Les médias dominants et l’écologie

Personne n’aime à être un messager de malheur. Déjà en 442 avant J.-C., Sophocle avait tout pigé, lui qui, dans Antigone, soulignait à quel point être porteur de mauvaise nouvelles n’augurait pas la longévité. (…) Dans les grands qutidiens, les espaces dévolus aux questions écologiques se sont réduits à peau de balle. A la radio ou à la télé, on compte moins encore de chroniques environnementales, là où se déversent pourtant des torrents de billets culturels, politiques ou people tous plus ineptes et redondants les uns que les autres. Aucune place n’est faite aux idées nouvelles, celles qui ambitionnent de repenser le système pour qu’il survive à l’anthropocène. Les médias dominants – perfusés à la pub – n’aiment pas l’écologie. Et elle le leur rend bien. Le problème, c’est que pour l’instant, elle a perdu la bataille. Snif.

Billet de Bridget Kyoto dans Terraeco d’octobre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.