à cette militante pacifiste de 75 ans alors qu’elle manifestait – en tenant un drapeau sur lequel était
inscrit le mot Paix – contre l’interdiction de manifester qu’elle jugeait abusive. Il s’en est fallu de peu qu’elle n’en meure. Durant quelques jours, les autorités ont construit la fable selon laquelle Mme Legay avait trébuché sur un potelet de voirie. Les actions de la police n’avaient rien à voir avec son faux pas.

C’est qu’il fallait ne pas répondre à cette question : quelle était la proportionnalité de l’intervention policière brutale, potentiellement létale, avec l’infraction, si toutefois on considère qu’il y en avait une ? En effet, interdire de manifester est une décision grave qui contredit le principe constitutionnel du droit de manifester. Ne pas l’accepter peut être légitime, voire
utile au bien commun. Mais, depuis quelques années, sous prétexte de l’exclusive légitimité donnée par l’élection, certains politiciens considèrent dangereusement que la manifestation n’est, au fond, qu’une tentative de sédition.

Il faut donc que la justice – en la personne d’un procureur complaisant – commence par nier les faits et confie l’enquête à des personnes dont la partialité est assurée. Le procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, affirme que Mme Legay n’a pas été touchée par les forces de l’ordre. C’était faux et il le savait. Il finira par l’avouer sous la pression des médias et grâce au témoignage… d’un policier acteur de la scène.

[…]

Dans les trois situations qui sont ici observées, quel ordre républicain était mis en péril qui justifiait l’usage d’une force par deux fois létale et la volonté de disculper inconditionnellement la police par le déni, le mensonge, la soumission du parquet ? En démocratie est-il possible que des actions de maintien de l’ordre soient entachées d’illégalité sans que la puissance publique trouve à s’y opposer ?

Le maintien de l’ordre devient de plus en plus violent et dangereux – mutilations, mort – pour les citoyens qui manifestent ou risquent par leur simple présence sur les lieux d’être des témoins gênants. Difficile de dissocier cela du fait qu’aujourd’hui la police vote en majorité pour le RN.
Son comportement semble en découler dans le traitement qu’elle inflige aux personnes à qui ce mouvement dénie toutes sortes de droits ou de dignité : femmes, personnes « issues » de l’immigration, militants progressistes, prolétaires défendant leur emploi et leurs droits sociaux, ou simplement « teufeurs » un brin excités.

Il n’y a pas tellement de surprise à constater que Mme Redouane, Mme Legay, M. Caniço représentent en leur personne quelques une de ces catégories honnies de cette police.
Radicalement, une question angoissante se pose : le pouvoir actuel, qui se veut le rempart contre la capture de la démocratie par un mouvement politique foncièrement anti-démocratique, n’hésite pas pourtant à confier la protection de l’ordre républicain à une police de plus en plus idéologiquement marquée, usant de la violence comme il lui plaît, voire encouragée à le faire.
Le gouvernement semble y trouver un intérêt momentané sans en mesurer les risques.

Toujours les gouvernements se sont servi de la police pour leurs basses œuvres. En vient-on aujourd’hui à ce point où la police se sert du gouvernement pour mettre en place la violence utile
à la subversion de la République pour établir un ordre à sa convenance ? Ceux qui emploient des Benalla ou des Castaner découvriront peut-être trop tard qu’ils ont été les « idiots utiles » de la subversion qu’ils prétendaient éviter et qui les emportera avec la République qu’ils auront trahie.

Extraits d’un article de la revue Les Zindigné(e)s de juin-septembre 2019.

Répression

Le préfet de police de Paris a réquisitionné une dizaine de clébards dressés pour l’attaque, ordonnant de les démuseler.
Quand on a lu cette phrase dans le Canard enchainé du 24 avril, notre sang de Chien rouge n’a fait qu’un tour. D’abord parce qu’on déplore qu’on utilise nos congénères canins pour de viles tâches policières. Ensuite parce que l’irruption de cabots à képi dans le paysage confirme que le fond de l’air est à la répression décomplexée.

