L’éditocratie

Non répertoriée dans les catégories professionnelles de l’INSEE, l’éditocratie existe bel et bien : c’est un ensemble à bords flous, mais relativement stable, qui englobe quelques dizaines de personnages reconnaissables aux fonctions qu’ils remplissent : éditorialistes, chroniqueurs, intervieweurs (toutes fonctions à mettre également au féminin), ils ont en commun d’être des professionnels du commentaire.

[…]

Formés à la politique en version Science Po, ils ressassent une vulgate électoraliste (puisque c’est aux élections que se réduit pour eux la question démocratique) et privilégient les affrontements partisans et les compétitions politiciennes, au détriment des enjeux sociaux des projets et des programmes. Journalistes politiciens, ils sont, surtout par temps préélectoral (c’est-à-dire
pratiquement en permanence), flanqués de sondologues (qui lisent dans les entrailles des sondages tout ce qui leur passe par la tête) et de communicants (qui « décryptent » les postures, les « petites phrases » et les jeux de rôle). Ils ont tous quelque chose d’Alain Duhamel, le grand ancêtre de Jean-Michel Aphatie (RTL, puis Europe 1, puis France info) et de quelques autres. Ce sont des pourvoyeurs de politique dépolitisée.

Férus d’économie (orthodoxe donc libérale), ils rêvent que le marché pense pour nous et se chargent de parler pour lui. Quelques mots de leur langue automatique résument cette « pensée » révélée : « la dette » (et non son origine et sa finalité), « les chiffres du chômage » (et non la vie des chômeurs), « le coût du travail » (et non les surcoûts des profits), les « charges sociales » (plutôt que les « cotisations sociales »), les « impôts » (plutôt que leur usage). Ils ont tous quelque chose de François Lenglet (France 2), de Dominique Seux (France Inter) ou de Nicolas Doze (BFM-Tv). Ce sont des zélateurs d’économie désocialisée.

Ces drones filment le monde vu d’en haut et délèguent aux journalistes « ordinaires » les enquêtes que l’on dit « de terrain », notamment sur les questions sociales qu’ils résolvent en puisant dans la réserve de prêt-à-penser dont ils sont eux-mêmes les fournisseurs. […]

[…]Au sommet de la corporation trônent les éditocrates-éditorialistes, commentateurs polyvalents qui, non contents de cumuler les fonctions des précédents, dispensent à tout propos leurs leçons. Dans la presse d’opinion (mais quelle presse ne l’est pas ?), les directeurs de rédaction ou leurs auxiliaires impriment leur marque à la marque dont ils défendent un peu partout les couleurs : Arnaud Leparmentier pour Le Monde, Christophe Barbier pour L’Express, Franz-Olivier Giesbert pour Le Point, Yves Thréard pour Le Figaro et quelques autres décorent un pluralisme anémié.

Adversaires mais complices, les éditocrates en chef sont des adeptes du journalisme de fréquentation qui scelle leur appartenance au cercle des dominants (qui se baptisent eux-mêmes comme « l’élite »). Non contents, pour certains d’entre eux, de partager dîners en ville, croisières et vacances, ils s’honorent de se retrouver au sein d’un club – Le Siècle – qui réunit des politiques de presque tous horizons, des hauts fonctionnaires, des industriels et des banquiers, et qui accueille les éditocrates les mieux cotés : en toute discrétion puisque aucune information ne sort de leurs rencontres… […]

Extraits d’un article de Médiacritique(s), magazine trimestriel d’Acrimed (octobre-décembre 2017).

Pluralisme des médias

[…] Un tel aveuglement face au déficit réel de pluralisme, aux effets délétères des leçons de pédagogie matraquées par des éditorialistes persuadés d’être des éclaireurs du peuple, et aux erreurs répétées des grands médias en quête de scoops et de « buzz », en dit malheureusement long… Les tauliers du débat public ont en réalité une lourde part de responsabilité dans les phénomènes qu’ils prétendent dénoncer, voire même combattre.
À fortiori lorsqu’ils entendent réduire le débat public à une confrontation entre les « idéologues » (ceux qui prétendent que les choses pourraient être autrement) et les « réalistes » (eux-mêmes, qui savent ce qu’est le monde et donc ce qu’il ne peut pas être).
Pour citer à nouveau Frédéric Lordon et son article « Politique post-vérité ou journalisme post-politique ? »; « Trump a menti, nous avons vérifié, nous sommes irréprochables. Malheureusement non. C’est qu’un Trump puisse débouler dans le paysage dont vous êtes coupables. Vous êtes coupables de ce qu’un Trump n’advient que lorsque les organes de la post-politique ont cru pouvoir tenir trop longtemps le couvercle sur la marmite politique. »

