5G, le progrès, la compétition

[…] l’Union européenne préfère se baser, pour guider sa réflexion et ses investissements, sur les tests de l’industrie elle-même. Qui concluent soit à l’innocuité des ondes, soit qu’on ne peut rien prouver, qu’on ne sait pas trop, que tout est relatif, et inversement. Des études qui étaient déjà bidonnées pour les portables […]

En revanche, quand les structures indépendantes se penchent sur la question, elles tranchent. Le National Toxicology Program, sans lien avec l’industrie, coordonne depuis dix ans les travaux en toxicologie de plusieurs agences d’État aux États-Unis. Elle estime qu’il existe des « preuves évidentes » de l’apparition de tumeurs et cancers chez les rats soumis aux ondes. Des observations qui recoupent celles de l’institut Ramazzini, près de Bologne, en Italie, centre de recherche mondialement reconnu qui parle de « potentiel cancérogène des radiofréquences chez l’homme ».

Même conclusion, dès 2011, au sein de l’IARC l’Agence internationale de recherche contre le cancer, structure de l’OMS, qui estime dès 2011 les ondes « potentiellement cancérigènes pour l’homme ».
Ces données sont sues, connues, depuis des lustres, donc. En 2017, 180 scientifiques de 37 pays appelaient d’ailleurs à un moratoire sur la 5G. Bis repetita, avec plus d’ampleur encore, quelques mois plus tard. Leur angoisse : une exposition « 24h/24 et 365 jours par an, sans sortie de secours », qui n’épargnera rien ni personne sur la planète.

Et tant pis pour les personnes électrosensibles, que l’Anses estime à 5 % de la population (soit plus de trois millions de personnes en France, près de 400 millions dans le monde), qui pourront aller voir ailleurs pour mieux vivre leur calvaire – brûlures dans la tête, tachycardie, montées d’angoisse, troubles neuromusculaires…

Rien n’y fait, pour ses hérauts : « La 5G, c’est l’avenir », bulldozer du progrès.
« Être en retard sur la 5G n’est pas une option », prévient Sébastien Soriano, le directeur de l’Arcep, le gendarme des Télécoms. Pas question d’être « en retard sur le reste de la compétition » répète Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État à l’Industrie. Mounir Mahjoubi, alors secrétaire d’État au Numérique, en appelait lui à la « mobilisation de tous les acteurs privés et publics pour multiplier les projets pilote partout sur le territoire », pour « faire de la 5G une priorité pour la France ». Des expérimentations grandeur nature se mènent d’ailleurs déjà, depuis 2019, à Nantes, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Paris, Le Havre… Alors même que les effets sanitaires n’ont pas été évalués, et que les habitants n’en ont jamais été informés.

Extraits d’un article de Cyril Pocréaux dans le journal Fakir de juillet 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.