Politicard

C’est l’histoire d’un politicard dont tout le monde sait qu’il est corrompu. Il accorde des permis de construire sur des zones inconstructibles, les limonadiers se vantent de pouvoir l’acheter à pas cher pour arranger leurs petites affaires d’extension, de terrasses, etc.
Un pote avocat dîne l’autre soir dans le même resto que le procureur. Le proc se laisse aller à des confidences : « Oui, on a un dossier bien épais sur lui. »
On sait, on a des dossiers et puis… on regarde ailleurs.

Il a fallu que Fillon soit candidat à la présidence pour qu’on s’aperçoive qu’il était pourri. Il a fallu trente ans à la justice pour embastiller Balkany. Et, selon toute vraisemblance, Sarkozy n’aura jamais droit à la fouille rectale.
Dans ses mémoires, le commissaire Broussard racontait qu’on l’envoyait surveiller les mafieux corses sur l’Île de Beauté.
Ce à quoi il ajoutait que c’eût été plus facile de planquer place Beauvau, là où ils passaient le plus clair de leur temps.

En France on n’assassinera jamais le juge Falcone ou le juge Borsellino.
Pourquoi ? Parce qu’en France, il n’y aura jamais d’opération mains propres.

En France, des politiciens se font prendre en photo dans la piscine d’un trafiquant d’armes.
En France, un petit politicard de province peut continuer à toucher des pots-de-vin tant qu’il ne fait pas trop de vagues. Aucun journaliste, aucun procureur, aucun flic, aucun confrère ne viendra jamais lui causer d’ennui. Parce qu’en France, le vrai problème, hein… c’est l’immigration !

Article de Yan Lindingre dans Siné mensuel d’octobre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.