Menace de génocide sur les chrétiens d’Orient ?

Y a-t-il une menace de génocide sur les chrétiens d’Orient au Levant, comme le claironnent depuis quatre ans maintenant aussi bien les chancelleries que les archevêques, la Croix-Rouge ou Florian Phillipot ?
Très objectivement, sans nier la réalité des persécutions, la Syrie n’a connu aucun massacre d’ampleur, avec principalement deux faits de prises d’otages dans le nord-est par Daech, aux confins de la ligne de front avec les Kurdes.
Si on fait un décompte macabre, les tués déclarés chrétiens représentaient, en 2014, 0,48 % des 240 000 morts. La seule tuerie de masse de chrétiens par des djihadistes qui fait référence dans les discours officiels a eu lieu au Kenya, où une centaine d’étudiants furent exécutés par les shebabs, à Garissa en avril 2015. On est tout de même assez loin de l’Orient…

En France, la focalisation sur cette supposée menace de génocide, puisque c’est sous ce terme que les médias et l’ONU communiquent, revêt une fonction fortement idéologique. Elle permet à la classe politique et à l’intelligentsia d’agiter le chiffon rouge du choc des civilisations. Pour Valls ou BHL, le logiciel d’explication du conflit se développe sur l’algorithme de la guerre de religions, avec en fond d’écran à peine grisé la haine de l’islam, surtout son incompatibilité avec les sociétés occidentales et leurs zones d’influence.

Pourtant, qui assiège et bombarde avec un acharnement viscéral le fief rebelle de Zabadani, où le soulèvement a été déclenché par le père Paolo ? Le régime baassiste. Et qui, en solidarité, tente de desserrer l’étau en répondant coup pour coup sur des localités d’Idleb ? L’armée de la conquête, coalition de groupes islamistes. Eh oui, la réalité des peuples échappe parfois aux analyses à la découpe…

Extrait d’un article du supplément Syrie du journal CQFD d’octobre 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.