Souveraineté et libre-échange

Dépassé dans les principaux scrutins de 2012, le front de gauche échoue face au front national. Pour Aurélien Bernier, auteur en cette année d’élections européennes et municipales de « La Gauche radicale et ses tabous » (Seuil), les défaites se succéderont tant que les revendications de souveraineté, de protectionnisme, de rupture avec l’Union européenne seront laissées à l’extrême droite.

La Décroissance : Dans votre ouvrage, vous montrez que l’abandon par la gauche de la revendication de la souveraineté a ouvert un boulevard au Front national. Pourtant cette souveraineté est-elle un gage suffisant pour une politique écologiste ? Les États-Unis ou le Japon maîtrisent leur monnaie et prennent des mesures protectionnistes pour favoriser leurs intérêts nationaux, mais ils visent tout autant que l’Union européenne la puissance et la croissance économique…

Aurélien Bernier : On pourrait ajouter les Britanniques, qui sont un peu dans le même cas puisqu’ils maîtrisent leur monnaie et que leur position par rapport à l’Europe évolue selon leurs intérêts. Le protectionnisme peut tout à fait être de droite et servir le capitalisme. Donc à la question « le protectionnisme est-il un gage suffisant pour mener une politique écologiste ? », la réponse est non. Il n’y a pas de solution magique à tous les problèmes, comme la sortie de l’euro. Mais il s’agit d’un préalable indispensable, parce que je pense que le libre-échange est le verrou politique qui empêche tout processus démocratique de transformation (même s’il existe d’autres verrous, comme le verrou culturel bien sûr).

C’est avec le libre-échange que le pouvoir a été transféré aux multinationales et que la terrible pratique du chantage aux délocalisations a été permise. La première fonction du libre-échange a été, au départ, de conquérir de nouveaux marchés et de s’approprier des matières premières à bas prix. Cet ordre commercial est né du productivisme, qui a changé de nature avec la mondialisation, avec la réorganisation de la production au niveau international : le libre-échange est devenu un moyen de contourner la souveraineté populaire et politique.
Les entreprises peuvent produire dans des pays à bas coûts, avec très peu de contraintes environnementales et sociales, et faire pression sur les pays où les réglementations sont plus contraignantes, pour les bloquer ou les raboter. Par exemple, quand Arcelor fait du chantage sur la réglementation environnementale de l’union européenne, en menaçant de fermer ses sites si on ne lui attribue pas assez de droits à polluer, il obtient satisfaction : les gouvernements donnent les droits à polluer qu’il réclame. Et ce n’est qu’un cas parmi d’autres. Le libre-échange permet ainsi un nivellement par le bas.
La menace des délocalisations est encore plus grave que le phénomène des délocalisations en tant que tel : elle empêche d’envisager des politiques sociales et environnementales trop contraignantes.

Si on imagine une gauche radicale et écologiste qui arrive au pouvoir, ce qui est sûr c’est qu’elle n’aurait aucun moyen de transformer le mode de production et de consommation sans rompre avec l’ordre commercial international, et avec l’ordre juridique et monétaire de l’Union européenne qui impose le productivisme et le libre-échange.

Extrait d’un article du journal La décroissance de février 2014.

Sortir de l’euro

Pour le chef de file de Debout la République, Nicolas Dupont-Aignant, l’absence de véritable confrontation entre représentants politiques sur le sujet (l’Euro) est aussi due au fait que l’euro est devenu un dogme, une croyance : on assimile l’euro à l’Europe et l’Europe à la paix. On est donc sommé d’y croire… Dupont-Aignan note d’ailleurs que l’argumentaire des proeuro a changé. Comme si la foi des fidèles commençait à s’éroder : Ce n’est plus « l’euro, çà marche », mais « si on en sort, c’est la catastrophe ». (…) Et va plus loin : les banques, elles aussi, ont intérêt à étouffer le sujet : « il ne faut pas sous-estimer leur poids dans cette histoire. D’ailleurs, beaucoup de gens dans les milieux d’affaires, au sein de l’oligarchie, beaucoup d’économistes sont pour la sortie de l’euro. Mais ils ne peuvent pas le dire publiquement, sinon les banques mettraient fin à leurs contrats. »
(…)
Du coté de la gauche de la gauche, on sait aussi enterrer discrètement les débats. A en croire Jacques Généreux, l’économiste en chef du parti de gauche, « les dirgeants comunistes n’ont pas voulu entendre parler de rupture avec l’euro. Ils ne voulaient pas fâcher les socialistes et perdre des postes en échange, confie-t-il à Marianne, c’est pourtant ce qu’on aurait dû mettre dans le programme du front de gauche. On aurait dû écrire noir sur blanc : si les négociations avec nos partenaires de l’union pour refonder le projet européen n’aboutissent pas, s’il n’est pas possible de redonner de l’autonomie à la banque de France sans sortir de l’euro, alors oui, in fine, nous n’hésiterons pas à sortir de l’euro. » Mais « Méluche » n’a jamais eu l’occasion de défendre ce que Généreux appelle « la stratégie du coup de force », ses propres alliés communistes ayant réussi à lui tordre le bras ! « C’était un défaut majeure de notre programme à la présidentielle », regrette Généreux.

