La loi du marché généralisée par la force

Depuis les mobilisations contre la loi El Khomri de 2016, l’État français a fait des usages disproportionnés de la violence contre les mouvements sociaux. Inflexible sur le plan des réformes, il utilise la force pour contenir toutes les protestations. Au point de promulguer tout un arsenal de mesures juridiques liberticides. S’inscrivant dans la dévalorisation libérale des lois.
Le libéralisme met en œuvre des politiques qui sapent « l’État-providence » au nom de la « concurrence libre et mm faussée ». Mais, en raison des résistances de la société et de ce qui demeure des mouvements populaires, il fait un usage de la force qui est sans précédent depuis plusieurs décennies, n’hésitant pas à mettre la santé voire la vie de manifestants ou de grévistes en danger, par l’utilisation d’armes de répression officiellement non létales mais aux conséquences souvent dramatiques, par des pratiques policières sans commune mesure avec les risques que font peser ces mouvements sur l’État.

Les images d’acharnement de policiers sur des manifestants à terre, d’usage systématique de gaz lacrymogènes, les propagandes ministérielles qui les couvrent en les déniant impliquent aujourd’hui d’être prudent quand on se rend à de nombreuses manifestations. Les gilets jaunes en savent quelque chose […]

Peu a peu, la justice du libéralisme politique, c’est-à-dire la séparation des pouvoirs, la protection judiciaire des biens et des personnes, la garantie publique de l’indépendance individuelle, s’efface au profit de la surveillance, de la restriction des libertés, de la concentration des pouvoirs. Avec toutes les conséquences en termes d’arrestations arbitraires, d’exercice du pouvoir indifférent aux lois, d’atteintes aux droits de s’exprimer et d’agir librement.

Les ambitions néo-libérales ont peu a voir avec le libéralisme et la limitation du pouvoir, sa soumission à des règles absolues, la préservation des libertés.
Il s’agit de soumettre l’ensemble de la société à l’impératif de l’appropriation privée, de la concurrence et de la production du profit. Tout ce qui s’efforce de limiter cet impératif doit être
empêché, c’est-a-dire vidé de toute influence déterminante. C’est pour cela que les mouvements sociaux contestataires et même majoritaires dans les soutiens qu’ils reçoivent de la population sont empêchés par la violence policière, par les propagandes politiques et médiatiques, par l’organisation néo-libérale du monde, les traités de libre-échange, les tribunaux d’arbitrage privés. Toute alternative est criminalisée dès lors qu’elle s’efforce de faire bouger les lignes, parce qu’elle se heurte à la manière dont le monde est organisé et dont le système libéral a gravé ses lois économiques dans le marbre. […]

Le néo-libéralisme est en rupture avec les préoccupations sociales du libéralisme classique, soucieux de libertés individuelles, mais aussi d’appartenance de chacun à la société, de hiérarchies des valeurs (ne seraient-ce qu’esthétiques), contre le confusionnisme contemporain du « tout se vaut » dès lors que tout est évaluable à l’aune de la production du profit. Dans le modèle néo-libéral imposant sa marque partout, rien n’existe en dehors du marché, l’être humain s’apparente a un entrepreneur de lui-même et est pleinement responsable de son destin.

C’est pourquoi toute volonté de définir la société autrement que comme la rencontre entre des vendeurs et des acheteurs, par exemple en interdisant le travail le dimanche ou le travail (des femmes) la nuit, est-elle synonyme d’un ordre moral désuet, porteur de danger pour la liberté économique conçue comme liberté d’entreprendre, alors même que le travailleur se contente de vendre ce qui est la seule chose à sa disposition, comme nous l’a appris Marx, sa force de travail, contre les moyens de sa subsistance […]

Des lors, l’État n’a aucune vocation à disparaître, mais à restreindre ses interventions à ses fonctions régaliennes, la justice, la police, l’armée, les sapeurs-pompiers, les finances publiques et
les infrastructures, et donc à abandonner l’enseignement, les transports, la santé, la poste, ou à les privatiser. L’Europe a servi à généraliser ce changement politique en rupture avec les politiques sociales produites par le XXe siècle. En effet, la Commission européenne émet des directives qui rendent obligatoires pour les États membres l’ouverture à la concurrence de tous ces services.

Cet abandon fait que la loi du marché et donc la rentabilité deviennent le critère dominant. Dans ce contexte, les résistances, les appels à la solidarité, à légalité, à la justice sociale
restent non seulement lettres mortes mais doivent être écartées si elles constituent des obstacles à la marchandisation généralisée du monde et de la société. Les lois elles-mêmes, en
imposant des limites à l’action politique, en faisant persister des états antérieurs de l’organisation de la société, s`opposent partiellement au libéralisme. C’est la raison pour laquelle il convient de les suspendre en attendant de les réformer complètement.

Extraits d’un article de Florent Bussy, philosophe, dans la revue Les Zindigné(e)s de janvier-mars 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.