Dolder

…On n’en a pas entendu parler. Mais une dépêche de l’AFP l’annonce :
« Le Dolder, club ultra-discret de la Big Pharma a rendez-vous lundi à Paris.
Le gotha de la pharmacie mondiale s’invite à Paris, à l’occasion du Dolder, un forum privé et dont les échanges restent secrets. De quoi alimenter les fantasmes déjà nombreux sur l’opacité de la « Big Pharma ».
Ce petit sommet d’environ vingt-cinq patrons est encore plus confidentiel que son modèle, le club Bilderberg, qui réunit chaque année à huis clos une centaine de personnalités du monde des affaires
et de la politique. Car à l ‘inverse du Bilderberg, le Dolder n’a pas de site officiel divulguant au moins le lieu et la date du rendez-vous, les thèmes des discussions et la liste des participants. […]
Le patron d’une grande entreprise du pays d’accueil de chaque Dolder joue d’habitude le rôle de maître de cérémonie. Aussi cette fonction incombera lundi à Olivier Brandicourt, le directeur général de Sanofi, qui fera un discours d’introduction, indique à l’AFP une porte-parole du géant pharmaceutique français.
La date et la tenue du Dolder cette année à Paris n’ont rien d’anodin. La réunion a lieu la veille du Conseil stratégique des industries de santé (Csis), une instance de dialogue entre l’État et les entreprises du secteur se réunissant tous les deux ans depuis 2004 sous l’égide du Premier ministre. »

Et la dépêche se concluait sur cette phrase :
« Par ailleurs, les PDG du Dolder seront reçus à dîner par Emmanuel Macron lundi soir, a indiqué l’Élisée à l’AFP. »

[…]

On regarde sur le site de la Présidence, à nouveau : la rencontre avec le Dolder ne fait 1’objet d’aucun compte-rendu. Et pas une ligne non plus, pas un mot dans la presse. Qui se félicite, en revanche, que l’année prochaine le Président répondra aux parlementaires… Hourra !

J’adresse officiellement, via l’Assemblée, une question écrite à Edouard Philippe : « Dolder : qu’a raconté monsieur Macron à Big Pharma ?
Le député François Ruffin souhaiterait être éclairé : quelles questions furent abordées entre les géants du médicament et M. Emmanuel Macron ?

Le lendemain, mardi 10 juillet, c’était rebelote : les membres du Dolder se retrouvaient à nouveau, mais sous votre égide cette fois, au Conseil stratégique des industries de santé, instance de
dialogue entre l’État et les entreprises du secteur. N’avez-vous pas oublié les victimes de la Dépakine, le fonds d’indemnisation, la suppression en France de milliers de chercheurs, l’immense pollution à Mourenx. Ou avez-vous fait silence sur ces sujets, considérant – comme dans l’Hémicycle le 17 octobre dernier – qu’on ne doit pas dénigrer une entreprise française qui fonctionne bien ?  »

Un copain de la BPI, la Banque publique d’investissement, m’adresse un SMS : « ]’ai vu tes vidéos. Elles sont super. Le Dolder a justement discuté à l’Élisée avec Bpifrance qui a annoncé le
lendemain la création d’un fonds d’investissement avec Servier, Ipsen, Sanofi, etc. Encore de l’argent public sans contrepartie pour les citoyens. »

Extraits d’un article de François Ruffin dans le journal Fakir de septembre 2018.