Narcissisme

La décroissance : Votre nouvel essai s’intitule Les Narcisse. En citant un auteur bien connu des objecteurs de croissance, Christopher Lasch, auteur de La culture du narcissisme, vous observez que la montée du narcissisme pathologique est aussi un reflet de notre société. Notre société de consommation nous conduit-elle à l’oubli de l’Autre ?

Marie-France Hirigoyen : L’ouvrage de Christopher Lasch est toujours d’actualité. Il a été écrit par rapport à la culture américaine et, à l’époque, beaucoup d’Européens disaient que cela ne concernait que les Américains, qui seraient restes de « grands enfants », mais, avec la mondialisation, ce phénomène s’est développé un peu partout dans le monde.
Nous sommes dans un monde de performance et de consommation, ce qui a centré les individus sur eux-mêmes et renforcé les traits narcissiques en chacun de nous.
Mais plus que ça, cette société moderne sélectionne les plus narcissiques d’entre nous pour les plus hauts postes. Et comme nos enfants vivent de toute façon dans un monde narcissique, on est dans une spirale qui amène de plus en plus de narcissisme.

La société moderne, à travers la téléréalité, les réseaux sociaux, etc., glorifie l’individualisme. Dans le monde moderne, pour exister, il faut se mettre en avant, être le meilleur et dans le toujours plus : plus de performance et plus de consommation, ceci étant le propos même de la société capitaliste, à savoir : produire toujours plus de richesse pour qu’il y ait toujours plus de croissance. Cela, pousse a l’extrême, amène les personnes au syndrome d’épuisement professionnel. Plus une personne accepte les règles du jeu de son entreprise et s’investit à fond, plus elle est performante et réussit, plus on lui demande et plus elle fait. Un tel processus ne s’arrête que quand les personnes craquent complètement dans un épuisement professionnel.

[…]

Le sujet de mon livre est d’alerter sur les dangers du toujours plus : plus de personnes qui se mettent en avant, de croissance, de performance et indirectement toujours plus de souffrance et
aussi d’exclusion, car les personnes qui ne se sentent pas à la hauteur, qui ont l’impression qu’elles ne vont pas y arriver, sont par conséquent en difficulté dans ce monde de performance.
Dans le monde du travail, on vous dit : « Venez exprimer vos différences, vous êtes autonome, vous êtes libre », sauf qu’on vous donne des objectifs, on vous dit débrouillez-vous et on vous contrôle. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez à condition d’être dans la performance et d’obtenir de bons résultats.

Mais il y a aussi toujours plus de contrôle. Notre société réclame de plus en plus de « liberté » mais impose aussi plus de conformisme : les enfants se conforment à un modèle standard pour ne pas être exclus par leurs camarades. Hier j’ai vu une jeune fille qui disait que dans sa famille on interdisait de regarder la télé, d’avoir des vêtements de marque ou de jouer en ligne, et, du coup, elle se sentait différente et rejetée.

Extraits d’un entretien avec Marie-France Hirigoyen dans le journal La Décroissance de juillet-août 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.