La reprise (ou la croissance) pour qui ?

S’il vous prend la mauvaise idée de feuilleter la presse de caniveau ou les feuilles saumon des journaux de rentiers, vous trouverez toutes sortes de bobards sur la situation économique et sociale en Grèce. On nous annonce, ici et là, une embellie et même le retour de la croissance pour bientôt. Ne tombez pas dans le panneau. Les seuls progrès financiers sont ceux des investisseurs qui, comme EDF dans les montagnes crétoises ou Suez dans les villes, se jettent comme des vautours sur le bien commun bradé, notamment l’eau, parfois même sans appel d’offre. Mais la population grecque ne s’y trompe pas et déclare, à plus de 80 % dans tous les sondages, qu’elle ne voit ni ne croit en aucune embellie pour l’instant.
Comme en France, à la virgule près, les mille Grecs les plus riches ont gagné 15 % de revenus de plus en un an, alors que les autres triment, tirent la langue et continuent de voir leurs acquis sociaux fondre comme neige au soleil.

Extrait d’un article de Yannis Youlountas dans Siné mensuel de novembre 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.