L’armement publicitaire

Jetons un coup d’œil sur les budgets… le budget mondial de l’armement en 2016 a été de 1.686 milliards de dollars. Celui de la publicite pour 2018 sera de 579 milliards de dollars. Celui du Programme des Nations Unies pour le développement en 2015 était de 4,5 milliards de dollars. La Fédération internationale de football association (FIFA) dépensera pour la Coupe du monde de 2018 près de 2 milliards de dollars. Le budget du Partenariat mondial pour l’éducation se limite à 2 milliards de dollars par an.

Si les chiffres expriment la hiérarchie des importances, nous sommes obligés de conclure que :

  • Il est 289 fois plus important de décerveler les humains que de les éduquer.
  • Il est 128 fois plus essentiel de vanter des marchandises que de solutionner les problèmes de nutrition et de santé.
  • Il est aussi vital d`abrutir par le spectacle du football que d’éduquer.
  • Il n’y a qu’une chose au monde 3 fois plus importante que la crétinisation des masses, c’est leur bombardement.

Bombardement, matraquage, ces deux termes se rapportent aussi bien à l’armement qu’à la publicité, ces deux champions internationaux des budgets.
La France n’est pas en reste puisque le montant des investissements publicitaires en ligne a dépassé 4 milliards d`euros fin 2017, selon le Syndicat des régies de l’internet (SRI). C’est-à-dire à eu près deux fois plus que l’aide a l’éducation mondiale, et ceci uniquement pour la pub sur internet.

Destruction massive des cerveaux

Il y a deux manières de contenir les peuples : la force et l’endoctrinement. C’est dans le matériel de destruction massive des corps, et dans les dispositifs de destruction massive des cerveaux, que notre société mondialisée investit le plus. L’éducation, la santé, la nourriture sont les miettes humanitaires de l’aristocratie financière.
L’augmentation annuelle du budget mondial de la publicité illustre le renforcement constant de la propagande pour faire accepter des conditions de vie de plus en plus difficiles et un avenir de plus en plus incertain. Et si ça ne suffit pas et que les peuples se révoltent, les États disposent de moyens coercitifs importants.

Cependant, nous ne comptons dans le budget de décervelage mondial que celui de la publicité. C’est oublier les dépenses pharaoniques pour la culture industrielle et la diffusion, par les médias de masse, des propagandes politiques. Peut-être nous apercevrions-nous que les dépenses pour le lessivage des cerveaux atteint, ou même dépasse, celles pour le pilonnage des corps.

Début d’un article de Jean-Luc Coudray dans La Décroissance de mai 2018.