Pesticides et argent public

Dans un de ses derniers référés, la Cour des comptes dresse un constat d’échec de la politique de réduction d’usage des pesticides. On y devine le combat d’arrière-garde du lobby agro-industriel, mettant enjeu la santé publique et retardant la transition écologique de l’agriculture.

Cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques, les pesticides nous pourrissent la vie. En France, il a fallu attendre le Grenelle de l’environnement (2007) pour fixer un objectif de réduction de 50% de l’utilisation des pesticides de synthèse (molécules les plus dangereuses) en dix ans, encadré par le plan national Écophyto (2008-2018).

En 2015, devant l’absence de résultat, le gouvernement a pondu un plan Écophyto 2, courant jusqu’en 2025, pour atteindre ce même objectif. Soit sept ans de prime aux pollueurs… sans plus d’effet, c’est ce que pointe un référé de la Cour des comptes : « Des objectifs non atteints en dépit d’une décennie d’actions mobilisant des fonds publics importants. […] Les effets des plans Écophyto demeurent très en deçà des objectifs fixés. »

Et pour cause ! Plus 12 % de consommation de pesticides entre 2009 et 2016, +21 % d’augmentation des volumes de ces poisons achetés en 2018. Et le contribuable paie son empoisonnement : selon la Cour, pour cette seule année 2018, Écophyto a coûté 400 millions d’euros d’argent public aspirés par les multiples bras de cette pompe à finances de l’ « utilisation raisonnée » des phytosanitaires.

Usine à Gaz

Pour faire quoi? C’est la bonne question, à laquelle la Cour répond en pointant malicieusement l’organisation de l’inaction par « le nombre et la diversité des acteurs impliqués, l’insuffisante articulation du plan Écophyto avec plus d’une dizaine d’autres instruments de programmation portant des mesures relatives aux pesticides, la diversité des sources de financement et la généralisation des cofinancements ou appels à projets qui ont conduit à développer une gestion administrative et financière si complexe qu’elle peut neutraliser les effets de l’impulsion nationale et, plus récemment, des initiatives régionales » et « un dispositif de contrôle reposant sur au moins sept services différents ».

On reconnaît tout l’art du lobby agricole pour siphonner les finances publiques et échapper au contrôle. Bref, en regard de l’objectif de 50 % de réduction d’usage des pesticides, « seulement 12% des exploitations sont engagées dans des projets labellisés économes en intrants (dont
2272 certifiées de « haute valeur environnementale ».

[…]

Alors, on peut se ranger derrière la Cour des comptes, qui recommande plus de transparence en tenant et en rendant public « à l’échelon national et à l’échelon régional un tableau des ressources financières mobilisées pour mettre en œuvre le plan Écophyto pluriannuel ». La Cour préconise aussi de « rendre accessibles au public, chaque année, les données et les analyses rendant compte de la politique menée, des substances actives émises et de leurs effets sur la santé et sur 1’environnement, notamment sous forme de cartographies ».

Enfin, plus stratégiquement, pour impulser « une nécessaire évolution des modes de production agricole […], la Cour estime que l’État pourrait davantage influer sur les modes de production et les filières par l’exercice de ses compétences normatives de régulation et d’information ».
Et qu’il serait de bon ton « d’introduire, dans les négociations de la nouvelle politique agricole commune (PAC), un objectif prioritaire de réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques ». Il y a des jours où les institutions de la République ont du bon.

Article d’Antoine Lopez dans Siné mensuel de septembre 2020.

5G, le progrès, la compétition

[…] l’Union européenne préfère se baser, pour guider sa réflexion et ses investissements, sur les tests de l’industrie elle-même. Qui concluent soit à l’innocuité des ondes, soit qu’on ne peut rien prouver, qu’on ne sait pas trop, que tout est relatif, et inversement. Des études qui étaient déjà bidonnées pour les portables […]

En revanche, quand les structures indépendantes se penchent sur la question, elles tranchent. Le National Toxicology Program, sans lien avec l’industrie, coordonne depuis dix ans les travaux en toxicologie de plusieurs agences d’État aux États-Unis. Elle estime qu’il existe des « preuves évidentes » de l’apparition de tumeurs et cancers chez les rats soumis aux ondes. Des observations qui recoupent celles de l’institut Ramazzini, près de Bologne, en Italie, centre de recherche mondialement reconnu qui parle de « potentiel cancérogène des radiofréquences chez l’homme ».

