Délégation de pouvoir et démocratie

Les idéologies ont failli. Elles sont mortes et je dis tant mieux.
Les idéologies ont bercé d’illusions un grand nombre de contemporains, lesquels, aujourd’hui, sont dans une situation d’impuissance totale. Le mouvement des gilets jaunes qui a succédé à Nuit debout, Podemos, Occupy Wall Street… n’est pas propre à la France, d’autres soulèvements ont marqué l’actualité récente. Les gilets jaunes ont saisi très tôt l’impossibilité de s’en remettre à un quelconque représentant, de se défaire du pouvoir d’agir au profit d’une avant-garde. Que voulaient dire ces discussions sur les ronds-points ? Elles reconstituaient tout simplement cette solidarité fondamentale entre différentes personnes, d’origines diverses, elles imaginaient ce monde nouveau en devenir et, dans certains lieux, elles redécouvraient l’apprentissage de la démocratie.

[…]

Nous sommes, disait Derrida dans Spectres de Marx, les héritiers de deux siècles d’illusions et de mensonges. J’ajouterais : nous sommes les héritiers de deux siècles de délégation de pouvoir où chacun d’entre nous a appris à solliciter le député, le maire, le président… Or le pouvoir d’agir est à réinventer. Et cela ne se fera pas du jour au lendemain. Dépasser le ressentiment est l’urgence car celui-ci ne conduit qu’à l’impuissance. Il nous faut d’ores et déjà nous projeter vers une prise en charge collective du monde de demain.

Engager un processus même embryonnaire qui permettrait de renouer avec les espérances d’un passé inachevé semble être notre perspective immédiate, mais ce sera long ; cela suppose de se défaire des individualismes et des habitudes de délégation de pouvoir. Sortir du faire selon les normes pour pouvoir agir collectivement selon un projet en construction. L’ambition est immense et paraît inaccessible. Mais comment raisonner autrement en contexte de décroissance inévitable et de nécessaire réinvention de la démocratie réelle ?

Le premier pas sera sans doute de résister aux mesures que ne manqueront pas de prendre les autorités néolibérales. Et pour résister, quoi de mieux que de se concerter, de se rassembler, d’élaborer ensemble d’autres rapports sociaux… Nombre de projets sont en cours. En contexte de destruction environnementale et de crise sociale mondiale, il s’agirait tout simplement de survie sociale.
Se replier sur soi, aller à la campagne faire pousser ses légumes, se séparer des autres n’est pas très pertinent. La liberté ne s’exerce qu’avec d’autres également libres. Toutes les sociétés sans exception furent organisées sur l’exploitation de l’autre et sa domination et en organisant la rivalité entre les êtres vivants. Rompre avec cette longue tradition est l’urgence du moment.
Une société sans domination est donc notre horizon d’attente. Même si le chemin est long, le contourner ou l’éviter serait une dommageable erreur.

Extraits d’un entretien de Michèle Riot-Sarcey dans Siné mensuel de juin 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.