Bure, poubelle nucléaire

En 1998, j’ai été reçu avec deux de mes collègues par la conseillère environnement de Lionel Jospin, qui venait d’être nommé Premier ministre.
Elle nous a écoutés quelques minutes, puis elle a dit : « Arrêtez, vos arguments on les connaît. Et ce sont de bons arguments. »
Elle les a développés à notre place et a terminé en disant : « Je suis d’accord avec tous vos arguments et je vais même vous dire mieux. Lionel Jospin est d’accord avec vous, on en a discuté avant la réunion, il n’a rien à redire sur votre argumentation. »
Alors je lui demande : « Mais Madame, du coup on va pas avoir Bure ? »
Elle me répond : « Ah, si ! » – « Ben, pourquoi ? »
C’est là qu’elle nous a expliqué ce qu’était le lobbying.

« Si une entreprise très polluante veut s’insta1ler dans votre commune, votre première réaction va être de dire non. Mais finalement, avec les arguments sonnants et trébuchants, les emplois créés, l’accord de certains conseillers municipaux et tout ça, vous allez peut-être finir par dire oui, surtout si cette pression est exercée par plein de gens.
Eh bien, un gouvernement, c’est pareil. Aujourd’hui, désolée, mais Jospin n’a pas le rapport de force pour arrêter Bure. On a Cogéma, Framatome qui sont tous les jours à notre porte. Ils veulent le trou de Bure pour pouvoir dire qu’i1s maîtrisent la filière nucléaire de l’amont jusqu’à l’aval. Ils nous harcèlent pour qu’on le fasse.
Et puis, dans le gouvernement, vous avez des gens comme M. Fabius, M. Strauss-Kahn, qui sont très liés aux industriels du nucléaire et qui poussent. Lionel Iospin ne peut pas dire non dans
l’état actuel du rapport de force. »

À ce moment-là, je lui dis : « Madame vous êtes en train de dire que le Premier ministre de la France va donner son accord à un projet dont il réprouve les conséquences pour 1’humanité ? » Et dans les yeux elle me répond : « Oui. » Je dis : « Mais alors, qu’est-ce qu’on peut faire ? »
– Rien. Enfin, si, il y a peut-être une chose… » Elle met ses deux mains comme une balance et elle dit : « Vous nous mettez 10 000 personnes dans la rue et là, le rapport de force s’équi1ibre
un petit peu, on peut commencer à discuter. » Je réplique : « Mais Madame, comment voulez-vous qu’on mette 10 000 personnes dans la rue en Meuse ? » Elle conclut : « C’est bien pour ça que la Meuse a été choisie. Au revoir, Messieurs. »

Extrait d’un dossier « environnement » dans le mensuel CQFD d’octobre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.