Pétition en ligne : méfiance !

Certaines critiques pointent du doigt le business florissant du clicktivisme. Appel à dons, partenariats avec le monde économique, lobbying politique, le terreau dans lequel ces plate-formes ont plongé leurs racines rappelle que la bonne conscience des uns peut faire la fortune des autres.
Auteur d’une étude sur Avaaz, Dominique Guillet, membre de l’association Kokopelli, notait :

les cadres chez Avaaz ne sont pas rémunérés avec des cacahuètes virtuelles : le fondateur et directeur exécutif, Ricken Patel, a ainsi touché, en 2010, le modeste salaire de 183 264 dollards (…) tandis que le directeur de campagne, Ben Wikler, a touché 111 384 dollards. Cette même année 2010, Avaaz a déclaré sur sa feuille de revenu : 921 592 dollards de frais de campagne et de consultance. Tout cela pue l’arnaque financière et le copinage archi-dollarisé.

Refroidi par l’expérience, un ancien bénévole d’Avaaz témoignait de son coté :

C’est une mentalité à l’américaine : c’est à dire une vision de réussite et où on voit le monde comme génial, sensass, cool, géant (…). Les textes sont très polis, sans polémiques ni critique trop sévère, pour avoir un maximum de signatures et ne pas froisser les politiques.

Une issue de secours, peut-être : le site petitionpublique.fr propose une pétition pour l’abolition définitive du moyen d’expression barbare et stupide que reprèsente une pétition.

Extrait d’un article de Sébastien Navarro dans le journal CQFD de février 2013.