Semaine après semaine, l’attirail mobilisé ne cesse d’enfler, du retour des Voltigeurs motorisés aux marqueurs chimiques dans le liquide des canons à eau, avatars d’une surenchère dont on suit les épisodes en flippant grave. Quand le pouvoir embauche un ultra-réac à mentalité « para » pour mater les manifestations parisiennes, faut pas s’étonner que les digues sautent. Aujourd’hui, les molosses enragés. Demain, quoi : des robots tueurs ? Des drones à Famas ?

Quoi qu’il en soit, les témoignages s’empilent,dressant tous le même constat : ce samedi 20 avril, à Paris, pour l’acte XXIII, la police était plus que jamais là pour faire mal. Pour blesser. Pour marquer les chairs de ceux qui s’entêtent à ne pas courber l’échine devant l’alliance matraque-goupillon-tête de con. Et comme ce pouvoir ne recule devant rien, bim !, il s’est payé une nouvelle dégringolade vers Orwell-land en embastillant des journalistes. À l’instar des street-medias, cela fait belle lurette que ces derniers sont cibles de tirs de LBD et de grenades. Mais
les arrestations d’Alexis Kraland et de Gaspard Glanz pour des motifs aberrants’ (tout comme la convocation par la DGSI de journalistes ayant publié un document confidentiel prouvant les mensonges
gouvernementaux au sujet des armes françaises utilisées au Yémen), montrent clairement que la liberté de la presse est en danger.
Idem pour la liberté d’expression : combien de Gilets jaunes poursuivis pour un commentaire anodin sur Facebook ? Après celle de manifester, ça commence à faire pléthore.
Il est où le bouton stop ?

Les chiens de guerre sont de sortie, donc, et avec eux une dérive policière liberticide qui ne se cache même plus – la justice étant là pour assurer l’impunité aux condés. Le message est clair : vous ne voulez pas communier devant un discours télévisé lacrymalo-débile et persistez à refuser notre projet politique mortifère ? Primo, vous allez déguster. Secundo, personne ne s’en offusquera, puisqu’il y a des choses tellement plus importantes, genre une charpente religieuse en flamme ou ce besoin irrépressible qu’aurait le peuple français de vouloir travailler plus et se faire sucrer des jours fériés. Face à ce pouvoir pyromane, on n’espère qu’une chose : que le joli mois de mai confirme son caractère agité et enfile le jaune de chauffe. Parce que sinon, bordel :
animal, on est mal.

Éditorial du mensuel CQFD de mai 2019.

Terrorisme d’État

Pour Maxime, mutilé sur la ZAD le 22 mai 2018
Lettre de Robin, mutilé à Bure le 15 août 2017

Mettre des mots sur l’horreur. Ne pas céder à la résignation. Au terrorisme d’État. Malgré le stylo qui tremble, écrire. Témoigner. Ne pas se laisser écraser par le concert d’opérations sémantiques, de propagande préventive et de censure qui cherche à nous couper de notre empathie et de la révolte qu’elle devrait spontanément engendrer.

Maxime vient de perdre sa main. Sa main droite. Pour toujours. Il rejoint bien plus gravement encore, l’enfer que j’ai vécu durant 9 mois. Le 15 août 2017, à Bure, l’explosion d’une grenade GLI-F4 tirée par les gendarmes mobiles creusait mon pied gauche sur un diamètre de 13cm et jusqu’à 3cm de profondeur arrachant peau, veines, nerfs, muscles et pulvérisant les os. C’était pendant une manifestation contre le projet Cigéo d’enfouissement de déchets radioactifs à 500 mètres de profondeur. Il y a eu 30 blessés dont 4 graves.

Contrairement à ce que leur nom indique, les grenades GLI-F4 contiennent du TNT et explosent ! Leurs déflagrations font 1 mètre de diamètre et peuvent tuer si elles touchent une partie vitale. Les appellations de « lacrymogènes » ou d’« assourdissantes » que la préfecture et les ministres leur donnent dans les médias servent à masquer la vérité à leur sujet : CE SONT DES ARMES DE GUERRE !

L’État utilise des armes de guerre pour terrasser le peuple. Dans le cas présent, les conséquences sont bien pires qu’un tir à balle réelle.

Déjà, à l’époque, j’avais alerté sur les dangers des grenades explosives en organisant une manifestation pour exiger leur interdiction mais les grandes chaînes ont cantonné l’information à la région Lorraine. La majorité des Français ignore encore la vérité sur ce sujet. Il est tombé près de 4 000 grenades explosives sur la ZAD depuis le début de son invasion par les gendarmes mobiles. Provoquant des centaines et des centaines de blessés notamment à cause des éclats de métal qu’elles projettent. Où est la violence ?