Même conclusion, dès 2011, au sein de l’IARC l’Agence internationale de recherche contre le cancer, structure de l’OMS, qui estime dès 2011 les ondes « potentiellement cancérigènes pour l’homme ».
Ces données sont sues, connues, depuis des lustres, donc. En 2017, 180 scientifiques de 37 pays appelaient d’ailleurs à un moratoire sur la 5G. Bis repetita, avec plus d’ampleur encore, quelques mois plus tard. Leur angoisse : une exposition « 24h/24 et 365 jours par an, sans sortie de secours », qui n’épargnera rien ni personne sur la planète.

Et tant pis pour les personnes électrosensibles, que l’Anses estime à 5 % de la population (soit plus de trois millions de personnes en France, près de 400 millions dans le monde), qui pourront aller voir ailleurs pour mieux vivre leur calvaire – brûlures dans la tête, tachycardie, montées d’angoisse, troubles neuromusculaires…

Rien n’y fait, pour ses hérauts : « La 5G, c’est l’avenir », bulldozer du progrès.
« Être en retard sur la 5G n’est pas une option », prévient Sébastien Soriano, le directeur de l’Arcep, le gendarme des Télécoms. Pas question d’être « en retard sur le reste de la compétition » répète Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État à l’Industrie. Mounir Mahjoubi, alors secrétaire d’État au Numérique, en appelait lui à la « mobilisation de tous les acteurs privés et publics pour multiplier les projets pilote partout sur le territoire », pour « faire de la 5G une priorité pour la France ». Des expérimentations grandeur nature se mènent d’ailleurs déjà, depuis 2019, à Nantes, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Paris, Le Havre… Alors même que les effets sanitaires n’ont pas été évalués, et que les habitants n’en ont jamais été informés.

Extraits d’un article de Cyril Pocréaux dans le journal Fakir de juillet 2020.

Marchandisation de la santé

Suspension bien sûr ne veut pas dire annulation, mais simple retard. Le directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est a ainsi benoîtement confirmé le 4 avril qu’il n’y avait « pas de raison de remettre en cause le Copermo pour le CHRU de Nancy », même avec « un peu de retard ».
Le Copermo, késako ? Petite piqûre de rappel. Avec l’austérité budgétaire imposée aux hôpitaux publics, ces derniers sont de plus en plus endettés. Quand ils doivent effectuer de gros investissements, la seule solution est de se tourner vers l’État, qui les soumet alors à de nouvelles exigences de « rationalisation ». C’est le Copermo.

La méthode n’est guère différente de celle appliquée par les financiers du FMI quand ils débarquent dans un pays pour apporter « l’aide internationale ». On vous aide à payer, mais commencez par vous faire hara-kiri sur les dépenses publiques. Coût du hara-kiri pour le CHRU de Nancy : suppression de 179 lits et de 598 postes équivalents temps plein.
Le directeur de l’ARS n’avait pas encore intégré la rhétorique gouvernementale de la suspension ; il a été limogé illico. Et le ministre de la Santé a remis la communication gouvernementale sur les bons rails : « Tous les plans de réorganisation sont évidemment suspendus à la grande consultation qui suivra. »

« Grande consultation » : ces mots ont dû résonner joliment aux oreilles des personnels concernés qui ont été baladés de consultation en consultation par le gouvernement. Surtout quand Mediapart révèle le contenu d’une note de la Caisse des dépôts et consignations (le bras armé financier de l’État) envisageant, à la demande de Macron, un plan pour l’hôpital public. Lequel plan prévoit de faire la part belle au privé et de poursuivre la marchandisation de la santé. L’hôpital public se meurt, vive le privé ! C’est la stratégie du choc qui consiste, pour les vautours du libéralisme, comme l’avait expliqué Naomi Klein, à profiter d’un état de sidération pour avancer leurs projets mortifères.
Une stratégie qui pourrait bien prochainement déboucher sur le chaos.