Certes, les médias ne sont pas toujours les principaux responsables des phénomènes qu’ils prétendent combattre. Mais comment pourraient-ils s’y opposer lorsque les causes de leur développement leur échappent ? La récente séance d’auto-critique médiatique dissimule mal une volonté de défendre coûte que coûte les « grands médias » traditionnels et de neutraliser, sous couvert d’une tolérance vis-à-vis de la critique, toute critique radicale du paysage médiatique et de son fonctionnement. Les quelques « réformes » envisagées, qu’il s’agisse d’un moindre appétit pour les sondages, d’une meilleure prise en compte du « terrain » ou de la fin de la focalisation sur la politique politicienne pour mieux écouter la « colère » des « vraies gens », quand bien même elles ne seraient pas que des vœux pieux, ne changeront pas grand-chose à la donne médiatique et au rejet de plus en plus marqué du petit monde des grands médias par le peuple qu’ils prétendent rencontrer et éduquer. D’autant que l’on est en droit de douter qu’ils tiennent vraiment leurs maigres engagements.

Loin de nous, évidemment, l’idée de donner raison à Donald Trump ou à certaines critiques, souvent venues de la droite la plus conservatrice et de rejeter en bloc, pour des raisons étroitement politiques, « les » médias et « les » journalistes. Mais force est de constater que les critiques, radicales, venues d’Acrimed et du pôle auquel nous appartenons ne sont pas prises en compte, quand elles ne sont pas tournées en dérision. Pourtant, ces critiques, souvent polémiques, mais toujours aussi rigoureuses que possible, ne cessent d’aborder et de prendre à la racine… – les problèmes que certains semblent redécouvrir à chaque accident de l’industrie médiatique : l’overdose de sondages et de sondologie, la prime au journalisme de commentaire au détriment du journalisme d’enquête, l’absence flagrante de pluralisme avec une éditocratie qui se partage l’essentiel des émissions ou pages de « débat », les logiques de concurrence et d’audimat qui favorisent la production d’une information low-cost et sa « circulation circulaire », etc.

Non, « les » médias et « les » journalistes ne sont pas à eux seuls responsables de phénomènes politiques et sociaux d’ampleur. Mais il est pour le moins regrettable – et c’est un euphémisme – de constater que ceux qui prétendent accepter, quand ils ne peuvent pas faire autrement, de se remettre en cause, entendent garder le monopole de la critique en choisissant eux-mêmes les questions autorisées. Les mêmes excluent du débat public les propositions de transformation des médias qui ne se résignent pas à un statu quo timidement aménagé.
Ces prétentions et ces exclusives sont d’autant moins acceptables qu’elles font souvent fi de critiques venues de l’intérieur même de la profession : les critiques de journalistes de plus en plus précarisés et de moins en moins en capacité d’exercer sérieusement leur travail. Ces critiques émanent de journalistes qui ne manquent pas, comme cela a été le cas au cours des derniers mois, de tenter de rappeler à l’ordre leur hiérarchie, voire leurs actionnaires, car ils n’ont pas, contrairement à ces derniers, fait le deuil de la vocation première du journalisme : informer.

Derniers paragraphes d’un dossier de Médiacritique(s) de janvier 2017, magazine trimestriel d’Acrimed.

Suffrage universel

Il faut s’interroger quelquefois sur le suffrage universel

« Le choc du Brexit », « Le choc Marine Le Pen », « Le choc du référendum »…
À chaque scrutin, désormais, les commentateurs sont « sous le choc ». Et ça en dit long, surtout, sur les énonciateurs, sur leur décrochage du pays – qu’il s’agisse des État-Unis, de la Grande-Bretagne, ou de la France.

Ainsi de l’impayable Jean-Michel Aphatie, sur BFM-TV : « Trump c’est le pire du pire du pire de ce que peut inventer la politique.
– Oui, mais il a été élu, remarque le présentateur.
– Ça veut dire aussi qu’il faut s’interroger quelquefois sur le suffrage universel.
– Pour le débat sur le suffrage universel on verra un autre jour… »
La démocratie se porterait tellement mieux sans les peuples !
On suggère cette modeste réforme des médias : virer tous les éditorialistes surpayés, qui ne sortent de leur bureau que pour prendre un taxi. De quoi dégager un budget pour des reporters, qui prennent le pouls des gens. De quoi, aussi, s’éviter des « chocs » surprises…

Article publié dans le journal Fakir de décembre 2016.