NégaWatt

C’est un secret de Polichinelle… En tant qu’entreprise vendant de l’électricité atomique, EDF, criblée de dettes, survit dans son parc délabré en limite de la faillite. Même si la présentation soignée de l’état de ses finances apparaît moins préoccupante que celle d’Aréva, après Fukushima, il n’y a plus d’illusion possible sur l’avenir du fleuron national.
[…]
Alors changement de décor, en tant qu’entreprise possédant potentiellement des milliards de kilowatts heure futurs, EDF dans sa friche industrielle et plus particulièrement ses actionnaires peuvent sereinement tabler sur un avenir radieux, assuré jusqu’à la fin du siècle. Par le jeu des tribunaux arbitraux, de nouveaux comportements prédateurs ont vu le jour sur les États… Mais en définitive les victimes ce sont nous.
C’est ce que nous apprennent les tractations politico-financières avec les actionnaires pour rendre possible la fermeture de la centrale de Fessenheim. Des « manque-à-gagner » se sont négociés au prix fort et la facture sera calculée au prorata du prix futur du Mégawatt heure… Les estimations, même les plus raisonnables, se chiffrent en milliards.

[…] on doit au physicien américain, Amory Lovins, le concept de Négawatt. Ce vieil expert en énergie, fondateur du Rocky Mountain Institute en 1982 et anti-nucléaire convaincu, avait été frappé, comme beaucoup de ses contemporains, par l’invraisemblable gabegie d’énergie du système économique et technique étatsunien. Dès les années soixante, il pouvait chiffrer pour son pays, le gisement potentiel de NégaWatt. Le calcul en révélait des milliers de milliards.
De quoi s’agit-il ? Les NégaWatt sont les kilowatts heure qu’il serait tout simplement inutile de produire si une réelle volonté politique orientait l’économie vers la sobriété et l’efficience énergétique…
[…]
En France, il y a une association d’experts en énergie qui depuis le début les années 2000 propose un scénario NégaWatt associant sobriété, efficience énergétique et déploiement des énergies renouvelables.
[…]
Bien évidemment ces milliards de Négawatt utilement retirés de l’économie réelle ne coûtent pas un kopeck, mais dans la fameuse économie dématérialisée ultralibérale des transnationales, de nouveaux négawatt ont vu le jour et se négocient aujourd’hui à prix d’or.

Le cas allemand et les Neo-Négawatt de Vattenfall

Décidément l’imposture internationale de l’énergie atomique s’est inscrite dans la durée. Elle concerne non seulement les domaines techniques, sanitaires et environnementaux bien connus, mais s’ajoutent les procédures juridiques et financières.
En 2011, après la catastrophe de Fukushima, l’État Allemand a pris la sage décision de sortir le pays de la menace nucléaire. Mais ce fut sans compter la voracité économique des transnationales impliquées dans cette industrie. C’est la qu’apparaissent les nouveaux NégaWatt virtuels, qui ne seront ni produits ni consommés, mais que les acteurs du secteur souhaitent facturer à la collectivité.
[…]
Ces calculs sordides de la nouvelle économie, faisant fi de la santé et sûreté publique, se font sur la base des mégawattheures que les fermetures empêcheront de produire et de vendre…

Les NégaWatt de Fenssenhien

Coté tractation financière rien n’avait fuité ou presque. Coté politique politicienne, l’affaire de Fessenheim refaisait surface avec la nouvelle échéance présidentielle.
[…]
Côté mécano français, à la veille du scrutin, EDF avait encore une fois décroché le jackpot de son État, actionnaire principal, avec un décret en trompe l’œil de fermeture conditionnelle.
[…]
Le montage des tractations financières de fermeture de Fessenheim réserve en effet quelques surprises de taille, entre autre chose la durée de vie de la centrale sur laquelle se font les calculs de dédommagements des actionnaires.
[…]
Si sur le plan technique, selon l’ASN, le gendarme de Saint-Tropez du nucléaire, la prolongation de la durée de vie des réacteurs jusqu’à 60 ans n’est toujours pas acquise, il semble qu’il en va différemment dans l’économie dématérialisée du marché dé-régularisé de l’énergie.
Entrée en fonction en 1978, la centrale de Fessenheim aurait dû fermer trente ans plus tard, en 2008. Mais c’était sans compter sur une généreuse bonification générale du parc nucléaire tricolore. Ainsi la date de 2041 apparaît dans les calculs sur les néo-négawatt facturée aux contribuables français. Pour la centrale de Fessenheim cela fait une retraite virtuelle à 65 ans.
Surprise de taille, en effet, c’est sur cette base que s’établissent les négociations de fermeture de Fessenheim. Trente-trois ans en plus d’activité, c’est autant de négawatts dans la corbeille des négociations !
[…]
Derrière le projet de prolongation de la durée de vie des réacteurs jusqu’à 60 ans et plus se cache l’une des plus grosses arnaques de la 5ème République.

Extraits d’un article de Jean-Marc Sérékian dans Les Zindigné(e)s de mai-juin 2017.