Déchets nucléaires et déni de démocratie

Dix ans de prison et la menace de 150 000 euros d’amende : c’est la peine qu’encourra Loïc, un Anonymous de 19 ans, en novembre prochain, au tribunal correctionnel de Nancy.
Accusé d’accès et maintien frauduleux dans un système informatique commis en bande organiséedéni de démocratie inhérent au projet d’implantation d’un laboratoire de l’Andra, en 1993, approuvé par les conseils généraux de la Meuse et de la Haute-Marne, alors que, dès cette époque, la population s’est plainte de n’avoir pas été consultée pour ces décisions, ni même informée au préalable.
Ils souligneront que, en 2006, une pétition restée sans suite de plus de 60 000 signataires réclamait un référendum sur l’enfouissement des déchets radioactifs. Ils balanceront les tentatives d’influence du lobby nucléaire sur les collectivités territoriales, ces dizaines de millions d’euros déversés chaque année en Meuse et en Haute-Marne. 30 millions s’infiltrant dans tous les projets sans que les habitants le sachent.

Extraits d’un article de Franck Dépretz dans le journal CQFD de septembre 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.