Maxime est actuellement à l’hôpital.

Outre les intenses douleurs et le fort traumatisme qui le suivront nuit et jour, il devra désormais supporter ce handicap inimaginable : vivre avec une seule main. Cette main, que l’explosion lui a arraché sur le coup, l’État lui a volé pour prix de son combat, pour prix de notre combat. Dans les dernières décennies, la militarisation du maintien de l’ordre a fait couler trop de sang.

Combien d’éborgnés ? Combien de mutilés ? Combien de vies déchirées par l’utilisation criminelle des flashballs et des grenades explosives ? La violence de l’État pour mater toute résistance est extrême. Elle cherche à nous terroriser, à nous acculer à la résignation. Face à cela, la solidarité est notre arme et jamais la peur ne doit nous arrêter.

Proches, moins proches et tous ceux qui croiseront la route de Maxime, prenez soin de lui ! Tenez bon ! Il y a mille et une manières de lui apporter ce qui lui permettra de vivre. Écoutez-le, cherchez, trouvez !

La vie continue, le combat pour elle aussi. Maxime tiens bon !

Lettre publiée sur le site la-bas.org le 25 mai 2018.

Violences policières

Notre pays se flatte, à juste raison, d’avoir aboli la peine de mort. Pourtant, des hommes meurent encore entre les mains de policiers ou de gendarmes. Sans même un procès. D’autres sont victimes de traitements inhumains ou dégradants de la part de forces de police qui ont la charge de les protéger.
Ni les difficultés auxquelles les forces de l’ordre peuvent être confrontées, sans y avoir toujours été bien formées, ni l’hostilité violente à laquelle il leur arrive de se heurter – le lynchage sauvage de Champigny nous le rappelle – ne sauraient les placer au-dessus des lois.

On ne dira jamais assez qu’il n’est pas normal que des violences soient commises dans les commissariats ; pas normal que des policiers tirent dans le dos de fuyards, fussent- ils délinquants ; pas normal qu’un traitement plus musclé soit réservé à une personne en raison de sa couleur ou de son origine ; pas normal que des manifestations soient réprimées au risque de provoquer des blessures graves ; pas normal encore – et le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe le dénonçait déjà en 2008 – que les personnes qui se plaignent de violences policières fassent l’objet de pressions et de menaces.

En laissant par leur silence, voire leur soutien, s’installer une forme d’impunité, les responsables de la nation, à quelque majorité qu’ils appartiennent, ont développé une défiance à l’égard de nos institutions qui menace la paix civile et dont les policiers sont parfois les victimes. Pour que nul dépositaire de l’autorité « ne puisse abuser du pouvoir », il serait temps que « par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir », comme le préconisait Montesquieu il y a deux cent-soixante-dix ans.

Article de Michel Soudais dans l’hebdomadaire Politis du 11 janvier 2018.
Lire aussi Police et démocratie

Police et démocratie

Passé presque inaperçu, le rapport du Défenseur des droits sur la doctrine du « maintien de l’ordre au regard des règles de déontologie » remis le 10 janvier au président de l’Assemblée nationale, mérite qu’on s’y arrête un instant.
Il faut dire que pour ce qui est de la police, l’ambivalence règne : héroïsée au nom de la lutte antiterroriste, elle est détestable quand elle brutalise, humilie, blesse, voire tue. Il était plus que temps d’ouvrir un débat public…

Dans une mutation sémantique qui dit beaucoup de notre époque, les « gardiens de la paix » sont depuis quelques années maintenant appelés les « forces de l’ordre ». En 1986, leur code de déontologie stipulait que « la police nationale concourt à la garantie des libertés individuelles » et « s’acquitte de sa mission dans le respect de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ».

Sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, puis de Manuel Valls, un nouveau code a supprimé cette référence aux libertés individuelles. Jacques Toubon ne le dit pas mais s’arrête sur ce que cette évolution – durcie encore par les lois sécuritaires de 2015 à 2017 – a entraîné. Au-delà du « professionnalisme reconnu des agents spécialisés en maintien de l’ordre », les auditions qu’il a effectuées (une quarantaine) et les cas dont il a été directement saisi dessinent un tableau inquiétant.

