Anti-migrants dans les Hautes-Alpes

Seize mois après leur opération anti-migrants dans les Hautes-Alpes, trois activistes de Génération identitaire ont été condamnés à six mois de prison ferme, l’association écopant de 75 000 € d’amendes. Pas de quoi rasséréner les militants solidaires des exilés du Briançonnais, auquels les motivations de la sentence posent question.

[…] sur le terrain, au pied des cimes frontalières du Briançonnais, Michel Rousseau, de l’association Tous Migrants, tempère l’enthousiasme : « La justice veut faire penser qu’el1e est équitable dans sa manière de frapper à droite comme à gauche, mais c’est une mascarade, qui dissimule le fond du problème.
Le plus grave que les identitaires ont fait, ce n’est pas d’avoir fait croire qu’ils étaient policiers : c’est la mise en danger d’autrui, l’incitation à la haine raciale. C’est tout leur délire qui vise à pourchasser en pleine montagne les exilés, des gens vulnérables qui viennent chercher refuge.
Ce qu’ils ont fait, c’est en quelque sorte une ratonnade et ça, on l’a toléré, parce que la police fait exactement la même chose. Ce qu’on leur a reproché, c’est simplement de ne pas avoir le bon
uniforme. »

Et d’ajouter : « On ne peut pas se réjouir que des gens soient condamnés à de la prison, même si ce sont des fachos. Si la prison était une solution, ça se saurait. Nous ce qu’on veut, ce n’est pas que des gens soient condamnés, mais que les droits fondamentaux des exilés soient respectés. »

Extraits d’un article de Clair Rivière dans le mensuel CQFD de septembre 2019.