Marchandisation de la santé

Suspension bien sûr ne veut pas dire annulation, mais simple retard. Le directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est a ainsi benoîtement confirmé le 4 avril qu’il n’y avait « pas de raison de remettre en cause le Copermo pour le CHRU de Nancy », même avec « un peu de retard ».
Le Copermo, késako ? Petite piqûre de rappel. Avec l’austérité budgétaire imposée aux hôpitaux publics, ces derniers sont de plus en plus endettés. Quand ils doivent effectuer de gros investissements, la seule solution est de se tourner vers l’État, qui les soumet alors à de nouvelles exigences de « rationalisation ». C’est le Copermo.

La méthode n’est guère différente de celle appliquée par les financiers du FMI quand ils débarquent dans un pays pour apporter « l’aide internationale ». On vous aide à payer, mais commencez par vous faire hara-kiri sur les dépenses publiques. Coût du hara-kiri pour le CHRU de Nancy : suppression de 179 lits et de 598 postes équivalents temps plein.
Le directeur de l’ARS n’avait pas encore intégré la rhétorique gouvernementale de la suspension ; il a été limogé illico. Et le ministre de la Santé a remis la communication gouvernementale sur les bons rails : « Tous les plans de réorganisation sont évidemment suspendus à la grande consultation qui suivra. »

« Grande consultation » : ces mots ont dû résonner joliment aux oreilles des personnels concernés qui ont été baladés de consultation en consultation par le gouvernement. Surtout quand Mediapart révèle le contenu d’une note de la Caisse des dépôts et consignations (le bras armé financier de l’État) envisageant, à la demande de Macron, un plan pour l’hôpital public. Lequel plan prévoit de faire la part belle au privé et de poursuivre la marchandisation de la santé. L’hôpital public se meurt, vive le privé ! C’est la stratégie du choc qui consiste, pour les vautours du libéralisme, comme l’avait expliqué Naomi Klein, à profiter d’un état de sidération pour avancer leurs projets mortifères.
Une stratégie qui pourrait bien prochainement déboucher sur le chaos.

Extrait d’un article de Pierre Concialdi dans Siné mensuel de mai 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.