Extrait d’un article de Pierre Concialdi dans Siné mensuel de mai 2020.

Échec des Plans Écophyto

Le 4 février 2020, la Cour des comptes a envoyé au Premier ministre français un référé sur le bilan des plans Ecophyto, qui visaient une réduction de 50 % des produits phytosanitaires dans l’agriculture.
Elle estime « que les effets des plans Écophyto demeurent très en deçà des objectifs fixés », malgré plus de 400 millions d’euro de financement public. Les chiffres 2017-2018 sur l’évolution de la consommation des pesticides de l’agriculture française indiquaient une forte hausse de la consommation : +21 % en 2018 par rapport à 2017.
L’objectif fixé en 2009 de convertir en agriculture biologique 20 % de la surface agricole utile n’a pas été atteint, il était fin 2018 de seulement 7,5 %.
Pour la Cour des comptes : « l’État pourrait davantage influer sur les modes de production et les filières par l’exercice de ses compétences normatives, de régulation et d’information. »
La Cour des comptes conseille de mettre en place un meilleur fléchage des aides de la politique agricole commune (PAC) vers la « performance environnementale » et l’agriculture biologique, et d’améliorer les règles scientifiques et déontologiques d’évaluation des substances.

Article dans L’Écologiste de mars – mai 2020.

Casse de l’hôpital public

Au fond, je vois cette épidémie comme une forme de surligneur. Elle met en évidence cette casse de l’hôpital public qu’on dénonce depuis tant de temps.
On voit bien qu’on manque de places, de personnels, de matériel, que tout est saturé, qu’on pourrait faire bien mieux, et tout cela souligne l’absurdité de la gestion financière de l’hôpital. C’est une violente mise en lumière des dérives. Et même si Macron reprend désormais nos éléments de langage, parce qu’il a le nez dedans, ce sont juste des effets d’annonce. Quand il annonce un futur « plan massif d’investissement pour l’hôpital », personne ne le prend au sérieux. […]

J’ai l’impression que cette manière de nous traiter en héros est complètement surjouée, qu’elle ne correspond en rien à la réalité. Parce qu’en pratique on n’a pas le matériel pour se protéger, ni les ressources humaines. On va avoir plein de gens en épuisement. Pour l’instant on dispose de masques, mais ça ne durera pas forcément. Sachant que les règles n’arrêtent pas de changer et que leur « longévité » augmente : désormais, un masque peut faire la journée.
Dans le même temps, les consignes d’hygiène ont changé, avec un niveau d’exigence à la baisse. On n’est plus obligés de mettre de gants ou de charlottes, même au contact des malades. Autre problème : on pourrait manquer de respirateurs […]

Les effets d’annonce du gouvernement me semblent totalement hypocrites. Je suis convaincu que leur système de pensée n’est pas remis en cause, qu’ils reprennent juste un discours conciliant. Au fond, c’est la suite qui va être importante. Il y aura des comptes à rendre. C’est ce que je vois par exemple au sein du collectif Inter-Hôpitaux : tout le monde prévoit de passer à l’offensive,
avec des personnes qui ont déjà porté plainte contre des membres du gouvernement.

Pour ma part, j’envisage la période à venir avec beaucoup d’inquiétude. Il y a cette impression qu’on est lâchés en pleine débâcle et que notre santé à nous importe peu. Quand on voit qu’ils ont tardé à fermer les écoles et ont tenu à organiser les municipales, on se dit qu’ils vivent dans un autre monde – c’est criminel. Comme était criminelle cette première communication visant à faire
passer le virus pour une grosse grippe. Ok, ce n’est pas la peste. Mais beaucoup de gens vont mourir. Et les gens au pouvoir et ceux qui ont démantelé l’hôpital public porteront une grande responsabilité dans ce désastre.