Extraits d’un article de Gérald Andrieu dans Marianne du 31 janvier 2014.

Vers 2009, influencé par la lecture d’économistes « mainstream » comme Xavier Timbeau et Patrick Artus, j’admets que l’Allemagne est sur une trajectoire nationaliste et utilise l’euro pour détruire ses partenaires. Nous devons sortir de ce rapport monétaire sadomasochiste avec l’Allemagne.
(…)
Une sortie de l’euro provoquerait certes une désorganisation temporaire mais, surtout, des effets économiques bénéfiques et rapides, avec en prime une révolution sociale, le nettoyage d’élites mal formées, vieillissantes, archaïques, quelque chose de comparable à ce qui s’est passé en 1945.
(…)
Vu de Washington, de Tokyo ou de Berne, la zone euro est le trou noir de l’économie mondiale, l’un des deux grands facteurs dépressifs planétaires, l’autre étant l’excédent commercial chinois. Les Etat-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon font des politiques de relance monétaire et regardent d’un air navré l’euro, cette construction archaïque, qui interdit toute relance monétaire à la France.
(…)
Le verrouillage de la question monétaire par les oligarchies partisanes crée un sentiment d’impuissance. Le Front national, dont la fonction est en fait de sécuriser le système, souille toutes les solutions économiques raisonnables. Mais les élections européennes nous offrent un puissant moyen d’action. L’idéologie européiste a mis en place une institution bidon, le Parlement européen, feuille de vigne du pouvoir réel. Le Parlement se prétend incarnation de la démocratie au moment même où la machine européenne devient la domination implacable des petites nations du Sud par les nations plus puissantes situées au Nord. Les députés européens ne servent à rien, même s’ils sont eux-même très motivés pour être élus : une mandature de cinq ans çà ne rien faire, rémunérée 10000 € par mois (impôts déduits, primes intégrées) leur permettra d’acheter un appartement ou une maison de campagne. Les citoyens français peuvent refuser d’entrer dans ce jeu dégradant. S’abstenir, ce sera voter à la fois contre les partis européistes et contre le FN. Au-dessus d’un certain niveau, le taux d’abstention vaudra référendum. Le ridicule tuera l’idéologie.

Extraits d’un entretien d’Aude Lancelin, journaliste pour Marianne, avec Emmanuel Todd dans Marianne du 31 janvier 2014.

Les chantres de la monnaie unique (…) ont menti aux Européens : ni la croissance ni l’emploi n’ont été au rendez-vous, sauf en Europe rhénane. (…) une monnaie unique dans une zone où les économies ont des niveaux de productivité différents aboutit progressivement à la capture de la production de richesses par la zone la plus développée. (…) L’euro a ruiné l’Europe du Sud : elle est incapable de vivre avec une monnaie forte, son industrie ou son tourisme en pâtissent trop. La prétendue reprise espagnole s’effectue avec un jeune sur deux au chômage ! L’Italie et la France crèvent à feu continu d’une surévaluation de l’euro par rapport aux grandes monnaies du monde et ne peuvent plus compenser leur écart de productivité avec l’Europe rhénane par des dévaluations. Dans quelques années nous serons « à poil ». Et lorsque les citoyens comprendront que les élites européennes les ont ruinés avec l’euro au profit de l’Europe du Nord, ils se révolteront, mais il sera trop tard… (…) Combien de millions de chômeurs devrons-nous accepter avant qu’un politique n’ait enfin le courage de tuer cette funeste monnaie ?

Extraits d’un entretien d’Emmanuel Lévy, journaliste pour Marianne, avec Philippe Villin dans Marianne du 31 janvier 2014.