Référendum et démocratie

[…] car, au niveau national, le fonctionnement par référendum a toutes les chances de renforcer ce que l’étude des sondages d’opinion a déjà montré : le poids des arguments idéologiques, la constitution d’opinions binaires interdisant de penser la diversité et la complexité, l’exacerbation des imaginaires, des peurs et des émotions, le manque d’informations (voire la sensibilité à la désinformation).
Ce serait alors une caricature de démocratie, le règne des émotions et de la politique par slogans, et finalement un boulevard pour les populismes en tous genres. Ce serait de surcroît un fonctionnement ne suscitant aucun débat réel entre les gens qui vivent ensemble. En tiendrait lieu une sorte de forum sur internet et les réseaux sociaux où pullulent déjà les propagandistes et toutes sortes de « trolls ».

Nous avons désormais une douzaine d’années de recul sur tout ceci, et l’expérience montre que cela produit une dégradation de la qualité des discussions et une brutalisation des relations sociales ›› (R. Badouard, Le Désenchantement de l’internet, 2017).
En revanche, au niveau local […], le référendum apparaît comme l’issue logique d’un débat au cours duquel des personnes qui vivent ensemble dans un espace donné ont réellement discuté, confronté leurs avis et recherché ensemble une solution à des problèmes qui touchent leur vie quotidienne.

Cette démocratie participative permet d’incarner les problèmes et d’impliquer réellement les citoyens, en les amenant à davantage se parler entre eux, donc, également, à admettre plus facilement la diversité des points de vue et à rechercher plus naturellement des compromis. Autrement dit, si le référendum au niveau national risque de cliver encore plus les opinions et de conflictualiser encore plus les relations sociales, son organisation au niveau local peut s’articuler avec une mise en discussion collective incarnée (on ne s’adresse pas à un inconnu sur internet, on parle avec son voisin dans la « vraie vie ») qui tend au contraire à les pacifier.

Il nous faut en tout cas sortir d’une conception moyenâgeuse du pouvoir de type guerrier (il se conquiert dans et par la guerre électorale) et de type autocratique (une fois qu’on l’a, on le partage le moins possible). Dans ce système, le chef décide et l’intendance suit. Le pouvoir est vertical et les messages vont dans un seul sens : du haut vers le bas (top-down). Pour en sortir, il faudra inventer une VIe République qui nous sorte du régime semi-présidentiel de la Ve et de sa dérive autoritaire consubstantielle. Beaucoup l’ont déjà dit. Mais en se concentrant sur le seul échelon national, ils ont souvent occulté les questions locales où les blocages sont tout aussi puissants.

C’est également le présidentialisme municipal qu’il faudra changer. Sinon les référendums locaux seront détournés de leur finalité pour devenir des instruments de légitimation de décisions déjà prises, si ce n’est des plébiscites pour les maires (M. Koebel, Le Pouvoir local ou la démocratie improbable, 2005). Il faudra revoir encore l’architecture des pouvoirs, qui s’est transformée au fil du temps avec des intercommunalités et des métropoles où les élus et quelques techniciens sont tout-puissants et les citoyens totalement absents (F. Desage, D. Guéranger, La Politique confisquée, 2011).

Extraits d’un article de Laurent Mucchielli dans Siné mensuel de juin 2020.