Extraits d’un témoignage d’un médecin réanimateur dans le mensuel CQFD d’avril 2020.

Graines d’une Bretagne d’avenir

Produire moins, serait synonyme de chômage et de récession, tandis que la croissance économique industrielle serait, elle, source de toujours plus de travail. Or c’est l’inverse, comme le montre dramatiquement le cas de l’agriculture : l’industrialisation capitaliste de la production et de la distribution alimentaires a entraîné une surproduction chronique de victuailles empoisonnées en mobilisant toujours plus de machines et moins de travail vivant, entièrement sous la coupe de la logique techno-scientifique (l’alimentation est un vaste laboratoire).

La décroissance, au contraire, c’est plus de travail vivant, artisanal, de métier, avec une qualification reconnue et donc correctement rémunéré, sans dette, sans précarité. Pour produire moins d’aliments, plus chers à l’unité que la malbouffe industrielle, pour en finir avec la surproduction. C’est dans cette dynamique que s’inscrit le livre Graines d’une Bretagne d’avenir et le projet de semences artisanales paysannes que défend Emmanuel Antoine.

[…]

Soyons clair, la promotion du bio est en phase avec une classe moyenne urbaine inquiète légitiment pour la qualité de son alimentation. Mais dès que l’on examine les contraintes de production (accès au foncier, climat…) et d’approvisionnement, que l’on aborde les conditions de travail et les niveaux de rétribution et de protection sociales (retraite et maladie), cela met face à des contradictions qui participent du désenchantement de la cause, d’une réalité que l’on a pas forcément envie d’affronter.

C’est regrettable à dire mais le milieu écolo est souvent coupé du monde du travail et de ses réalités les plus dures. Il a bien du mal à sortir de la sacro-sainte confiance en un marché qui pourrait se réguler de lui-même.

Un seul exemple : la campagne dite du « Marche interdit ». En 2018, le groupe Carrefour a réalisé un « coup marketing » en commercialisant des légumes issus de semences paysannes dont la vente à des professionnels est interdite car celles-ci ne sont pas inscrites – pour des raisons de coût notamment – au catalogue officiel. Voilà un des acteurs principaux de la destruction de la paysannerie française qui défend les semences paysannes et la biodiversité contre la mainmise des grandes entreprises sur le vivant !

Celle-ci a malheureusement été défendue par une certaine organisation paysanne persuadée de faire preuve de pragmatisme pour faire avancer sa cause, celle des semences paysannes. Mais quand on mange avec le diable, encore faut-il avoir une cuillère assez longue ! Là, elle est très très courte ! Un million d’euros a été reversé à une organisation paysanne pour financer une maison de la semence.

C’est bien peu au regard de la destruction d’emplois et le maintien des milliers d’agriculteurs dans la précarité pour rétribuer leurs actionnaires ; je me permets de rappeler que le groupe Carrefour a perçu 2 milliards d’euros d’aide publique en 5 ans dont 744 millions au titre du CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) sans compter les exonérations de cotisations sociales (1 943 millions d’euros, qui privent de financement le régime général de la Sécurité sociale), et supprimé 2 400 postes en France sur la même période.

Extraits d’un entretien de Emmanuel Antoine dans le journal La Décroissance de mars 2020.

Main basse sur la sécu

Macron siphonne les ressources de la Sécurité sociale pour en organiser le déficit. Les gilets jaunes ont bon dos !
Que serait la Sécu sans son trou ? La question n’est pas que métaphysique. Depuis des décennies, elle prend une résonance très concrète dans le discours politique. Le « déficit » de la Sécu a fini par s’imposer comme une incontournable réalité dont les médias se font périodiquement l’écho pour accréditer l’idée que la Sécu serait chroniquement déficitaire. C’est faux mais c’est ainsi.