Les tensions, accidents et violences de ces derniers temps ne peuvent être mis sur le dos des seuls « autonomes » et « casseurs » aux méthodes de vandales. On constate de graves carences dans le système de formation, des entorses manifestes par certaines unités aux principes de « retenue » et de « mise à distance », un surarmement qui fait de nos bleus de vrais Robocop, le recours à des techniques d’interpellation et, surtout, à des armes dangereuses.

À côté d’un « malaise policier » (nourri par l’instrumentalisation politique de la police et un épuisement des agents sur le terrain), se répand un « sentiment d’impunité à l’égard des manquements imputés aux forces de l’Ordre ».
Les propositions du Défenseur des droits sont bienvenues : former, contrôler, désarmer (partiellement) et humaniser la police. À l’instar d’autres pays européens, si l’on en croit le rapport. Une utopie républicaine ? Voire… Car lorsque la police – aux pouvoirs désormais exorbitants en France – dévie, notre démocratie s’abîme.

Article de Pouria Amirshahi dans l’hebdomadaire Politis du 18 janvier 2018.

La police déteste tout le monde !

Paris, le 1er mai, boulevard Diderot. Les CRS font obstruction à la traditionnelle journée de solidarité des travailleurs, pensant isoler le bon grain de l’ivraie, les gentils pacifistes des redoutables casseurs. En vérité, les choses sont devenues un peu plus compliquées que cela. Qui peut prétendre que le slogan « Tout le monde déteste la police ! » n’est entonné que par une infime minorité ? Par moments, au vu de la présence policière massive, certains manifestants, à bout de patience, croyaient assister à une manif de flics encerclée par des ouvrier.e.s, étudiant.e.s, précaires, etc. Face à la rangée de robocops, sourds à toute discussion – la plupart utilisent des bouchons d’oreille pour ne pas entendre les insultes et les quolibets – et prompts à gazer tout ce qui s’agite, une vieille citation revient à l’esprit : « La question n’est pas de comprendre pourquoi il y a des gens qui se battent contre la police, mais pourquoi il n’y en a pas plus. » C’est de qui déjà ? Wilhem Reich ? À moins que ce ne soit apocryphe… Peu importe.

« Il n’y a pas de casseurs qui s’infiltrent et cassent pour le fun, estimait ainsi un syndicaliste rennais dans Le Monde du 2 mai. […] Ils ne sont pas en marge du mouvement social, ils sont intégrés aux cortèges. » Les mobilisations du printemps 2016 ont changé la donne. Le discours politico-médiatique sur les « casseurs » a de moins en moins de prise parmi les gens mobilisés. La montée en puissance de la violence dans les cortèges est en grande partie une réaction à la stratégie de tension d’un pouvoir qui veut imposer ses conditions de manifester. Il s’agit aussi d’un légitime sentiment de révolte face à une répression sans frein : plus de mille arrestations enregistrées depuis le début de la mobilisation contre la loi El Khomri.

Pour autant le sempiternel débat sur la violence – c’est bien ou c’est pas bien ? – est un bourbier qui englue ceux qui s’en font les dépositaires dans des postures stériles. Il y a certes des violences nuisibles au mouvement et qui mettent certains espaces de lutte en danger ceux où l’on veut pouvoir venir avec nos enfants par exemple. Ainsi, le 1er mai au soir, prenant prétexte d’une attaque contre un magasin de sport, place de la République, les gaz lacrymogènes policiers ont eu raison de la tenue d’une Nuit Debout pourtant massive. Et ça, c’est évidemment ce que souhaitent les tenants du retour à l’ordre.

Édito du journal CQFD de mai 2016.

