Humain ?

« Humain comme les autres ». Nicolas Dupont-Aignan a livré sa conception de l’aide aux migrants : les nourrir, les réconforter… et les expulser, car ce n’est pas en donnant une couverture à la frontière italienne « qu’on va régler le problème en Afrique », a-t-il expliqué avec cynisme.

Ils sont des milliers à ne pas se sentir « humains » à la mode du président de Debout la France. De Nice à Calais, de Bayonne à Briançon, de Saint-Étienne à Nantes, le mouvement s’amplifie de ces anonymes dont la conscience se révolte : insupportable de renvoyer à leur détresse ces humains « comme eux » dont ils ont croisé la route.

Cédric Herrou, l’agriculteur de la Roya, poursuivi pour « délit » d’hospitalité et de solidarité, a donné un jour un visage à ces nouveaux Justes. Certes, ils ne prennent pas les mêmes risques que ceux qui cachaient des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, et revendiquent un comportement « banal ». Mais, à leur manière, au nom de la morale et de l’éthique, ils expriment une position politique essentielle en se démenant pour aider des congénères qui ont bravé mille périls.

Cette France fraternelle dit ce qu’est « faire société » aujourd`hui, finalité de toute politique qui se respecte et que bafoue la barbarie montante des États sécuritaires. Parce que notre société ne commence pas à la frontière italienne, et qu’il devient de plus en plus inique de dénier une vraie solidarité à celles et ceux chez qui nous avons généreusement légué l’interminable héritage de la colonisation, les lois ravageuses de la mondialisation et désormais la crise climatique.

Article de Patrick Piro dans l’hebdomadaire Politis du 08 février 2018.