L’orchestration de ce tintamarre médiatique a permis de légitimer aux yeux de l’opinion publique l’idée qu’il fallait sans cesse réduire les dépenses.
Depuis plus de trente ans, malgré des besoins croissants, la couverture sociale diminue. Résultat de ces décennies de régression : la Sécurité sociale est désormais en excédent durable.
D’après l’Insee, les administrations de Sécurité sociale ont dégagé un excédent de 5,5 milliards en 2017 et de 10,7 milliards en 2018. De 2019 à 2022, l’excédent prévu par les documents officiels est d’environ 20 milliards par an. De quoi largement améliorer les prestations.

Au lieu de cela, Macron a décidé dès son arrivée au pouvoir de faire main basse sur ces excédents. Il a ainsi programmé fin 2017 (loi de programmation des finances publiques pour 2018-2022) le transfert des ressources de la Sécurité sociale vers l’État afin de maintenir les comptes dans un équilibre financier précaire. Restait à organiser concrètement ce scénario dans la loi.
C’est ce que prévoit de faire le PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) pour 2020.

Ce projet de loi, débattu cet automne par les députés, prévoit notamment que les exonérations de cotisations sociales décidées par le gouvernement ne seront plus désormais compensées par l’État, comme ce dernier en a l’obligation légale. Du coup, nombre de « mesures d’urgence » décidées à la suite du mouvement des gilets jaunes devraient être payées par les cotisations des salariés eux-mêmes… et grever les comptes de la Sécu.

C’est notamment le cas pour l’exonération de cotisations sociales sur les heures supplémentaires et la réduction du taux de CSG pour les retraités modestes. Avec ce racket organisé, Macron fait d’une pierre deux coups : il perpétue l’idéologie du déficit et il en fait porter le chapeau aux gilets jaunes, comme une certaine presse complaisante (ou mal informée) s’en fait l’écho.

On résume : le gouvernement définance la Sécu pour continuer à entonner la litanie du déficit et justifier ainsi de nouvelles mesures de régression sociale pour la retraite ou la santé. Dans le genre cachotier, le gouvernement en rajoute une couche en passant sous silence le fait que la Sécu aura bientôt remboursé sa dette. Le dernier rapport de la commission des comptes de la Sécurité sociale prévoit que ce sera le cas en 2024. Conséquence : plus de 15 milliards d’euros prélevés chaque année pour rembourser cette dette seront à nouveau disponibles pour améliorer notre protection sociale. Plus de déficit ni de dette pour la Sécu : ça mériterait bien un vrai grand débat, n’est-ce pas ?

Article de Pierre Concialdi dans Siné mensuel de novembre 2019.

Ce constant travail de destruction est à l’œuvre depuis longtemps (mise à mort de la sécurité sociale).

La légende du maïs OGM

La légende voudrait que le maïs hybride exploite un phénomène génétique mystérieux, l’hétérosis, qui aurait permit un bond soudain de rendement […]

Ce n’est que récemment que je me suis rendu compte que la technique de sélection du maïs hybride (ce que fait concrètement le sélectionneur) n’exploite pas l’hétérosis, mais tout simplement une fraction de la diversité naturelle des populations ou variétés de maïs, puisqu’elle consiste à remplacer cette diversité naturelle par des « copies » de la meilleure plante sélectionnée au sein de la variété – par un clone.
Avec comme conséquence que cette technique de sélection ne permet d’espérer qu’un gain de rendement limité et ponctuel ! C’est l’exact opposé de ce que l’on raconte depuis un siècle.
Ceci aurait sauté immédiatement aux yeux si le biologiste qui propose en 1908-1909 cette technique de sélection ne l’avait pas mystifiée par des considérations génétiques absconses.

Bien sûr, l’aveuglement d’une communauté de généticiens, sélectionneurs, agronomes, tous intellectuellement alertes et rompus aux débats, s’explique par leur soumission inconsciente aux exigences du système industriel.

Puis arrive le scandale Terminator en 1998 : la technique permet de fabriquer des plantes dont la descendance est stérile. C’est la fin de la pratique fondatrice de l’agriculture, semer le grain récolté. La production est des lors séparée de la reproduction. Cette nécrotechnologie confirmait totalement ma thèse sur le maïs hybride au moment où l’exploitation de l’hétérosis devenait l’objectif des sélectionneurs et généticiens du monde entier « pour nourrir la planète et protéger l’environnement ».