Assigné à résidence

À Septèmes-les-Vallons (Bouches-du-Rhône), Nacer a été assigné à résidence pendant trois semaines sur un « malentendu »›. Véolia, avec qui il est en conflit après avoir travaillé dans une station d’épuration, l’a signalé aux services de police, le jugeant susceptible de vouloir empoisonner le réseau d’eau potable. En guise d’indice, les flics découvriront dans son ordi une recherche sur des produits chimiques avec lesquels il avait été en contact, qui l’avaient rendu malade et dont la Sécu lui réclamait la liste. Lors d’une perquisition musclée au domicile du suspect – armes au poing, casques, boucliers, porte enfoncée, enfants traumatisés,etc. -, les agents ont demandé à sa femme qui était le barbu accroché au mur du salon: il s’agissait d’un auto-portrait de Léonard de Vinci…

C’est ce genre d’histoire à la Brazil, et d’autres encore moins drôles, que la guerre au terrorisme et les bidouillages constitutionnels vont finir par rendre « normale ». « Il y a un effet de sidération suite aux attentats, mais cet effet s’estompe avec le temps, constate Charlotte Girard, du Centre de recherche et d’études sur les droits fondamentaux, dans Libération (25/01). L’absence de résistance est liée à d’autres raisons, notamment à une nouvelle hégémonie culturelle. En prolongeant un état d ‘exception on habitue les gens à un autre état des rapports sociaux et institutionnels. Cette accoutumance finit par créer une autre culture. Elle ajoute : En figeant l’hypothèse de l’exception dans l’ordre juridique, le projet de constitutionnaliser l’état d ‘urgence apparaît donc particulièrement dangereux. »

Dangereux, oui. Le Pen, Sarkozy, Valls… Il ne manque ici qu’un Donald Trump pour une partie de poker-menteur jouant avec le feu de la guerre civile. Pendant ce temps, ce claque-socialiste de Macron peut déclarer que « la vie d’un entrepreneur est plus dure que celle d’un salarié » – et le même jour, on apprend que deux saisonniers sont morts empoisonnés au monoxyde de carbone produit par le chauffage défectueux du van où ils logeaient, sur le parking d’une station de sports d’hiver. Pendant ce temps, ce peigne-socialiste de Badinter met son prestige d’humaniste au service d’un énième équarrissage du Code du travail. Pendant ce temps, Hollande, ce socialiste de bidet, vend des Rafale à 1’Inde, et pourquoi pas à l’Iran, après en avoir fourgué à l’Arabie saoudite. Sacrés socialistes.

Édito du journal CQFD de février 2016.

Dérive autoritaire

Il est 18 heures. Grégoire attend son fils à la sortie de l’école dans le XIX° arrondissement de Paris. Yacoub, 15 ans, un gamin qu’il connaît bien, débarque en courant. Il est en retard pour venir chercher son frangin. Un homme surgit et le plaque au sol. Grégoire se jette sur l’agresseur, trois autres baraques arrivent en hurlant « police ».
« J’ai été menotté, plaqué au mur, devant les enfants », explique le père quadragénaire. Les quatre agents de la Brigade anti-criminalité habillés en civil avaient ordonné à Yacoub, quelques secondes plus tôt, de s’arrêter de courir. Lui, il a vu quatre mecs dans une voiture banalisée, a pris peur et a détalé. Un prétexte suffisant pour lui sauter dessus.
Devant l’école, les quatre génies ordonnent à tout le monde de rentrer dans la cour, parents et enfants, paniqués. Grégoire, lui, est embarqué sans pouvoir prévenir son fils de 10 ans. « Au commissariat, ils m’ont dit qu’une plainte allait être déposée pour violence aggravée. » Sous la menace d’une comparution immédiate, Grégoire finit par s’excuser. Il est relâché. Un policier lui glisse en sortant : « Et si le gosse avait eu un couteau, hein ? » Nous sommes fin novembre à Paris, en 2015. Sous l’état d’urgence.

Cet arsenal juridique, mis en place contre les terroristes, a un inconvénient majeur : il met dans le même sac gamins, contestataires de tout poil, écolos, anarchistes, défenseurs des droits des migrants, musulmans… Au point que Serge Portelli, juge à la Cour d”appel de Versailles, n’hésite pas à nous dire : « Aujourd’hui, le PS a complètement perdu la boussole, il y a tout lieu de craindre une dérive autoritaire. Nous sommes face à deux idéologies qui se combattent : l’idéologie sécuritaire et l’idéologie démocratique. Il va falloir choisir son camp. » D’ailleurs, il suffit d’observer comment il a été mis en place pour comprendre les dangers qu’il représente.

Extrait d’un article de Charlie Duplan et Léa Gasquet dans Siné mensuel de janvier 2016.