La classe moyenne soutient les riches

Si les sociétés capitalistes n’ont cessé, durant toute leur histoire, non seulement de tolérer mais même d’organiser rationnellement le sacrifice des pauvres à la prospérité des riches, ce n’est pas en vertu de méthodes dictatoriales de gouvernement, du moins en occident où, du XVIIIe siècle à nos jours on a vu se généraliser progressivement une forme de régime dite « démocratique », qui doit cette appellation au fait que la plus grande partie des citoyens y est régulièrement convoquée pour ratifier dans les urnes la dépossession économique et politique dont elle est la victime au bénéfice des nantis.
(…)
L’imposture démocratique qui fait désormais partie des conditions de félicité relative du système n’est pas tant le fait de la bourgeoisie du capital industriel, commercial et financier que de la petite bourgeoisie du capital culturel avec à sa remorque le reste des classes moyennes à qui elle sert de mentor.
Les grands capitalistes n’éprouvent aucun état d’âme à justifier l’existence du système qui les a enrichis au-delà de toute décence. Ils reprendraient tous volontiers le mot connu de l’archimilliardaire Warren Buffett : « C’est la guerre des classes, et cette guerre, c’est ma classe qui est en train de la gagner. »
On peut penser d’une telle déclaration qu’elle est cynique et impitoyable. Mais du moins est-elle claire, franche et logique. J.K. Galbraith justement a fort bien résumé les différents alibis idéologiques que les puissants ont pu s’inventer pour accepter sereinement, en toute bonne conscience, l’iniquité d’un système reposant sur la légalisation du crime et la glorification des criminels.

L’imposture est bien plutôt le propre de nos classes moyennes, dont les membres, du fait de leur bâtardise sociale, lévitent dans l’espace amorphe qui sépare le pôle bourgeois dominant et le pôle populaire dominé de la structure des classes.
À l’exception d’une petite minorité qui, plus lucide et plus généreuse que la moyenne, décide à chaque génération de prendre le parti des classes populaires, la grande majorité des autres – ceux qui consciemment ou non, ont déjà pris leur parti d’un monde capitaliste dual – se cantonnent dans l’exercice de funambulisme politique et moral que leur dicte leur double et contradictoire pesanteur : celle-ci les tire tantôt vers la « droite » (républicaine ou extrême), tantôt vers la « gauche » (rose ou verte), selon la force relative de leurs intérêts matériels et symboliques, mais en tout cas la tête la première dans le marécage de la niaiserie intellectuelle et de veulerie morale où pataugent les petites-bourgeoisies américanisées, toujours disposées à étriller et châtier les classes populaires et à singer les « élites » ou les « pipoles ».

Dans la conjoncture actuelle, l’art d’ignorer les pauvres se manifeste particulièrement dans l’indifférence de plomb que nos classes moyennes et les gouvernements qu’elles soutiennent, opposent au sort des milliers de migrants désespérés qui viennent faire naufrage dans cette méditerranée joyeusement sillonnée par nos bateaux de plaisance et de croisière.
La formidable inertie politique et sociale des pays européens en matière d’aide aux pays pauvres qu’ils ont pourtant pillés, saignés et asphyxiés, et pis encore, la détestable obsession sécuritaire qui déguise désormais leur haine et leur peur des pauvres, en lutte contre un « terrorisme », toujours islamiste, jamais capitaliste, voilà qui devrait inquiéter nos classes moyennes si sourcilleuses en matière de droits de l’Homme mais si insouciantes des droits des pauvres.

Extraits d’un article d’Alain Accardo dans le journal La Décroissance de juillet-août 2015.

Néolibéralisme, discours sécuritaire et médias

Dans Punir les pauvres, le sociologue Loïc Wacquant a montré la relation étroite entre la déréglementation du marché du travail et la politique sécuritaire. Pour résumer à grands traits son travail, on peut retenir qu’il est parti du fait qu’il n’existe aucune corrélation statistique entre le taux d’incarcération et le taux de criminalité (…)

Sur un autre versant de l’espace bourdieusien, la critique des média a également produit nombre de connaissances intéressantes en montrant notamment comment ils sont organisés de façon à interdire l’accès au grand public des idées hétérodoxes et corrélativement, comment ils sont nécessairement monopolisés par les idées reçues et l’idéologie dominante. (…)

Si on en revient à l’intuition lumineuse de Loïc Wacquant, on peut aller plus loin dans la compréhension du moment politique que nous vivons : non seulement nous n’assistons pas à une rencontre fortuite entre le néolibéralisme et le discours sécuritaire puisqu’ils forment un tout, mais en plus, il faut comprendre l’unité de fonctionnement de ce tout avec les médias pour reconstituer complètement le puzzle politique qui nous occupe. (…)

Les médias sont, non plus le quatrième pouvoir, mais le centre du pouvoir. Il suffit de voir qui possède les titres de presse, les radios et les chaînes de télévision (…)

La mise en scène de l’insécurité, par TF1 notamment, n’est pas simplement un moyen de faire de l’audience en misant sur le sensationnalisme, c’est aussi, et même avant tout, un discours politique d’extrême droite sur l’espace public, la société et le rapport à l’autre. On peut ajouter que ce discours est encore plus radical que celui du Front National et que c’est pour cela qu’il a un effet de dédiabolisation quasi mécanique. Il construit jour après jour un espace social atomisé dans lequel autrui est montré essentiellement comme une menace. Or, constituer l’espace public et l’altérité comme des dangers a pour conséquence de supprimer le peuple comme agent politique pour le transformer en ce que Hannah Arendt appelle une masse dans le système totalitaire. (…)

Oui, nous sommes la cible, des ménagères, des êtres voués à rester enfermés, tenus par la crainte et n’ayant d’autre horizon que la consommation, laquelle prescrit une déréglementation du marché du travail nécessaire pour assouvir instantanément les désirs du consommateur devenu roi. Finalement, le discours sécuritaire est l’autre face de la publicité qui a la même fonction : replier l’individu sur ses désirs privés et constituer l’autre comme un obstacle, un objet de jalousie -s’il possède- ou de mépris- s’il ne possède pas- (…)

Extraits d’un article de Laurent Paillard dans Les Zindigné(e)s de janvier 2015.