Les classes dominantes ont toujours justifié leur domination par des forces supérieures, Dieu sous l’ancien régime, la Nature avec la bourgeoisie. Mais qui peut croire que pour améliorer les
plantes, il faut leur interdire de se reproduire ? En vérité, il s’agit de naturaliser un processus social. Avec l’hétérosis, le monopole du semencier (du capital) prend la forme fantastique d’une relation entre les gènes.

[…]

Le paysan savoyard d’autrefois redescendait à l’automne de ses alpages avec ses grands ronds de fromage de 30-40 kg pour les échanger sur le marché contre ce qui lui était nécessaire. Une fois ses besoins satisfaits, le cycle économique était fermé.
Avec le capitalisme, le point de départ c’est l’argent investi pour produire des marchandises qui sont, si tout va bien, vendues et transformées en argent.
Ce qui n’a de sens que si la quantité d’argent obtenue est plus grande que celle qui a été investie. L’expansion et la croissance indéfinies deviennent des nécessités structurelles et sont la religion – ce qui relie, qui soude – notre société qui, sinon, exploserait. Au moindre ralentissement, c’est la panique !

Pour l’État et le capital, l’autonomie de ce paysan savoyard était une menace à leur emprise. Il a fallu le faire passer à la moulinette de la « modernisation » pour mettre fin à cette autonomie paysanne en transformant ce paysan en marché – en l’éliminant. L’agriculture a été vidée de sa substance. Elle a été remplacée par un système agro-industriel et les paysans par des « exploitants ».
Le ministère de l’Agriculture est maintenant celui de l’Agro-industrie, mais il est essentiel de le cacher.

Extraits d’une interview de Jean-Pierre Berland dans le journal La Décroissance de septembre 2019.

Nutrition mondiale

Dès à présent, le réchauffement climatique accroît encore les périodes de sécheresse et donc la baisse de la production agricole dans les pays les plus chauds. Or, il est prévu que la température mondiale moyenne se renforce pour atteindre de 4 à 6°C en 2100. […]

En 2017, selon le rapport sur la nutrition mondiale, sur 7 milliards d’humains dans le monde, 2 milliards de personnes souffraient de carences en micronutriments essentiels, comme le fer, la vitamine A ou l’iode, 815 millions de personnes se couchent le ventre vide, soit plus d’une personne sur 8. Il y a donc une augmentation quantitative par rapport aux 777 millions de personnes recensées en 2015. […]

L’augmentation de la population mondiale a un impact sur la malnutrition, cependant, certains agronomes, estiment que la quantité de nourriture disponible dans le monde est suffisante pour nourrir l’humanité même si elle atteint 11 milliards d’individus. Or, selon le WWF sur les 9 frontières écologiques à ne pas franchir, 4 sont déjà dépassées : le phosphore et l’azote, le CO2, la biodiversité, l’usage des sols avec la déforestation.
[…]

Le développement des agrocarburants contribue à affamer les plus malnutris. Un rapport confidentiel de la Banque mondiale, obtenu par le Guardian, affirme que Don Mitchell, un économiste réputé de la Banque mondiale, « a calculé le prix d’un panier de denrées entre janvier 2002 et février 2008 et mesuré une hausse globale de 140 %. Prenant en compte la « chaîne des conséquences », Mitchell estime que sur les 140 % d’accroissement, 35 % sont imputables à la hausse des prix de l’énergie, des engrais et à la faiblesse du dollar, et 75 % aux agrocarburants.

En 2016, Grain recense « 491 accaparements de terres, portant sur 30 millions d’hectares dans 78 pays. Grâce aux mouvements sociaux, la croissance a ralenti depuis 2012, néanmoins, le problème continue de s’amplifier ». Ce qui accroît encore le nombre de paysans sans terre.

Extraits d’un article de Thierry Brugvin dans la revue Les Zindigné(e)s de septembre 2018.