On n’y peut rien !

Quelle belle, édifiante et parfaite incarnation du monde capitaliste que ce Didier Lombard, polytechnicien, ingénieur des télécommunications et docteur en économie, ex-PDG de l’ex-France Télécom, qui en 2009 s’était chargé de supprimer 22 000 postes de son entreprise fraîchement privatisée, en se flattant de les faire passer « par la porte ou par la fenêtre » !
À la suite de quoi, un certain nombre d’employés, harcelés par un encadrement entièrement dévoué à l’entreprise, s’étaient suicidés : 19 morts, 12 tentatives et 8 dépressions, ce qui avait amené le facétieux PDG à qualifier, un peu étourdiment, cette vague de suicides de « mode » !
Il s’était ensuite retiré des affaires avec une de ces retraites-chapeaux dont le montant extraordinaire avait ému jusque dans les sphères dirigeantes. En récompense de ses hauts faits, il avait été élevé à la dignité de Commandeur de la Légion d’Honneur, par le gouvernement Raffarin III et son ministre des Finances, un certain Thierry Breton, le même qui avait organisé la privatisation des autoroutes et qui s’y connaissait en gestionnaires de choc.

Cette affaire est exemplaire de ce qu’est aujourd’hui le libéralisme capitaliste, ce mode d’organisation de la société qui subordonne toutes les valeurs au profit économique et concentre tous les pouvoirs, y compris celui de l’État, entre les mains de cliques technocratiques, insatiables autant qu’impitoyables, au service des intérêts privés dominants.

Devant le tribunal où l’a traîné, dix ans après les faits, la plainte de familles de victimes qui ne se sont jamais résignées à tenir pour un banal accident du travail le plongeon désespéré d’un de leurs proches par la fenêtre d’un bureau, l’ex-PDG n’a pas exprimé plus de regrets ni d’excuses que ne faisaient les vieilles badernes en culottes de peau qui envoyaient froidement au sacrifice les fantassins sur le plateau de Craonne, en 1916.

Ces hauts gradés-là, qui aujourd’hui peuvent aussi bien être des femmes, ne sont pas des mauviettes. Ce sont des chefs, des vrais. Des chefs de grande entreprise, donc de guerre économique. Qu’on n’attende pas d’eux un lâche apitoiement sur les pertes terribles causées par les batailles qu’ils commandent. Ils ont une mission sacrée à accomplir : écraser l’ennemi, torpiller la concurrence, contourner la fiscalité, remporter la victoire et conquérir le marché.

Ils ont été formés et sélectionnés pour cela, les uns par Saint-Cyr et West Point, les autres par Polytechnique et HEC, Harvard et la London School of Economics, etc.
Chacun de ces grands condottieres sait qu’on ne fait pas d’omelette sans casser les œufs. De doctes spécialistes leur ont enseigné qu’un certain pourcentage de pertes est stratégiquement
inévitable et moralement admissible et qu’un bon dirigeant ne doit pas s’en émouvoir outre mesure.

Autrefois, dans les tranchées de la Marne, des généraux à la Nivelle faisaient fusiller leurs propres soldats, « pour l’exemple ». Aujourd’hui on incite les salariés à s’éliminer eux-mêmes.
Remarquable progrès dans les méthodes de gestion des ressources humaines ! Bravo les DRH !
Didier Lombard, qui avait fort bien retenu ses leçons, n’a cessé de dire pour sa défense : « je n’y pouvais rien ! »
On a déjà entendu un son de cloche semblable du côté de chez Papon et de la SNCF (encore un Commandeur et de prestigieux polytechniciens !) à qui on reprochait d’avoir contribué à planifier des convois de déportés juifs.

Pourquoi auraient-ils dû avoir des regrets ? De quoi diable devaient-ils s’excuser ? Chacun n’a fait qu’accomplir « normalement », scrupuleusement, le travail pour lequel il était payé, parfois même décoré, qu’on se le dise, scrogneugneu.

Début d’un article d’Alain Accardo dans le journal La Décroissance de juin 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.