Douar Didoull

[…] Goulven du collectif Douar Didoull (« la terre sans trou »), à l’origine de la manifestation, est revenu sur les débuts d’une contestation initiée fin 2013. « Tout est parti de l’annonce par Macron, alors ministre de l’Économie, que plusieurs Permis exclusifs de recherche minière (Perm) allaient être délivrés dès 2014, notamment dans le Massif armoricain. Ces Perm donnent toute latitude aux sociétés minières pour procéder à des forages sur des surfaces allant jusqu’à 400 km2. »

La géologie bretonne a particulièrement attisé les convoitises de Variscan Mines, entreprise à capitaux australiens qui espère dénicher de gros filons de cuivre, zinc, tungstène et autres ressources nécessaires à la fabrication des produits high-tech.
[…]
« La mobilisation a porté ses fruits, notamment en obligeant les candidats aux législatives, y compris les macronistes, à se positionner contre les projets miniers. Le conseil régional, pourtant à la solde de l’actuelle majorité présidentielle, a également demandé un moratoire sur ce dossier. Mais rien n’est gagné tant que les Perm n’auront pas été annulés », constate lucidement Goulven.

[…] les nouveaux dirigeants de Variscan […] jouent les pleureuses – ils se plaignent de malentendus susceptibles d’enflammer des oppositions de type Zad. Et agitent du même élan le chantage aux emplois directs et indirects associés au lancement d’une exploitation minière. Des arguments battus en brèche par Goulven : « C’est un écran de fumée classique dans ce genre d’opération de communication où l’on affirme que si les gens sont contre les projets, c’est parce qu’ils n’ont pas compris quel est leur intérêt. »
Quant aux emplois, ils sont souvent occupés par des techniciens ou des ingénieurs déjà sous contrat avec les multinationales du secteur. Et ils sont de toute façon ultra-précaires : une fois le filon épuisé, on va creuser ailleurs, laissant les collectivités et la population locale se débrouiller avec les dégâts causés à l’environnement.

[…] il ne s’agit pas seulement d’action de type Nimby (Not in My BackYard, « Pas dans mon jardin »). Mais plus généralement de revendiquer un autre modèle de société, moins productiviste, moins consumériste et moins obsédé par le tout-technologique.

[…] deux représentants des collectifs opposés à la construction du tunnel du col de Tende, sur la frontière franco-italienne, ont témoigné de l’intense répression qui frappe celles et ceux pratiquant une solidarité de base avec les migrants. Ils ont aussi raconté l’incroyable rebondissement, au début du mois de juin dernier, qui a conduit à l’arrêt du chantier et à une procédure des autorités italiennes contre l’entreprise chargée des travaux de doublement du tunnel. Pour dissimuler l’économie d’une fondation en béton armé, la boite a falsifié plusieurs rapports constatant un éventrement et un affaissement de 1’ouvrage sur plusieurs mètres. Ou quand les promoteurs des grands projets inutiles et leurs complices sabotent eux-mêmes le boulot…

Extraits d’un article d’Iffik Le Guen dans CQFD de septembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.