Les français et la décroissance

« Pour préserver l’environnement, les Français sont même devenus des  adeptes de la décroissance (54% vs 45%) plutôt que d’une croissance verte » : « Il faut changer fondamentalement notre mode de vie, nos déplacements et réduire drastiquement notre consommation. »
Étude du cabinet Odoxa pour Aviva Assurance, BFM et Challenges publiée le 3 octobre 2019.

Un sondage isolé ? « Plus d’un Français sur deux pense qu’il « faut complètement revoir notre modèle économique ». Entre 2017 et 2019, la vision des Français de la « consommation responsable » a significativement changé, montre une étude du cabinet
Greenflex.
Ils sont de plus en plus nombreux à citer la nécessité de réduire leurs achats… […] Huit sur dix croient notamment qu’on ne pourra pas avancer sur ce terrain sans réduire les inégalités socio-économiques. […]
Ils portent aussi un regard de plus en plus désenchanté sur l’offre présentée comme « durable » : plus de huit sur dix d’entre eux pensent par exemple que les produits bio ne s’équivalent pas tous, et préfèrent consommer local et de saison. » La Tribune, 20 septembre 2019. Voilà des informations fondamentales passées quasiment sous silence par des grands médias occupant leur temps à monter en épingle les pires insignifiances.

Et pourtant… il est symptomatique qu’un chroniqueur si représentatif de la Macronie en la personne de Jean-Michel Apathie en soit venu à conclure cette année sur la radio de l’héritier Arnaud Lagardère : « Nous devons moins voyager, moins consommer, et moins produire. […] Les esprits malins parlent de « croissance verte » [. . .] le mot est faux, le concept n’existe pas, ce qu’il faut organiser c’est la décroissance. » (Europe 1, 24 juin 2019.)

Le patron des patrons wallons, Jacques Crahay, déclarait lui-même cet automne : « Les patrons savent qu’on ne peut plus continuer sur le modèle d’une croissance sans limite alors que les ressources sont limitées. Mais ils ne veulent pas en parler parce que cela met leur business à mal. » (L’Écho, Belgique, 27 septembre 2019.)

Même la « presse économique », traduire « capitaliste libérale », qui a tant œuvré pour défendre contre tout bon sens la croissance, en est venue à laisser passer dans ses colonnes des études scientifiques concluant à l`inéluctabilité de la décroissance : « Une étude récente publiée par les économistes de l’environnement Jason Hickel (Université de Londres) et Giorgos Kallis (Université autonome de Barcelone) dans la revue New Political Economy remet fondamentalement en cause cette notion de développement durable.

Intitulée « Is Green Growth Possible ? » , cette étude s’appuie sur les modèles existants pour évaluer la possibilité de découpler croissance, utilisation de ressources naturelles et émissions de carbone. Et la réponse est négative… […] pour contenir les émissions de CO2 dans des limites compatibles avec un réchauffement planétaire inférieur à 1,5 °C, des stratégies de décroissance devraient être mises en œuvre. »
(L’Expansion, 11 juin 2019.)

Bien sûr, pour la majeure partie de la classe médiatico-politique, la décroissance reste l’épouvantail absolu, néanmoins, de gauche (voir notre interview de François Ruffin page 8) à droite, on observe que « l’idée de décroissance redevient à la mode » (Denis Tillinac, Valeurs actuelles, 15 nov. 2019). Le temps semble dépassé où prononcer le seul mot de décroissance ,vous faisait immédiatement passer auprès de vos amis et de votre famille pour un illuminé, un fou dangereux ou un traître à la patrie.

Extrait d’un article du journal La Décroissance de décembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.